Nos derniers articles

Michel Sarran: "Je ne suis pas un cuisinier passionné" (vidéos)

L'interview doudou de Michel Sarran!

  • Partagez ceci avec vos amis:
Michel Sarran: "Je ne suis pas un cuisinier passionné" (vidéos) Article

Chef doublement étoilé et juré de l'émission Top Chef depuis 3 ans, Michel Sarran attire la sympathie et inspire de nombreux cuisiniers, pro ou amateurs. "Fils de paysan", il n'a pourtant pas grandi avec une folle envie de cuisiner. Aujourd'hui, il semble avoir trouvé le moyen d'expression qu'il cherchait... Mais sans passion, comme il nous l'explique lors de son passage à Bruxelles.

Membre du jury de l’émission Top Chef depuis 3 saisons, Michel Sarran est désormais une personnalité publique qui doit gérer son travail de cuisinier et ses restaurants, mais aussi les interviews et les tournages, tout en tentant de se garder “des fenêtres”, pour respirer.

Le chef doublement étoilé est connu pour sa sensibilité, son humour, son coaching en mode papa mais aussi l’attachement qu’il porte à ses souvenirs d’enfance à la campagne et la cuisine de sa maman, sans qui il ne serait sans doute pas où il est aujourd’hui. A 57 ans, son succès est indéniable, sa cuisine applaudie et tout le monde a envie d’être son ami. Pourtant, Michel Sarran est loin d’avoir toujours su qu’il voulait devenir cuisinier, bien au contraire!

“Au départ, je voulais être pianiste!”

“En cuisine, je n’ai pas eu de déclic. Mon histoire avec la cuisine, elle est un peu particulière”, nous raconte le chef. “Petit, j’aimais faire de la pâtisserie, comme j’aurais joué aux Lego… Faire un quatre-quarts, le mettre au four, voir que ça pousse, que ça dore et que c’est bon à manger, il y a plein d’enfants qui aiment faire ça”, se dit Michel Sarran, qui avait d’autres ambitions à l’époque. “Au départ, je voulais être musicien, pianiste! Ensuite j’ai fait un collège agricole, puis j’ai fait des études de médecine. Au bout de deux ans, la médecine m’a fait comprendre qu’il valait peut-être mieux que je fasse autre chose, qu’elle n’avait pas vraiment besoin de moi. Alors quoi faire? J’ai passé des concours d’assistant social, puis pour rentrer à l’école d’infirmier, bref j’ai fait plein de trucs, j’ai été recalé de partout!”

“J’ai commencé à travailler en cuisine avec ma mère sans plaisir, sans émotion”

Au même moment, la mère de Michel Sarran ouvre son auberge dans le Gers, en France. “Quand tu es jeune adulte, il faut trouver un métier pour gagner sa vie, pour pouvoir fonder une famille, trouver une femme, avoir des enfants, cotiser pour la retraite et puis voilà. C’est un cycle et c’est comme ça, on t’explique que la société occidentale est ainsi faite, que c’est comme ça qu’elle est construite. Pour moi, c’était mal barré,  parce que je ne savais pas quoi faire”, se souvient Michel Sarran. “J’ai donc commencé à faire de la cuisine avec ma mère, mais sans passion, sans déclic. C’est elle qui m’a appris les bases de ce métier, mais je n’avais pas de plaisir, pas d’émotion. Faire des confits de canard pommes sautées c’était bon, mais c’est tout. C’était alimentaire, je savais que je pouvais gagner de l’argent avec ça.”

“Je ne suis pas un cuisinier passionné. Pour moi, la passion, c’est négatif”

Toujours “sans passion”, Michel, l’apprenti cuisinier, fait ses bagages et part à Paris pour travailler dans un restaurant italien. Un peu plus tard, il rencontre un  grand chef qui lui ouvre les yeux sur ce que la cuisine peut vraiment lui apporter. “Un jour, j’ai eu la chance, grâce au culot de ma mère, de rentrer dans la cuisine d’un grand chef, celle d’Alain Ducasse. J’ai beaucoup souffert, parce que je n’avais pas le niveau. J’en bavais et j’en pleurais tous les jours mais en même temps je me suis dit: ‘mais purée, on peut raconter plein de choses avec ce métier!’ C’est là,  quand j’ai compris que c’était un moyen d’expression, que finalement ça me convenait bien”.

“J’en ai bavé, mais je me suis accroché”, observe le chef.  “Mais à aucun moment ça n’a été une passion, et ça ne l’est toujours pas. Je ne suis pas un cuisinier passionné. Parce que moi, je ne peux pas associer quelque chose de positif à la passion. Pour moi la passion, c’est négatif”.

“Quand on a un amour passionnel, c’est tout sauf positif. C’est dévastateur, on fait n’importe quoi, c’est irrationnel au possible. La passion amoureuse? On est des gogoles quand on est amoureux passionnément! On pleure, on rit, on ne sait plus ce qu’on fait, on est capable de tout faire mais ça ne dure jamais très longtemps, c’est éphémère une passion amoureuse.”

