Voici les 5 phases que nous vivons lors d’un confinement

Voici les 5 phases que nous vivons lors d'un confinement
Getty Images

Lors d’une quarantaine, notre moral passe par différentes phases. Un Américain revenu de Shanghai nous explique comment il a vécu le début de son confinement en 5 étapes.

Sani Farzaneh était à Shanghai quand le coronavirus a commencé à sévir. Sa famille et lui-même ont été mis en quarantaine à Shanghai et de retour aux États-Unis, le 7 février, ils ont directement été placés en quarantaine chez eux, avant que le pays ne ferme ses frontières ou ne prenne des mesures fortes. Il a donc pu expérimenter le confinement avant nous et en tirer des conclusions.

La phase de survie

L’Américain explique qu’il n’a pas directement pris conscience de ce qu’il se passait. « Mais quand ils ont fermé Wuhan, je ne suis rendu compte que c’était grave ». La première phase est donc la prise de conscience de ce qu’il se passe et surtout l’acceptation de la situation. Sani Farzaneh décrit cette première phase comme celle de la survie. Il faut s’adapter à cette nouvelle vie, ce qui provoque souvent du stress. L’humain, naturellement, va alors se nourrir d’informations et faire des stocks de nourriture de manière démesurée.

Les conseils de Sani sont de: « Créer une liste de tout ce dont vous avez besoin pour rester à la maison avant de faire des courses ». En listant et en organisant votre confinement, cela vous permettra de surmonter plus vite cette phase de « survie ». De plus, ne passez pas votre journée sur les réseaux sociaux à chercher des informations. Et enfin, « je recommande fortement de minimiser les interactions physiques avec les autres personnes et, idéalement, de ne pas sortir avec vos amis. C’est juste pour quelques semaines. Les gens peuvent débattre de la gravité de cette situation, mais c’est ce qui a fonctionné en Chine donc… oui. Restez chez vous », rappelle Sani.

La phase de sécurité

La famille s’est ensuite mise en sécurité, pas question d’aller chez des proches ou que ces derniers viennent, « personne n’a été autorisé à rentrer chez nous et nous avons arrêté toutes les livraisons ». Ils ont fait des provisions près de chez eux. « Nous nous sommes concentrés sur des aliments à longue durée de vie, comme le riz, les pâtes, le thon, ce genre de choses. Nous avons commencé à cuisiner, beaucoup même, j’ai d’ailleurs appris que ma cuisine était… bonne ».

Les conseils de Sani sont de: « Ne pas paniquer, cela n’aide pas votre système immunitaire ». Et puis de ne pas oublier ses amis: « Vous devez prendre des nouvelles de manière pro-active de vos amis, c’est bon pour vous et pour eux ». Ne supprimez donc pas vos rituels de e-apéro. Détendez-vous, passez du temps en famille, avec vos colocataires ou même votre animal de compagnie!

La phase de l’appartenance

Petit à petit, le virus se propage dans le monde entier, l’impact de ce dernier se fait sentir financièrement pour les entreprises, le personnel du secteur de la santé reçoit un déferlement de soutien, les pays entrent chacun à leur tour en quarantaine… De nouvelles restrictions se mettent en place. « J’ai continué à suivre les informations mais à une moindre fréquence (« seulement » dix fois par jour). Discuter avec des amis est devenu très important, et plus profond aussi. J’ai commencé à m’impliquer dans des initiatives pour soutenir les entreprises dans le besoin ».

Les conseils de Sani sont de: prendre le temps et aussi de « créer un calendrier familial pour aider tout le monde à rester positif et actif ». Sani considère que c’est lors de cette phase que le confinement devient intéressant car une nouvelle « norme » s’installe. « Une fois que vous avez trouvé un bon équilibre, vous vous sentirez bien ».

La phase de l’importance

Le monde s’arrête doucement. Sani étant chef d’entreprise, il a dû revoir sa façon de travailler. Toute cette ambiance pesante a fait renaître un peu d’anxiété.

Les conseils de Sani sont: pour éviter d’être anxieux, trouvez des solutions, notamment pour ce qui est de votre travail. Et lâchez du lest pour tout, « laissez, par exemple, votre discipline diététique et/ou sportive de côté ». Cette phase permet vraiment l’encrage, de découvrir ce que vous préférez (pour travailler, pour organiser votre journée, pour correspondre avec vos proches…).

La phase d’auto-actualisation

Chacun a pris ses marques (les familles, les enseignants, les entreprises…). Les gens ont pris conscience de la gravité de la situation et tout le monde veut endiguer ce coronavirus. La vigilance est de mise.

Les conseils de Sani sont de: garder en tête que tout ceci peut durer quelques mois et donc qu’il faut « tirer parti du changement rapidement, pour accélérer les modifications dans son travail et son style de vie. Une économie en difficulté apporte des opportunités, alors cherchez des moyens de superposer vos nouvelles façons de travailler/vivre au fur et à mesure que les choses évoluent ».

San Farzaneh conclut en expliquant que cette pandémie entraînera des changements majeurs, « tout en restant extrêmement vigilant pour rester en sécurité, vous devez également garder les yeux et les cœurs ouverts pour de nouvelles opportunités qui pourraient simplement changer votre vie ».

Source: medium.com – Sani Farzaneh

Lisez également ces trois articles sur le confinement

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardin, maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)