L’orthosomnie, le trouble du sommeil 2.0

L'orthosomnie, le trouble du sommeil 2.0
© Shutterstock

Vous avez du mal à dormir et essayez de régler ce problème grâce à des applications sur votre smartphone? Erreur: ces dispositifs seraient en réalité une des sources de troubles du sommeil. Ce phénomène est appelé l’orthosomnie.

Selon une étude américaine relayée par The Independent, un nouveau trouble du sommeil est apparu en ce 21ème siècle: l’orthosomnie, qui désigne les personnes mesurant leur sommeil via des applications ou appareils spéciaux, désireux de vivre la nuit parfaite.

L’orthosomnie, quand les applications nuisent au sommeil

En effet, environ 15% d’adultes utilisent leur smartphone pour analyser leur sommeil. Les utilisateurs doivent répondre à une série de questions puis l’application analyse leurs mouvements pendant la nuit et détermine s’il s’agit d’un sommeil léger ou profond. Le lendemain, l’application dresse un bilan de votre nuit.

De mauvais diagnostics

Malheureusement, ces applications ne sont pas science exacte et nombreux sont ceux qui s’auto-diagnostiquent un trouble du sommeil, même s’ils n’en ont pas. « Il y a un nombre croissant de patients qui cherchent un traitement après s’être auto-diagnostiqué des troubles du sommeil comme l’insomnie, ou la durée de leur nuit », explique l’étude. Obsédés d’avoir une nuit parfaite, les utilisateurs se provoquent alors eux-mêmes des troubles de sommeil: stressés et angoissés d’avoir eu une mauvaise nuit selon l’application, ils dorment de moins en moins bien. Ils restent également plus longtemps au lit, ou pas, selon ce que l’application leur conseille et oublient d’écouter leur corps, qui est pourtant le meilleur indice pour savoir si vous avez besoin de dormir ou pas. Comme quoi, la technologie n’est pas la solution à tout…

Ceci pourrait également vous intéresser:

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, cuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)