Burn-out: ce site pourrait vous aider!

Burn-out: ce site pourrait vous aider!
Getty Images

Des troubles du sommeil, une irritabilité fréquente, des difficultés à vous concentrer ou l’envie de baisser les bras jalonnent votre quotidien? Vous êtes peut-être atteinte par le burn-out.

En Belgique, 130.000 travailleurs salariés et 5600 indépendants sont confrontés à des affections mentales qui durent plus d’un an, signale l’agence de presse Belga. Avec le confinement et les nombreuses angoisses qui l’entourent, ce chiffre pourrait bien augmenter. Si votre état de fatigue est extrême, que vous avez du mal à vous concentrer et que votre travail génère nervosité ou indifférence (le plus souvent), vous pourriez être sujette au burn-out. Un site vous aide désormais à y voir plus clair.

Ne pas confondre burn-out et dépression

Pendant son mandat de ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, Maggie De Block (Open Vld) a mis en place un site qui éclaire sur le burn-out. En cette période où l’on ne sait plus très bien si c’est le confinement, le télétravail ou la météo qui nous minent le moral, il peut être judicieux de le consulter: www.stressburnout.belgique.be.

La plateforme, divisée en cinq volets, propose un tas de conseils allant de la prévention à la reconstruction. Elle permet aussi d’identifier la maladie, souvent confondue avec d’autres troubles. “Avant que le diagnostic d’un burn-out ne puisse être posé, il faut écarter certaines maladies psychiatriques avec lesquelles il a des éléments communs, comme l’addiction au travail (“workaholisme”), le stress, les troubles anxieux et surtout la dépression”, nous dit le site. Mais ce qui est certain, c’est que “l’épuisement émotionnel et le lien avec le travail sont des éléments-clés pour définir le burn-out”.

Un site multimédias et intuitif

Au-delà des textes courts, donnant des explications sur la maladie, de nombreux professionnels de la santé interviennent en vidéo. Ils ne sont pas les seuls à évoquer le burn-out, des témoignages d’anciens malades peuvent également être visionnés. Lies raconte: “Je voulais toujours gravir les échelons. Cela a toujours été mon ambition. C’est ce qu’on m’avait inculqué à la maison: il faut travailler. Donc j’ai continué à travailler, jusqu’à ce que ce ne soit plus possible”. Des témoignages qui permettront à certains de s’identifier et de comprendre leurs maux.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Si le sujet vous intéresse, vous aimerez

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardin, maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)