Quel est l’impact du confinement sur les mamans en post-partum?

Quel est l'impact du confinement sur les mamans en post-partum?
© Getty Images

L’isolement que nous vivons actuellement pèse sur les jeunes mamans. Déjà fragilisées, elles sont particulièrement sujettes à la solitude et à l’anxiété induites par le confinement.

Le post-partum est une période très sensible dans la vie d’une femme. La grossesse et l’accouchement à encaisser, les hormones en chute libre et un nouveau rôle de mère à apprivoiser… Vous avez là un terreau parfait pour voir émerger un baby blues, voire une dépression post-partum. La pandémie semble d’ailleurs faire sensiblement augmenter les cas de dépressions périnatales, qui touchent habituellement une femme sur cinq (lire ci-dessous). En cause: les mesures sanitaires, qui isolent pendant la grossesse, mais aussi pendant l’accouchement et le post-partum. Le post-partum, ce moment-charnière où les mamans ont justement besoin d’être entourées de manière bienveillante et soutenues d’un point de vue logistique.

“Les mamans sont plus seules que jamais”

Nous nous sommes entretenues avec Sophie Litt, spécialiste dans l’accompagnement périnatal, qui confirme: “Le suivi des femmes enceintes et des jeunes mamans a été complètement chamboulé cette dernière année. Elles ont dû se rendre à leurs consultations gynécologiques et échographies masquées et souvent seules, se sont vu interdire les groupes de préparation à la naissance et ont eu à gérer un séjour à la maternité pratiquement en solo (visites interdites pour les amis et la famille et cadrées pour le co-parent), pour finalement se retrouver à la maison avec un nourrisson sans la possibilité de le présenter. Cette réalité les a plongées dans une grande solitude, difficile à vivre pour une large majorité”.

Ajoutez à cela le stress induit par la pandémie et les mesures restrictives, et vous obtenez un cocktail explosif qui fait descendre en flèche l’ocytocine, l’hormone du bien-être. Or, on sait qu’une chute du taux d’ocytocine dans le corps augmente le risque de souffrir de dépression post-partum.

Pour approfondir le sujet, lire aussi: Ocytocine et post-partum, quel lien?

Comment aider une jeune maman en temps d’épidémie?

Les mamans ayant tout juste accouché ont un réel besoin de soutien pour ne pas sombrer dans l’épuisement et la déprime. Mais comment faire lorsque les contacts sociaux sont limités? L’accompagnatrice en périnatalité nous donne six pistes à suivre, tant pour la jeune mère que pour son entourage.

Pour la maman

  • Ne pas avoir peur de demander de l’aide: même si vous ne voyez pas vos proches, ils peuvent être présents en allégeant votre charge mentale. Un conseil donc: n’ayez pas peur de demander de l’aide et de déléguer certaines tâches telles que les courses, le repassage, les lessives, etc. Si vous ne souhaitez pas demander cela à vos parents ou frères et sœurs, pensez à déléguer à travers les services inclus dans les titres-services.
  • Vivre les contacts sociaux autrement: pour garder le contact avec votre famille et/ou vos amis, proposez-leur une balade à l’extérieur (avec bébé bien emmitouflé) et, pourquoi pas, un “café-visio”, histoire de papoter régulièrement et de sortir de la solitude.
  • Prendre du temps pour soi: s’il est vrai qu’un nouveau-né occupe presque tout notre temps, il est essentiel de prendre un moment rien que pour soi, chaque jour. “Cela vous permettra de vous ressourcer et donc de garder la tête hors de l’eau en période de post-partum”, rappelle Sophie Litt. Ne vous sentez donc pas coupable de donner le relais au co-parent pour prendre un bon bain, bouquiner, aller vous promener, faire une séance de méditation ou vous rendre chez le coiffeur (et si ça dure trois heures, ça dure trois heures…).

Pour l’entourage

  • Prendre des nouvelles de la maman: envoyez-lui un message et/ou appelez-la régulièrement afin de savoir comment elle se porte et, surtout, comment elle vit son post-partum (posez la question franchement). Soyez une oreille attentive et non jugeante afin qu’elle puisse déposer ses émotions en toute confiance. Ne vous attendez pas toujours à une réponse, les jeunes mamans sont vite débordées, mais ne cessez pas de vous renseigner sur son état de santé physique et mental.
  • Rendre des services: comme cuisiner des petits plats qu’elle n’aura plus qu’à réchauffer (foncez sur les légumes vitaminés et les bouillons, par exemple), vous rendre pour elle à la pharmacie ou au supermarché, reprendre le linge sale du bébé et lui remettre propre… L’idée est qu’elle puisse être déchargée de certaines tâches quotidiennes pour se reposer ou quitter le nid.
    Si la maman a accouché par césarienne, sachez qu’elle ne peut ni conduire ni porter de charges lourdes pendant plusieurs semaines. À cause de la cicatrice, certaines mamans sont même incapables de donner le bain à leur tout-petit pendant longtemps. Votre aide sera précieuse!
  • Déposer des attentions sur le pas de sa porte: rien ne vous empêche de faire livrer – ou de déposer le temps d’une rencontre courte et masquée – un bouquet de fleurs, une pâtisserie, un bouquin qui fait du bien…

Et si je souffrais de dépression post-partum?

La dépression post-partum toucherait environ 20% des jeunes mamans, en Belgique. Selon les spécialistes de la périnatalité et de la santé mentale, ces chiffres, donnés avant la pandémie, sont à revoir à la hausse.

Les signes qui doivent alerter

  • Un sentiment de tristesse et/ou de morosité qui dure (le baby blues dure de quelques heures à deux semaines, généralement pas davantage)
  • Une perte d’appétit
  • Des difficultés à trouver le sommeil et/ou un trouble du sommeil
  • Un sentiment d’incapacité et/ou de culpabilité qui dure
  • Des idées noires (soyez vigilants, elles ne sont pas toujours formulées)
  • Un manque de motivation et/ou d’investissement dans sa vie de maman et dans le lien avec l’enfant
  • Des épisodes de pleurs incontrôlés

Vous vous reconnaissez dans l’un ou plusieurs de ces symptômes? Consultez un spécialiste (psychologue, sage-femme, kiné…), afin de ne pas dévaler la pente.

Plus de conseils pour les futures et jeunes mamans

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)