Jardiner pour pas un rond: 5 règles d’or

Jardiner pour pas un rond: 5 règles d'or
Reporters

Avoir un jardin à la fois beau et productif ne coûte pas forcément cher. Même lorsque sa surface est grande, on peut minimiser les frais d’aménagement et d’entretien grâce à une myriade d’astuces…

Règle n°1: Récupérer

  1. Remplissez de terre les parties alvéolées des boîtes à oeufs en carton, et faites-y vos semis. Lorsque la plante a démarré, coupez les alvéoles et repiquez-les à l’endroit choisi dans votre jardin.
  2. Les boîtes en plastique utilisées dans les supermarchés pour vendre les viennoiseries peuvent être utilisées comme miniserres à placer derrière vos fenêtres pour faire prendre les semis précoces. Veillez à ce que la terre soit toujours humide.
  3. Semez les carottes dans le cylindre en carton de papier toilette: c’est la meilleure méthode pour avoir des belles racines.
  4. Quelques palettes peuvent constituer la base d’un composteur: bouchez les espaces vides avec des planches en provenance d’autres palettes, tout en veillant à laisser passer un peu d’air. Pour former un silo, fixez les palettes à la verticale en U et fixez-les à des pieux solidement fichés en terre.
  5. Nettoyez les pots de yaourt en plastique les plus solides et percez leur fond: ils accueilleront vos semis aussi bien  que les godets du commerce. Lors de la plantation, il suffit de couper un coté: la motte viendra très facilement.
  6. De vieux châssis collectés lors de travaux de rénovation peuvent être assemblés pour faire une serre, ou simplement posés sur un coffre aux dimensions correspondantes pour constituer une couche froide bien utile pour les premiers semis.
  7. Ne jetez pas vos CD ou DVD endommagés, car accrochés aux branches de vos arbres fruitiers, notamment les cerisiers, ils éloigneront les oiseaux grâce à leurs reflets.
  8. Utilisez une vieille fourchette dont vous aurez écarté les 2 dents des côtés pour gratter dans vos pots de fleurs ou travailler dans votre bac à semis.
  9. Une bouteille en plastique peut devenir un goutte-à-goutte pratique, et apporter de l’eau au pied d’une plante, sans excès ni déperdition et maintenir un sol toujours frais. Découpez le fond de la bouteille, percez le bouchon en plastique de deux petits trous à l’aide d’une tête d’épingle chaude. Bourrez l’intérieur du bouchon de coton avant de le revisser. Plantez ensuite la bouteille tête en bas sur 15 cm de profondeur pour bien l’ancrer dans le sol, juste à côté de la plante concernée, en l’orientant vers les racines. Remplissez d’eau. Celle-ci va filtrer très lentement à travers le bouchon pour humidifier la terre juste au bon endroit. Ajustez la durée d’écoulement en obstruant plus ou moins le bouchon.
  10. Rangez et conservez vos graines dans des enveloppes usagées et placez-les dans une boîte à biscuits en fer.

Règle n° 2: Valoriser

  1. Réalisez vos tuteurs avec des branches coupées.
  2. Pour faire des boutures sans mettre d’hormones de synthèse, prenez des branchettes de saule pleureur et faites-les tremper dans de l’eau durant 12 heures. Vous obtiendrez une solution d’hormones de bouturage naturelle. Il ne reste plus qu’à y tremper vos boutures avant de les planter.
  3. Lorsque vous faites des semis, déposez dessus de la poussière de charbon de bois, à l’aide d’un tamis. Elle rendra vos plants beaucoup plus résistants aux maladies.
  4. De gros galets posés au pied des arbustes peuvent faire office d’étiquettes originales. Employez un pinceau et de l’encre de Chine pour écrire dessus efficacement.
  5. Faites votre compost, il vous permettra d’enrichir le sol de vos plantations à moindres frais. Alternez, dans un silo, une part de matières sèches pour deux parts de déchets verts et humides. L’humidité doit être constante et le compost doit être exposé à l’air et en contact direct avec le sol pour que les micro-organismes puissent y circuler. On le retourne à la fourche une fois par mois et on peut l’utiliser après 6 à 8 mois.

Règle n°3: Réseauter

  1. Sur Internet, on trouve de nombreux sites où sont publiées des listes de semences ou boutures disponibles pour du troc. Généralement, on les échange contre d’autres semences ou boutures, mais aussi, parfois contre un seul timbre d’envoi! Voici quelques adresses: http://nosjardins.free.fr; www.grainesetplantes.com et sur Facebook, plusieurs groupes: «Troc de graines entre Facebookiens», ou «Graines de Troc»…
  2. Une initiative un peu folle et sympa: sur le site www.pretersonjardin.be, ceux qui ont un jardin qu’ils ne parviennent pas à entretenir le mettent à disposition des jardiniers sans jardin…