 

“J’adore mon métier, il me fait vivre une vie que je n’aurais jamais espéré vivre”

“J’adore mon métier, il me fait vivre une vie que je n’aurais jamais espéré vivre, moi, fils de paysan gersois.  Tout ce que je vis, tous les voyages que je peux faire, ces rencontres, toutes ces histoires Top Chef etc, c’est merveilleux, c’est un métier qui me rend  heureux. Mais ce n’est pas passionné!”

Si le petit Michel ne trépignait pas à l’idée de cuisiner, c’est peut-être aussi parce qu’à l’époque, on ne pouvait pas lui faire avaler n’importe quoi. Et pour certains aliments, Michel Sarran ne veut toujours pas en entendre parler!

“J’ai un blocage d’enfance”

“Je n’étais pas un enfant très facile pour manger. J’ai un blocage d’enfance”, nous confie-t-il. “Ma marraine a été assez négative au niveau de mon alimentation. Quand j’allais en vacances chez elle l’été, elle me faisait ramasser les haricots verts, j’équeutais les haricots verts, elle les faisait cuire et elle me les faisait manger derrière! Un jour ça va, mais quand c’est tous les jours – parce qu’elle en avait certainement planté beaucoup trop – j’en ai fait une overdose”. Résultat, vous ne trouverez pas ou peu de haricots verts dans ses menus! “Je n’en ai pas dans mes plats, ou alors je les cache, je les mets sous d’autres aliments!”

Mais Michel Sarran doit aujourd’hui faire face à son blocage… car le chef “essaye d’être au régime”! “Le vice, c’est que j’ai trouvé un régime qui me fait manger des haricots verts avec du poulet le soir pour perdre du poids… C’est quand même freudien”, pense-t-il tout à coup. “… Je vais réfléchir!”

Ce n’est donc pas parce qu’on est un grand chef qu’on aime tout cuisiner, et surtout tout manger! Michel Sarran n’a pas de problème uniquement avec le haricot vert. “Il y a aussi l’agneau, j’ai un peu de mal avec l’agneau, il y a pas mal de choses que je n’aime pas en fait, les goûts forts. Le goût fort de l’agneau, du mouton, j’ai du mal. Et les abats! C’est pas ma culture, je ne peux pas!”, soulève le chef avec angoisse.

“Quand je fais ce plat, c’est un peu en mémoire de mon père”

“Mais à nouveau, ça ne veut pas dire que je ne les cuisine pas”, tient-il à souligner. “Je cherche toujours un prétexte, même pour les abats. Je cuisine des ris de veau parce que mon père adorait ça. Et mon père a beaucoup compté dans mon métier, tout comme ma mère. Lui, c’était un grand gourmand, il adorait les ris de veau et quand je fais ce plat c’est un peu en mémoire de mon père. Ca a un grand succès d’ailleurs, j’en vends beaucoup!”

“La fricassée de poulet à l’oignon de ma mère c’était magique”

Si certains souvenirs culinaires lui font mal au ventre, Michel Sarran a-t-il un plat dont le goût le ramène directement en enfance? “Je n’ai pas “un” plat en tête. Pour moi, l’enfance c’est synonyme de plein de choses, je peux parler de la croustade du Gers que faisait ma mère, du gratin de pommes que faisait ma grand-mère… Cette recette, je l’ai beaucoup utilisée. je pense à des plats que j’ai mangé avec des copains en étant enfant, des crêpes avec une bonne confiture d’abricot que faisait la mère de l’un d’eux. Quand on est enfant, c’est vrai qu’on est assez marqué par le sucre plus que par le salé. Mais la fricassée de poulet à l’oignon de ma mère c’était magique, j’adorais ça”, se souvient-il, les yeux écarquillés comme si le plat fumant était posée devant lui.

Tout le monde n’a pas la chance d’avoir une maman, ou un papa, qui a du talent en cuisine. Une fois adulte, par où commencer, quand on est élevé aux plats surgelés et que personne n’a de bonnes recettes de famille à nous léguer?

“La cuisine c’est juste avoir envie de faire plaisir”

“Un chef trois étoiles, qui est décédé et qui s’appelait Alain Chapelle disait “la cuisine c’est beaucoup plus que des recettes”. Beaucoup de personnes sont un peu paralysées à l’idée de faire de la cuisine, parce qu’elles se disent qu’elles ne connaissent pas les recettes. Mais la cuisine c’est aussi très simple!”, tient à rassurer le chef.

“On peut prendre des œufs, faire des œufs brouillés, ajouter de la crème, mettre un coup de mixeur pour que ça soit lisse, mettre ça dans une verrine… Puis dessus, on va mettre un petit guacamole avec quelques gambas sautées, des crevettes… et on a une entrée! La cuisine c’est juste avoir envie de faire plaisir, associer des bonnes choses”.

