Je cherche un job! 11 attitudes qui font la différence

Je cherche un job! 11 attitudes qui font la différence
Shutterstock

(Re)trouver du travail semble parfois mission impossible. Le chemin est long, difficile, mais des pros sont là pour nous guider. Ne nous décourageons pas. Agissons, un jour après l’autre!

Fin septembre 2017, en Wallonie, le taux de demande d’emploi est de 14 %. Cela concerne 21,7 % des femmes de moins de 35 ans et 11 % des femmes de plus de 35 ans. Le chômage, c’est une réalité qui touche, a touché ou peut toucher tout le monde. Il est urgent d’arrêter de juger, de dévaloriser et de culpabiliser les demandeur et demandeuses d’emploi. Nous sommes toutes dans la même galère. (source: Le Forem).

Attitude 1: Jongler avec l’administration

Un tour sur les annonces suffit pour s’en rendre compte: certaines offres sont conditionnées à des aides à l’emploi. Y postuler si vous ne répondez pas aux conditions administratives d’embauche ne sert à rien. Léna Moussy, conseillère emploi au Carrefour Emploi Formation et Orientation (CEFO) insiste: «C’est l’une des premières choses que l’on demande de vérifier. On trouve les différentes informations auprès de son syndicat et des services du Forem ou d’Actiris.»

Attitude 2: Chercher un job est un job!

C’est le titre d’un excellent livre: La recherche d’emploi, un travail à part entière. Les auteurs, Béatrice Lecomte, psychologue du travail, et Philippe Eray, chercheur, insistent pour que l’on conçoive la recherche d’un job comme une vraie activité professionnelle. C’est même la meilleure façon d’en retrouver un! Votre entourage doit la respecter. Vous n’êtes pas «celle qui gère toute l’intendance parce qu’elle n’a rien d’autre à faire»! Hélas, les conditions de travail de ce nouveau job sont compliquées: on est responsable de son emploi du temps, on n’en connaît pas la durée, on reste seule face à des montagnes… Super démotivant! La solution? Selon Béatrice Lecomte et Philippe Eray, il faut se discipliner:

  • Délimiter son activité. Etablissez des procédures, des étapes, des deadlines;
  • Se fixer un horaire clair;
  • Garder des traces de son travail: faites des tableaux de bord de suivi, complétez soigneusement votre agenda. Vous verrez combien vous êtes productive!

Attitude 3: Créer une structure de travail

Ne restez pas seule face à votre ordi! Sortez de chez vous, comme si vous alliez au bureau. Quelques pistes:

  • «Au CEFO, les demandeurs d’emploi peuvent trouver des ordinateurs et y travailler, explique Léna Moussy. Des amitiés se sont créées, peut-être même des couples! Cela permet de s’encourager, mais aussi de trouver des réponses à ses questions. Nous organisons aussi des ateliers collectifs thématiques.» (Toutes les adresses sur www.leforem.be)
  • Il en va de même chez Actiris où un Espace Ressources Emploi est accessible en semaine, sur rendez-vous (www.actiris.be).
  • Le coworking reste onéreux. Une initiative bruxelloise commence à percer: Workipity. Il s’agit du airbnb du coworking: des gens mettent à disposition des espaces de bureau, chez eux, pour des sommes modiques. Pourquoi pas vous? (www.workipity.be)
  • Créez un groupe Messenger avec quelques personnes qui partagent votre situation. Connectez-vous à heures fixes. Voyez-vous comme des collègues en télétravail!
  • Pensez également aux salles de lecture des bibliothèques. Vous y trouverez toute la presse, un cadre horaire et une atmosphère à la fois studieuse et conviviale.

Attitude 4: Refuser des pensées négatives

  1. Chassez les justifications destructrices! Dimitri Haïkin, psychothérapeute et directeur de Psy.be: «Il faut dépasser les peurs rationnelles, ce sont des freins. Les pensées comme: ‘’Je ne vais jamais retrouver de travail à mon âge’ ou ‘Cela fait trop longtemps que je cherche, on va me considérer comme has been’ soulagent dans l’immédiat mais démotivent! Non au fatalisme!» Léna Moussy: «Dans un entretien, comme dans une lettre de motivation ou un CV, valorisez-vous. De ces années de recherche d’emploi, vous avez tiré des enseignements. Vous avez développé d’autres compétences qui peuvent être utiles!»
  2. Ne vous laissez pas atteindre par les refus ou, pire, l’absence de réponse à vos candidatures. Aujourd’hui, cela fait partie du jeu et n’est pas dirigé contre vous. Si cela vous use, cultivez des activités valorisantes durant vos loisirs.
  3. Evacuez vos rancœurs. Léna Moussy: «A un entretien, ne dites jamais de mal de votre entreprise précédente. Le recruteur sait bien que si vous le faites aujourd’hui, vous pourrez le faire de lui demain.»

Attitude 5: Définir clairement son projet

Que voulez-vous? Trouver un job. Oui mais… Lequel? Ne foncez pas tête baissée à la recherche du premier venu, cela engage des années de votre vie! Dimitri Haïkin, psychothérapeute et directeur de Psy.be rappelle: «C’est quoi un chouette boulot? C’est un boulot où l’on se sent comme un poisson dans l’eau, qui fait sens, qui fait plaisir! Beaucoup de gens ne savent pas ce pourquoi ils sont faits. Il faut parfois faire un bilan de compétences.» Léna Moussy opine: «Il existe des tests d’orientation qui débouchent sur des propositions de métier et mettent en avant les difficultés. Cela permet aussi de confronter un projet personnel à la réalité, à ses aspirations et à sa personnalité. Par exemple, si je suis face à quelqu’un qui déclare vouloir ouvrir son commerce, je vais vérifier où en est sa situation financière, quels sont ses outils personnels et s’il est capable de gérer sa comptabilité ou diriger des gens.»