Règle n°4: Planter et semer malin

  1. Pour les haies, choisissez des arbustes qui demandent peu d’entretien comme les fusains, troènes, cotonéasters et berbéris…
  2. Limitez la taille de la pelouse, pour éviter les dépenses liées à la tonte du gazon: laissez évoluer une partie du jardin en prairie à faucher deux ou trois fois par an ou installez-y une chèvre.
  3. Procurez-vous des boutures de plantes couvre-sol comme le lierre et la pervenche qui tapisseront le sol en peu de temps.
  4. Préférez les vivaces et arbustes à fleurs ou à feuillages colorés, plus  durables et moins coûteux que les massifs de plantes annuelles.
  5. Choisissez des plantes adaptées à votre situation pour obtenir de meilleurs résultats tout en limitant les dépenses d’argent en arrosage, engrais et pesticides de toutes sortes.
  6. Plantez des pommes de terre sans traitement antigerminatif: vous pourrez ainsi garder chaque année des tubercules pour refaire vos plantations.
  7. Achetez des fraisiers à stolons, des framboisiers qui drageonnent, des vivaces qui se divisent, et des arbustes qui se bouturent facilement. Les surplus s’échangent entre jardiniers.
  8. A la fin de l’été, récoltez les graines de vos fleurs et plantes potagères. Le principe est assez simple: la récolte se fait soit en laissant monter en graines certaines plantes (tels que les salades ou radis), soit en prélevant les graines sur les fruits bien mûrs des tomates, concombres et autres courges et courgettes… Les plantes annuelles, qui terminent leur cycle en une seule année, donnent donc des graines cette année-là, en général après l’été. Les plantes bisannuelles ne fleurissent et ne donnent des semences que l’année suivant leur plantation: pour produire des semences, beaucoup de légumes «racines» devront donc souvent passer l’hiver en cave s’ils craignent le gel et être

    repiqués au printemps, pour donner enfin des graines. Pour éviter l’hybridation naturelle, d’espèces comme les cucurbitacées, crucifères et ombellifères notamment, qui peut donner à la génération suivante quelques drôles de surprises, il est préférable de faire pousser les différentes variétés en des endroits différents, ou à des distances suffisamment espacées, ce qui n’est pas toujours évident si on a un petit jardin. La récolte doit avoir lieu à complète maturité des graines, mais avant qu’elles ne tombent d’elles mêmes et ne se disséminent dans la nature. Cueillez-les quand leur couleur tourne au brun foncé. Un truc? Placez un sachet en papier autour  du fruit pour recueillir les graines qui s’en échappent. Les semences doivent ensuite être séchées convenablement: on peut les disposer à l’ombre, sur du papier ou du tissu. Certaines plantes peuvent être cueillies entières et séchées suspendues à l’envers à la façon des bouquets secs. Quand elles sont parfaitement sèches, les graines doivent ensuite être stockées au frais et au sec.

  9. Bouturez. Cette opération, peu coûteuse, permet de reproduire fleurs vivaces, arbres et arbustes à l’identique, à partir d’un morceau de tige, de feuille voire de racine. Prélevez une dizaine de boutures par spécimen. Si tous vos plants s’enracinent, troquez votre surplus avec des voisins, des amis ou dans des bourses aux plantes et faites découvrir vos variétés préférées.

 Règle n°5: Entretenir

  1. Recueillez l’eau de pluie dans un tonneau et utilisez-la pour arroser votre jardin. Vous pouvez même raccorder tous vos robinets extérieurs à une citerne d’eau de pluie.
  2. Evitez les pesticides qui coûtent cher et sont nocifs pour l’environnement et votre santé: ôtez manuellement chenilles et doryphores sur vos légumes, écrasez les pucerons, éliminez les limaces avec un pic à brochettes. En cas d’attaque importante, faites un mélange d’eau et de savon noir, mettez-le dans un flacon et vaporisez cette solution sur vos plantes. Le savon empêchera les insectes et pucerons d’en manger les feuilles.
  3. De même, fuyez les désherbants. Préférez-leur l’arrachage à la main, et/ou l’utilisation de vinaigre, ou de l’eau chaude des pommes de terre, très efficaces…
  4. Pour les surfaces non plantées, pensez au paillage qui, non seulement, freine la pousse des mauvaises herbes et rend leur arrachage plus facile, mais a aussi d’autres avantages: celui-ci crée de l’humus en se dégradant, retient l’humidité dans le sol et, donc, diminue les quantités d’eau à apporter et les heures passées à arroser en été! Le paillage peut coûter cher si on l’achète en magasin, mais le top du top des paillages est à votre portée gratuitement: il suffit de broyer les jeunes rameaux d’arbres et arbustes. On fait ainsi d’une pierre deux coups: on entretient les arbres et on obtient un paillis avec leurs branches broyées. Un paillis excellent puisque ces rameaux contiennent de la sève chargée d’acides aminés, de protéines et de minéraux, ainsi que de lignine, une substance qui favorise le développement de champignons puis de bactéries qui vont participer à la régénération du sol… N’achetez pas de broyeur pour autant: votre tondeuse suffit pour broyer les brindilles et même les branches de diamètre pouvant aller jusqu’à 1,5 cm si elles sont encore tendres et humides de sève. Renseignez-vous: certaines communes proposent un service de broyage de branchages à domicile qui est même parfois gratuit et proposent des livraisons à domicile du broyat des personnes qui ne le gardent pas…

Vous aimez jardiner? Ceci est pour vous:

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, cuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)