L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu
Pexels

Comment reposer son cerveau tout au long de l’année?

Bien que les vacances soient un bon moyen de mettre son cerveau en mode off, on a trop tendance à croire que deux semaines lui suffisent pour s’oxygéner. Pour bichonner vos neurones, flânez un peu chaque jour.

Il est faux de penser que notre cerveau n’a pas besoin de pause pendant l’année. “Opposer les vacances au travail n’est pas une bonne chose”, nous dit une vidéo parue sur Arte. Albert Moukheiber, Docteur en neurosciences cognitives, y explique pourquoi il est absurde de penser que nous pouvons enchaîner des semaines de travail sans pause. Il compare cela au fait de manger 15 kilos de nourriture au début du mois et plus rien ensuite, il est clair que ça ne peut pas marcher! Pourtant, sans s’en rendre compte, on fait subir la même chose à notre cerveau. Il existe pourtant des astuces faciles à mettre en place pour le ménager sans mettre les voiles à l’étranger.

Ne rien faire!

Cela peut sembler facile dans l’absolu, mais cet exercice se révèle bien plus compliqué qu’il n’y paraît pour certaines personnalités (les énergiques, les perfectionnistes, les stressés). Le Dr Moukheiber explique ainsi qu’il faut laisser son cerveau faire ce qu’il veut. Un peu comme ses personnes que l’on voit dans les transports en commun et qui sont complètement dans le vide.

S’accorder des pauses sans téléphone

Des chercheurs américains de l’Université Rutgers ont découvert que les personnes prenant leur smartphone avec elles pendant leur pause-déjeuner au travail ne permettent pas à leur cerveau de se ressourcer et sont par la suite bien moins efficaces. Pour cette étude, ils ont séparé les participants en trois groupes: les personnes ne faisant pas de pause, celles qui faisaient une pause sans smartphone et celles faisant une pause avec smartphone. Le niveau d’efficacité et de rapidité, pour les personnes en pause avec smartphone, était le même que les personnes qui n’avaient pas fait de break.

Retirer toute forme de compétition

Évidemment, la pratique de toute forme de loisir permet de reposer son cerveau. Vous pouvez lire, faire du sport ou encore tricoter si vous le souhaitez. La limite à ne pas franchir est de se mettre une pression dans la pratique d’un loisir. Si vous ressentez un stress ou de la frustation parce que vous avez trop de travail et que vous savez que vous ne pourrez pas faire vos exercices de yoga ou cette balade en forêt, mieux vaut arrêter ou, en tout cas, diminuer le challenge.

Il y a donc un savant équilibre à trouver entre le travail et les pauses que l’on s’accorde au quotidien. Si vous n’êtes pas capable de remplir une mission dans la journée (chercher un enfant a l’école, faire des courses, nettoyer le bac du chat, plier du linge, assister à une réunion), déléguez! Accumuler du stress à la maison comme au travail, c’est empêcher à votre cerveau de se reposer et donc favoriser l’angoisse, la tristesse, la déprime latente.

Ceci pourrait également vous intéresser:

Pour être au courant de toute nos astuces modebeautéjardinmaisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Contenu des partenaires