Sommeil perturbé? On vous explique pourquoi et on vous livre des conseils

Sommeil perturbé? On vous explique pourquoi et on vous livre des conseils
Unsplash © Vladislav Muslakov

Sommeil agité, insomnie, rêves étranges… les nuits en ces temps de confinement/déconfinement sont loin d’être de tout repos. On vous explique pourquoi notre sommeil est mis à rude épreuve et comment l’améliorer.

La psychologue et coach de vie Émilie Mouton nous éclaire sur les problèmes de sommeil que rencontrent de nombreuses personnes en ce moment. Elle nous conseille également de prendre soin de nous, car notre santé, mentale comme physique, vaut de l’or.

Vie chamboulée, sommeil chamboulé

Ce confinement a modifié la vie de tout le monde: les parents, les enfants, les adolescents, les personnes âgées… C’est le quotidien du monde entier qui est perturbé et donc notre santé mentale également. « Le sommeil est souvent le premier à être impacté dès qu’il y a un changement. Il est un bon indicateur de notre santé, il est d’ailleurs représentatif de notre équilibre. Et donc, si on dort mal, c’est que notre corps veut nous faire passer un message ».

Ces perturbations montrent que quelque chose nous préoccupe. « Aujourd’hui, on vit une période charnière, que personne n’a jamais vécue auparavant. Et puis, c’est arrivé un peu du jour au lendemain. C’est donc normal que la situation suscite des peurs. L’humain est mis face à des incertitudes, ce qui fait donc naître un sentiment d’anxiété qui est une réaction propre à l’Homme pour se protéger du danger. Bien que chacun réagisse différemment, selon ses blessures, ses failles, son caractère, le chamboulement est bien réel ».

Notre corps est déphasé

Le rythme de nos journées est totalement modifié, ce qui est loin de nous apaiser. « Tout le monde est déphasé, les heures de coucher sont notamment moins régulières. Et puis, notre sommeil est moins profond. Tous ces changements nous font rester sur nos gardes et on ne se détend pas profondément ».

L’incertitude règne

Inconsciemment, tout humain a peur du changement car il se retrouve dans l’inconfort, ce qui entraîne du stress et impacte le sommeil.

Pas d’angoisse mais un mauvais sommeil

Il arrive que certaines personnes ne se sentent pas angoissées par le Covid-19, mais aient un mauvais sommeil. Pas de panique, c’est normal! « Même si l’angoisse ne se fait pas ressentir de manière consciente, inconsciemment, on peut se masquer (à nous-même) nos peurs grâce à des mécanismes de défense qui ont une fonction protectrice. Ainsi, même si on a l’impression de rester de marbre, notre psyché est tout de même touchée. Et donc notre sommeil. Comme dit plus haut, il est un très bon indicateur de notre santé ». C’est donc un signe qu’il faut réagir.

Privilégier un sommeil de qualité

Vous avez dormi 8h, mais vous vous sentez fatigué la journée? Cela peut arriver. Ce n’est pas toujours la quantité mais la qualité du sommeil qui compte.

Oui, mais on fait comment pour qu’il soit de qualité?

« Il est important de mettre en place des choses qui rassurent et qui structurent. Il faut pouvoir s’arrêter quelque temps avant la période de repos. Contrairement à ce que l’on peut parfois croire, nous avons le contrôle sur beaucoup de choses.

Il est notamment important de différencier les activités stimulantes et reposantes. Nous pouvons lister les activités que nous considérons comme ‘source de calme’ et les autres ». Cela passe par des occupations simples qui nous font du bien :

  • Lire un livre, « un roman par exemple, pas un bouquin qui nous demande une activité cérébrale intense ».
  • Le smartphone? Mauvaise idée. « Utiliser son téléphone avant le coucher, c’est la porte ouverte aux notifications et aux informations anxiogènes. Nous devons arriver à nous déconnecter et prendre du temps pour nous. C’est un vrai travail. Et puis, la lumière bleue, juste avant d’aller dormir, ce n’est pas la meilleure idée. C’est une manière d’auto-saboter son bien-être ».
  • La méditation est également conseillée. « Cela peut juste consister à s’arrêter, ne rien faire, écouter son corps, sa respiration… même quelques minutes seulement ».
  • Écrire, pour libérer et fixer ses pensées. « C’est une manière d’extérioriser et prendre conscience de ses ressentis et ses émotions, même celles qui dérangent ».
  • Appliquer l’exercice de la gratitude. « Au lieu de mettre son focus sur ce qui va mal, il faut se dire que ce que l’on vit est inédit et trouver le positif dans cette situation. Par exemple, vous avez pu profiter du beau temps aujourd’hui ? Rappelez-vous de ce moment de bonheur juste avant votre coucher ».

Émilie Mouton conclut en expliquant que « l’idée est vraiment de revenir à la réalité, à l’essentiel et à l’émotionnel positif ».

Pour plus d’infos: retrouvez Émilie Mouton sur epsycoaching.com

Ces trois articles parlent également du sommeil

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardin, maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)