“Penser recette, c’est être dans les codes”

“Ne pensez pas trop recette”, recommande Michel Sarran. “Penser recette c’est être dans les codes. ‘La recette de crêpes c’est ça, ça et ça, la recette de pâtes c’est ça, ça et ça’. Non non non! Moi j’ouvre mon frigo, je fais avec ce que j’ai et ça fonctionne… Bien sûr au départ il faut savoir au moins cuire les pâtes!”, reconnait-il.

Et avec des enfants, comment s’y prendre pour leur cuisiner des plats équilibrés… qui donnent envie? “Ma mère était une excellente cuisinière, mais elle m’a quand même fait manger des nouilles au beurre. C’était dégueulasse! En travaillant dans un restaurant italien j’ai découvert que les pâtes c’était délicieux, j’adore ça et j’adore les cuisiner. Mais les nouilles au beurre… je peux pas.  Les parents, hommes ou femmes, doivent pouvoir séduire leurs enfants par la cuisine”.

“Ma fille rentrait dans la cuisine en criant “Je veux du Mc Do!””

Père de deux filles, Michel Sarran a lui aussi eu du mal à convaincre l’une d’elles que ses plats étaient meilleurs qu’un menu de fast-food!

“Une de mes deux filles était plutôt friande de ma cuisine au départ, et l’autre, au contraire, était en opposition. J’ai fait un boulot terrible pour la convaincre! A une époque, quand elle était petite, elle rentrait dans la cuisine en criant “Je veux du Mc Do!”. Mais maintenant, elle adore les truffes!”, se souvient le chef en rigolant.

“Allez papa et maman, au boulot!”

“Il faut sortir de ce qu’on sait faire. Il faut se poser les bonnes questions”, conseille Michel Sarran, au regard de son expérience de père. “Pourquoi un enfant n’aime pas tel ou tel aliment? C’est vrai qu’on parle beaucoup des hamburgers qui viennent des Etats-Unis, et bien il faut s’en servir! C’est pas ce qu’il faut faire, mais il faut utiliser ces idées pour aller chercher un côté un peu fun. Ça demande de se remettre en cause au niveau culinaire… Il faut faire travailler les méninges un peu. Allez papa maman, au boulot!”

“Il ne faut pas essayer de matraquer les enfants”

Le chef doublement étoilé ne veut cependant pas jouer au donneur de leçon. Oui, lui aussi, il est allé manger au fast-food avec ses enfants.

“Je n’ai pas eu le choix, j’y suis allé et je leur ai dit “vous voyez, franchement, c’est pas bon!””. Après, il ne faut pas lutter. Il ne faut pas essayer de matraquer les enfants en disant “ça c’est pas bon, ça c’est pas bon”. Ma fille en mangeait, mais c’était plus par provocation que par satisfaction. Un jour, j’ai compris qu’elle n’était plus sûre d’elle sur ce discours. Alors je lui ai fait des burgers moi aussi, à ma façon. Elle me disait “oui, c’est sûr c’est mieux”… Heureusement que c’est mieux!”

“2 millions d’enfants qui meurent de faim chaque année… Pourquoi?”

Michel Sarran est conscient qu’il y a un travail énorme à faire chez nous contre la mal-bouffe. Mais pour le chef et le père de famille, il y a un combat encore plus important à mener, un combat qui le touche profondément. “Je sais qu’il y a des problèmes parce qu’aujourd’hui, on a de plus en plus de bouches à nourrir et que l’industrie agro-alimentaire ne fait pas que du bien. Mais si il y a un combat que j’aimerais mener, moi, c’est surtout par rapport aux enfants qui meurent de faim. Quand on se pose des questions sur ce qu’il faut faire à manger aux enfants ou pas, si nos enfants sont tous malades demain, c’est vrai que ça peut très vite être un problème d’ordre national et de santé publique. Mais, plus que ça, savoir qu’il y a 2 millions d’enfants qui meurent de faim chaque année, ça, pour moi, ça mérite qu’on se pose la question de savoir “pourquoi?””, dit Michel Sarran, le ton grave.

“Vous imaginez, une maman qui perd son enfant parce qu’elle ne peut pas lui donner à manger? C’est horrible, et pour un cuisiner, pour un chef se dire que ce problème touche encore 2 millions de personnes… C’est deux fois Bruxelles! Deux fois la ville de Bruxelles qui tous les ans meurent de faim chez les enfants!”

Retrouvez Michel Sarran chaque lundi dans Top Chef sur RTL-TVi

Pour ne rien manquer de nos actualités, suivez Femmes d’Aujourd’hui et Délices de Femmes d’Aujourd’hui sur Facebook et Instagram ou inscrivez-vous à notre newsletter!

Ces articles peuvent aussi vous intéresser:

 

  • Partagez ceci avec vos amis:

Newsletter

Pour ne pas rater les bons plans, recevez notre newsletter 1 fois par semaine!

Articles connexes