Témoignage: «Je suis Miss Plus Size Belgium 2017»

Témoignage: «Je suis Miss Plus Size Belgium 2017»
Doc privé

Laetitia a été élue Miss Plus Size Belgique. Cette jeune maman de trois enfants s’habille en 48-50. Elle est ronde et elle rayonne.

«A 6 ans, quand on me demandait ce que j’aimerais faire plus tard, je répondais: ‘Miss Belgique’. Tout le monde riait. Les années ont passé, je ne suis pas devenue Miss Belgique et je n’ai même jamais songé à me présenter. C’était juste un rêve de petite fille… Aujourd’hui, je fais un boulot bien loin des strass et des paillettes. Je suis ouvrière dans une usine qui fabrique du matériel jetable pour les hôpitaux. Tout ce qui est nécessaire pour les dialyses, les liposuccions, les transplantations… Je travaille dans une pièce stérile, en salopette et avec une charlotte sur la tête. Quand je l’enlève à la fin de la journée, j’ai les cheveux en bataille. Si je vais faire quelques courses après le boulot, on dirait que je sors de mon lit. Pas de maquillage, pas de bijoux, pas de parfum… Ce n’est pas gai quand on aime être coquette! Alors, l’été dernier, je me suis souvenue de mon rêve de petite fille. Bien sûr, il n’est plus question que je me présente à Miss Belgique: j’ai 30 ans, trois enfants et je ne m’habille pas en 34-36. Ma taille à moi, c’est plutôt 48-50. Je me suis donc inscrite à Miss Plus Size Belgium.

A l’aise devant le miroir

Je n’ai pas toujours été ronde. C’est l’amour… Quand j’ai rencontré mon mari, il travaillait en boulangerie-pâtisserie. Il m’a fait plein de petits-déjeuners au lit et on a bien profité de la vie. Puis je suis tombée enceinte et j’ai pris vingt kilos. Tout le monde croyait que j’attendais des jumeaux. En fait, je faisais un diabète de grossesse, mais on ne s’en est aperçu que très tard. Après la naissance de Tom (8 ans), nous avons eu deux filles: Tya (3 ans) et Louise (1 an). C’étaient chaque fois de beaux gros bébés en pleine santé… Bref, j’ai pris trente kilos en dix ans.Pendant toutes ces années-là, je n’ai pas eu de balance. Elle était cassée et je ne voyais pas l’intérêt de la remplacer. Je me suis toujours sentie à l’aise devant le miroir. Lorsque je repasse mes pantalons, quand ils sont à plat devant moi, je vois bien qu’ils sont très larges. Mais sur moi, je trouve que ça va. Globalement, malgré mes kilos en trop, je me sens bien dans ma peau. Je me suis donc dit que participer à Miss Plus Size Belgium serait un chouette défi! Il fallait d’abord passer plusieurs dimanches à Bruxelles pour faire des photos et apprendre à défiler. Le premier dimanche, mon mari travaillait, j’avais réussi à caser les filles chez mamy… et voilà que je me retrouve aux urgences avec mon fils! Si je n’avais pas eu le soutien d’une amie, je crois que j’aurais abandonné. Puis, il y avait la question du budget. Outre les déplacements depuis Marche-en-Famenne, où j’habite, il fallait toute une série de tenues différentes… Là, j’y suis allée au culot. J’ai appelé un magasin de bijoux, qui a accepté de me prêter des parures, et une coiffeuse, qui m’a suivie jusqu’au soir de la finale. Elle m’a conseillé d’abandonner mon carré long pour une coupe plus courte, plus dynamique, qui mettrait mieux mon visage en valeur. J’ai hésité, mais elle avait mille fois raison!