Attitude 6: Se former

De quoi avez-vous vraiment besoin pour exercer le job qui vous va? Impossible de fournir une réponse générique. Par contre, si vous observez les annonces et écoutez les debriefings de vos entretiens d’embauche (quand il y en a, hélas, c’est rare), vous pouvez également en tirer ces informations précieuses. Cela doit vous donner une idée de vos priorités. Cela peut être le permis de conduire, les langues, l’informatique, l’orthographe…

Attitude 7: Explorer toutes les pistes

Léna Moussy: «Il faut multiplier ses chances. Il n’y a pas que les offres d’emploi online! Il faut utiliser les candidatures spontanées, le bouche à oreille… Pourquoi ne pas passer au guichet de la commune demander une liste des entreprises? Ou consulter le 1307? Si vous voulez être secrétaire médicale, repérez tous les médecins à proximité et envoyez des lettres!»

Attitude 8: Créer du lien avec l’entreprise

Ne nous leurrons pas… Il est très rare d’être la seule candidate pour un job. Léna Moussy: «L’employeur a besoin d’être rassuré. On ne fait pas rentrer n’importe qui dans sa maison. Dans son entreprise, c’est pareil. Il ne doit pas simplement être informé de notre savoir-faire (les compétences), il a besoin d’être informé sur notre savoir-être, sur la façon dont on conçoit la fonction dans SA boîte à lui! Adaptez-vous! Si vous lisez une offre d’emploi et voyez que l’entreprise est dynamique, vous devez l’être aussi. J’ai eu le cas d’un homme qui voulait travailler dans un centre de tri. Sur le site de la société, ils citaient trois valeurs. L’une d’elles correspondait parfaitement à la vision du monde du candidat. Il l’a citée dans sa lettre de motivation.»

Attitude 9: Utiliser les réseaux sociaux

C’est désormais un outil incontournable. Léna Moussy met en garde: «Il faut bien faire la différence: il y a les réseaux purement professionnels comme Linkedin, Indeed ou Jobat. Sur Linkedin, il est intéressant d’être visible… Et c’est une bonne source de renseignements avant un entretien. Allez voir les profils des employés de l’entreprise, pour en connaître les valeurs et les dernières nouvelles. Twitter, Facebook ou Instagram ne sont pas pros mais les recruteurs y ont recours pour jeter un œil sur un candidat. C’est dangereux, dès lors, de s’y montrer en bikini saoule sur la plage! J’encourage les candidats à sécuriser leur profil privé et à se créer une page professionnelle…» Googlez-vous, pour vérifier votre réputation. Evitez de réagir sur les forums ou les pages Facebook des médias, contrôlez les pétitions que vous signez et prenez garde aux groupes que vous likez. Oui, on vous surveille. Vraiment.

Attitude 10: Se voir comme une marque

On parle de «personnal branding». C’est-à-dire une façon de développer votre présence sur les réseaux, sur le web, pour montrer que vous êtes experte et désirable. Soyez active! Léna Moussy raconte: «Une de mes candidates a créé un profil ‘recherche d’emploi’ où elle postait ses humeurs comme ses réussites. Elle y remerciait aussi les recruteurs et racontait ce qu’elle apprenait de ses entretiens de façon toujours positive. Ça a été déterminant pour décrocher un CDI.» Créez-vous un blog ou publiez des articles sur votre job. Montrez que vous êtes une experte!

Attitude 11: Penser à soi

Béatrice Lecomte et Philippe Eray insistent: conservez vos loisirs. N’ayez pas honte de profiter de plaisirs de la vie durant vos temps libres. «Les demandeurs d’emploi capables d’occuper leur temps libre arrivent à garder une bonne santé globale. Le temps présent est revalorisé par l’action! La perte d’un emploi attaque durement l’estime de soi.» S’épanouir dans des activités, rendre service (en respectant le cadre imposé par la loi), c’est aussi très utile pour trouver un job! Léna Moussy: «C’est une bonne façon de se ressourcer, mais aussi de développer des compétences à valoriser. N’oubliez jamais de mentionner vos passions sur votre CV!»

Ma photo, c’est moi

Dans leur livre Recherche d’emploi, secrets de pro, 3 recruteurs énumèrent les clés de la bonne photo à utiliser sur les réseaux sociaux et sur son CV.

  1. La photo doit être en bonne résolution;
  2. Posez seule;
  3. Oubliez les avatars rigolos créés en ligne;
  4. Privilégiez les photos prises à l’intérieur;
  5. Optez pour un look professionnel;
  6. Choisissez un arrière-plan neutre;
  7. Utilisez une photo récente;
  8. Préférez un plan serré, où l’on voit votre visage, bien centré, de trois-quarts, en plongée.
  9. Regardez l’objectif;
  10. Choisissez une photo nette, pas de flou artistique ou de filtre.

Plus d’infos

  • La recherche d’emploi, un travail à part entière, Béatrice Lecomte et Philippe Eray, L’Harmattan.
  • Recherche d’emploi, secrets de pros, Hervé Bommelaer, Philippe Douale, Nicolas Pavesi, Eyrolles.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)