Les produits à bannir de votre salle de bain

Les produits à bannir de votre salle de bain
© Shutterstock

L’UFC-Que Choisir, équivalent français de Test-Achat, a actualisé son rapport listant les produits cosmétiques aux substances jugées indésirables. Grâce à la contribution des consommateurs, cette liste épingle désormais 1000 références, classées en 8 catégories (déodorants et parfums, maquillage, produits solaires, soins du corps, produits d’hygiène dentaire, produits pour bébés et enfants, soins des cheveux et soins du visage). Parmi ces références, l’association a repéré 23 produits incorporant dans leurs formules des substances « rigoureusement interdites » et pourtant vendus sur le marché.

Quelles sont les substances à risque?

Les produits mis sur la sellette comportent tous une ou plusieurs substances à risque. Il peut s’agir d’allergènes, de composants irritants ou de perturbateurs endocriniens. Voici les 12 composés dits « préoccupants » :

Les perturbateurs endocriniens :

  • BHA (Butylated hydroxyanisole) : antioxydant
  • -Paraben : conservateur
  • Ethylhexyl methoxycinnamate : filtre UV
  • Triclosan : antibactérien
  • Benzophenone-1 et benzophenone-3 : filtre UV
  • Cyclopentasiloxane et cyclotetrasiloxane : émollient
  • BHT : antioxydant

Les allergènes

  • Methylisothiazolinone (MIT) et methylchloroisothiazolinone (MCIT) : conservateur
  • p-Phenylenediamine : colorant
  • Autres allèrgènes : parfum

Les composants irritants

  • phenoxyethanol : conservateur
  • SLS (Sodium lauryl sulfate) et ALS (ammonium lauryl sulfate) : tensioactif (agent lavant)

À vos lunettes, pour déchiffrer les étiquettes de vos produits! Les PEG et autre pétrolatum, nocifs pour l’environnement, mais ne menaçant pas directement la santé humaine ne sont pas sur cette liste. Pour plus de détails (les produits ont une toxicité différente selon l’âge du consommateur, par exemple) et une fiche récapitulative, rendez-vous sur le site de l’UFC-Que Choisir.

 

Ceci pourrait aussi vous intéresser

 

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)