Du champagne sur le parking

Le jour J est arrivé. La soirée se déroulait dans un bel hôtel de l’avenue Louise, à Bruxelles. Mon mari et mon fils étaient là. Ils avaient fait des petits drapeaux, ils criaient mon nom, c’était génial. Mon papa aussi était là. On n’a pas vraiment la même physionomie, lui et moi. Papa est un grand sportif, à l’hygiène de vie impeccable. Quand on fait un barbecue à la maison, c’est saucisses, patates pétées, beurre à l’ail et sauces en tous genres. Chez lui, c’est viande grillée et salade. Light. Je sais qu’il préférerait que je sois plus mince, mais il était là pour me soutenir à Miss Plus Size. Et puis, il y avait ma petite mamy. C’est la seule ronde de la famille. Mes formes, je les tiens d’elle. Parfois, elle me tape sur les fesses en disant: ‘Ça, c’est mon cul!’ Elle est très fière de moi. A chacun de mes passages sur scène, je la cherchais des yeux dans le public. J’avais besoin de son soutien. Mon plus gros stress, ce n’était pas de défiler en maillot, mais le moment où je devrais parler. J’avais préparé un petit discours et je l’avais répété mille fois à l’usine, devant mes collègues. Au début, j’avais hésité à leur dire que je participais à ce concours. Dans les équipes de femmes, on craint toujours les blablas, les moqueries, les jalousies. Mais finalement, toute l’entreprise l’a su. Et le lendemain de ma victoire, on a bu le champagne sur le parking après le boulot. Une collègue un peu ronde m’a dit: ‘Merci, Laetitia, ça fait du bien de se sentir soutenue’. Mamy aussi est très touchée que je représente les rondes. Elle avait les larmes aux yeux le soir de la finale, puis elle m’a avoué: ‘Tu sais, quand je suis rentrée, j’ai pleuré, pleuré, pleuré!’ Je me rends compte que je ne suis pas la seule à être ronde, et que les autres sont souvent bien moins à l’aise que moi. Je viens de lancer mon blog et je suis très touchée par les messages que je reçois.

Le regard de mon homme

Toutes les femmes rondes le savent: le plus compliqué, c’est de s’habiller. Au-delà du 44, il n’y a plus rien dans les magasins que vous avez l’habitude de fréquenter, il faut aller dans des boutiques spécialisées. C’est plus cher et surtout, c’est souvent vieillot. Je suis une jeune maman de 30 ans, je n’ai pas envie de m’habiller comme une mamy! Pourquoi n’aurais-je pas le droit de porter des tops à paillettes et des jeans à fleurs? Dans les boutiques, ce n’est pas évident. Surtout lorsque les cabines n’ont pas de miroir et qu’il faut pousser le rideau pour aller se voir à l’extérieur. Moi, ça ne me gêne pas trop, mais ça embête vraiment beaucoup de filles rondes. Du coup, on commande sur le Net, on essaye chez soi et on remballe tout ce qui ne va pas. Cela dit, je crois qu’on peut faire changer les choses en boutiques. Depuis que je suis Miss, j’ai proposé mes services à plusieurs magasins qui vendent des grandes tailles. Je fais des shootings, ils mettent les photos sur leur Facebook et ça marche très fort. Mais j’en profite aussi pour donner mon avis sur les collections. Pourquoi ils proposent les jeans à strass en 38-40 et pas en 48-50? A côté des shootings, je fais des défilés. On m’a aussi appelée pour un film publicitaire, je suis devenue ambassadrice de plusieurs marques, je suis invitée à des événements… On me coiffe, on me maquille, on me photographie. Pour moi, tout cela est nouveau. C’est très excitant, mais je dois évidemment combiner toutes ces activités avec mon boulot et mes trois enfants. Heureusement, j’ai un mari extraordinaire. C’est mon pilier, mon mur porteur. Parfois, je suis inquiète: j’ai quand même pris quatre tailles depuis que l’on se connaît. J’ai peur de ne plus lui plaire. Mais il me dit: ‘Plus les années passent, plus tu es belle’. Il m’a toujours soutenue. Le weekend dernier, alors qu’il travaillait de nuit, il s’est occupé des enfants pendant la journée pour que je puisse aller défiler. Entre deux habillages, je lui ai envoyé un SMS: ‘Merci de me laisser faire tout ça’. Il est à mes côtés et il me donne confiance en moi. Avant de le rencontrer, je me sentais complexée en 42. Aujourd’hui, je suis à l’aise en 48-50. Le regard de mon homme y est pour beaucoup…»

Vous pouvez retrouver Laetitia sur Facebook: Mes rondeurs à ma mode (son blog) et Laetitia Miss Plus Size Belgium 2017 (sa page perso).

Texte Christine Masuy

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)