Jusqu’à quand un enfant peut-il dormir avec ses parents?

Jusqu'à quand un enfant peut-il dormir avec ses parents?

De nombreux parents dont l’enfant continue à vouloir dormir avec eux au-delà de l’âge de 2 ans se demandent s’il y a un moment-clé auquel il faut mettre un terme au cododo. Une experte en parentalité nous répond.

Endormissement et mise en place de l’allaitement facilité, renforcement du lien parents-enfant, réconfort… Les bienfaits du cododo ne sont aujourd’hui plus à démontrer pour les tout-petits. Mais lorsque l’enfant devient plus grand, on peut se demander si le sommeil partagé est toujours aussi bénéfique ou si, au contraire, il peut être néfaste pour son autonomie. Selon Maeliss Layeux, coach en parentalité, il n’existe pas de durée maximale conseillée en ce qui concerne le partage d’une même chambre. L’important est surtout que toute la famille y trouve son compte.

Le cododo n’a pas de date de péremption

Si le sommeil séparé est devenu la norme en Europe, dans le reste du monde, c’est le cododo qui est privilégié, et ce, jusqu’aux 5 ou 6 ans de l’enfant. “Biologiquement, le petit humain n’est pas fait pour dormir seul. Les bébés ne savent pas réguler leur température, et ont donc besoin de dormir avec leurs parents. En ce qui concerne la maman, le sommeil partagé est aussi extrêmement bénéfique: l’endormissement de bébé est plus rapide ainsi que le sien, et la prolactine – l’hormone qui induit la lactation – connaît un pic pendant la nuit”. Selon la spécialiste, le cododo est donc à privilégier dès lors qu’il est pratiqué dans de bonnes conditions de sécurité, que nous vous livrons dans cet article.

Selon Maeliss Layeux, la durée de la période de cododo est surtout une question qui doit se traiter en famille: “Il n’y a pas lieu d’y mettre fin tant que tous les intervenants – c’est-à-dire la maman, le papa et l’enfant – sont d’accord de partager le même lit”. Il n’est pas rare que certains parents souhaitent arrêter le cododo uniquement parce que la société leur dit que “c’est mal” de dormir avec leur enfant.

La peur de rendre son enfant dépendant

La coach en parentalité nous explique que bien souvent, les adultes ont peur que le cododo rende leur enfant peu autonome en ce qui concerne le sommeil et précisément le moment de l’endormissement. Selon elle, c’est pourtant tout le contraire: “Lorsqu’une famille me parle de ce genre de peur – qui est légitime vu que notre société nous dit qu’il faut apprendre à dormir seul dès le plus jeune âge – je leur demande s’ils ont parfois envie de dormir avec leurs parents à eux. Et bien souvent ils rigolent parce que cela ne leur viendrait tout simplement pas à l’idée! En fait, en grandissant, l’enfant va apprendre à devenir autonome et aura de moins en moins besoin de dormir avec ses parents”.

Le cododo est pour l’enfant une manière de répondre à ses besoins affectifs ou de calmer des angoisses: besoin de proximité, d’être rassuré ou encore accompagné dans son sommeil. L’enfant va puiser ce dont il a besoin dans le sommeil partagé pour bien grandir émotionnellement. Que les parents soient donc rassurés: tous les enfants finiront par dormir seuls lorsqu’ils seront prêts!

Les 3 bonnes questions à se poser

“En éducation comme pour beaucoup de choses, le regard des autres ne doit pas avoir plus d’importance que nos propres besoins et ceux de nos enfants”, nous explique l’experte, invitant les parents qui demandent s’il est bien ou pas de continuer de partager le lit avec leur enfant à se poser trois questions:

  • Comment est-ce que je me sens par rapport à ce cododo?
  • Qu’est-ce que cela apporte à mon enfant, ma famille et moi-même?
  • Est-ce pénible pour moi de partager mon lit? Et si ça l’est: qu’est-ce qui est le plus pénible pour nous?

Y répondre vous aidera à savoir si le cododo est une pratique qui répond aux besoins de votre famille, mais aussi à vous détacher des diktats en privilégiant ce qui est bénéfique pour vous et votre enfant.

Plus de conseils sur le sommeil des enfants

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardinmaisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)