Témoignage: « J’ai eu un bébé après un cancer du sein »

Témoignage: "J'ai eu un bébé après un cancer du sein"
Getty Images

À 32 ans, Déborah se découvre un cancer du sein particulièrement agressif. Les traitements sont lourds et longs. Et si elle les interrompait le temps d’une grossesse? Le pari est peut-être risqué, mais l’envie de donner la vie va l’emporter!

Une vie qui suit son cours, jusqu’au jour où…

« Je suis maman et c’est la chose la plus magnifique qui me soit jamais arrivée! Je profite de ce bonheur au quotidien, d’autant que ma petite Emma est arrivée après un cancer du sein… J’avais 32 ans. Je pensais avoir toute la vie devant moi. J’étais en couple avec Nico depuis les études, on s’était dit qu’on fonderait une famille, qu’on aurait deux enfants. Mais on était jeune, on avait bien le temps. On voulait d’abord s’installer, voyager, s’amuser… Puis, un jour, je me suis rendu compte que quelque chose clochait dans mon sein gauche. »

L’annonce du cancer du sein

« J’ai fait des examens et le diagnostic est tombé, c’était un cancer. Un coup de massue ‘Cancer du sein’. Quand la gynéco prononce ces trois mots, j’ai la sensation physique que mon horizon se réduit. La tumeur est tellement importante qu’elle est inopérable dans l’immédiat. Il faut commencer par une chimio pour tenter de la réduire. Je suis effondrée. Nico aussi. Avant d’entamer les traitements, les médecins nous expliquent qu’ils pourraient avoir un impact sur ma fertilité. C’est vrai que nous avions toujours imaginé avoir des enfants… Mais à ce moment-là, croyez-moi, on ne pense pas à cela! Le diagnostic est grave et je n’ai qu’une seule idée en tête: sauver ma peau. Mon échelle du temps s’est modifiée, je ne suis plus capable de me projeter dans le futur. Je suis juste dans l’instant présent. Quand est-ce que je peux entamer ma chimio? Et d’abord: quelle est mon espérance de vie? Les médecins ne veulent pas se prononcer. Ils esquivent en me disant que ce sont seulement des statistiques, qu’un cas n’est pas l’autre… Mais je les harcèle. De guerre lasse, l’un d’eux me donne l’adresse d’un site médical où je trouverai la réponse à ma question. J’encode toutes mes données, le résultat s’affiche à l’écran: mon espérance de vie est de 7 ans. J’ai 32 ans, à 39 ans ce sera fini ».

L’opération de la délivrance

Lire la suite gratuitement!
Pour un accès illimité à Femmesdaujourdhui.be, créez votre compte gratuitement! Cela vous prendra moins d’une minute, c’est promis.
...

Texte Christine Masuy / Coordination Anne Deflandre / Photo Doc perso.

Lisez également ces trois articles

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardin,maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)