Januhairy: cap’ de ne pas vous épiler pendant un mois?

Januhairy: cap' de ne pas vous épiler pendant un mois?
Instagram/@janu_hairy

Januhairy, nouveau défi lancé par une étudiante sur Instagram, invite les femmes à ne plus s’épiler ou se raser pendant tout le mois de janvier. Une initiative, empreinte du « Body positive », qui prône la liberté de choisir et tente de faire évoluer les diktats de beauté. 

Après le « Dry January » (défi qui consiste à ne pas boire d’alcool pendant un mois), un autre défi a fait son apparition sur les réseaux sociaux, à l’initiative d’une étudiante anglaise. Le « Januhairy », contraction des mots january (janvier) et hairy (poilu), invite les femmes à ne plus s’épiler ou se raser durant le mois de janvier.

Aimer ses poils au naturel

L’étudiante à l’origine du challenge, Laura Jackson, a expliqué avoir commencé à se laisser pousser les poils en mai dernier pour ses cours de théâtre. Sur son compte Instagram, une photo la montre le bras levé et l’aisselle poilue. « Certains aspects ont été difficiles à gérer pour moi, alors que d’autres m’ont vraiment ouvert les yeux sur le tabou qui règne à propos des poils des femmes. Après quelques semaines, j’ai commencé à aimer mes poils au naturel », écrit-elle en légende du cliché.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Januhairy (@janu_hairy) on

Et vous, seriez-vous capable de vous laisser pousser les poils durant un mois?

Des femmes suivent le mouvement

Cette initiative, empreinte du « Body positive » et qui a également pour but de soutenir la campagne Body Gossip’s education program, a rapidement trouvé son écho auprès de nombreuses femmes, qui ont rejoint le mouvement et partagent leurs photos sous le hashtag #januhairy.

Plus d’articles sur le « Body positive »? Lisez également ceci

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, parentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)