Comment dire facilement non à un verre d’alcool?

Comment dire facilement non à un verre d'alcool?
Unsplash © Elevatebeer

“Salut, je te sers quoi?”, cette question est presque devenue une formule de politesse. Et par celle-ci, on entend souvent de l’alcool. Bien que de nombreuses excuses pour décliner l’offre soient possibles, c’est une déconstruction autour de cet “alcool social” qu’il faut entreprendre.

Soirée entre amis, afterwork avec les collègues, anniversaire en famille… Tout est prétexte pour trinquer. Car l’alcool est souvent associé à un moment de plaisir et de retrouvailles. Cette consommation, vous souhaitez la diminuer, mais il vous est difficile de résister à un Spritz qu’on vous a déjà proposé deux fois? Retenez ceci: ce n’est pas parce que vous ne buvez pas que vous vous désolidarisez du groupe.

Les bonnes excuses

Il y a évidemment un tas de facteurs et/ou d’impératifs qui amènent à refuser un verre. Dans ces cas-là, les membres du groupe seront le plus souvent compréhensifs. Il y aura peut-être un profil lourdaud qui s’entêtera à vous faire changer d’avis, mais en répétant votre excuse, vous l’aurez dissuadé.

  • Vous êtes enceinte
  • Vous êtes bob
  • Vous avez une activité conséquente le lendemain: départ en vacances, excursion avec des enfants, compétition sportive, examen…
  • Vous êtes sous antibiotiques
  • Vous êtes malade
  • Votre religion vous indique de ne pas boire

Ne pas se justifier

À côté de cela, il y a toutes ces fois où vous n’aurez pas envie de boire, en n’ayant aucune excuse jugée comme “valable” à avancer. Et c’est là que ça se complique. Car finalement, physiquement, c’est assez simple de refuser un verre si le corps n’en n’a pas envie. Le plus difficile est de ne pas succomber à l’insistance des convives.

Cela peut sembler surprenant de décliner un verre d’alcool sans s’en dédouaner, mais c’est pourtant le pas que l’on devrait franchir pour que cela devienne la normalité. Car la question est là: pourquoi se justifie-t-on encore de ne pas consommer? Dans son livre Sans alcool, Claire Touzard explique que lorsqu’on refuse un verre, l’autre l’interprète bien souvent comme ceci: “Me fait-on remarquer que je bois trop?”. Fort à parier qu’il/elle le prenne personnellement et se pose des questions sur sa consommation, ce dont il/elle n’a pas envie. Non, la personne qui refuse un verre ne vous donne pas de leçon; non, elle ne veut pas casser l’ambiance; elle a juste décidé de s’écouter.

Changer les habitudes

Dans la même veine, ce sont toutes les habitudes alcoolisées instaurées en groupe qu’il faudrait modifier.

  • Lorsque vous allez boire un coup avec des amis, choisissez un lieu qui offre des boissons non alcoolisées de qualité. Parce que le soft classique hyper sucré pousse à préférer un bon verre de vin.
  • N’instaurez pas d’habitudes alcoolisées: la bière de fin de journée avec les collègues, le lunch du dimanche avec la famille, les excès du vendredi soir… Ces moments peuvent évidemment être programmés mais ne doivent pas être associés à la prise d’alcool. Commencez par déconstruire tout ceci.

D’autres question concernant l’alcool?

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)