L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu
© Getty Images

Parler d’amour et de sexe avec son enfant… On fait comment?

Par Tatiana Czerepaniak

Votre enfant a entre 5 et 12 ans, se pose beaucoup de questions sur l’amour et vous ne savez pas toujours comment aborder le sujet? Piochez dans ces astuces de professionnels de l’éducation pour accompagner votre enfant dans son développement.

« Maman, comment on fait les bébés? », « Comment on sait qu’on est amoureux? », « C’est quoi la puberté?”, « Pourquoi mon crush ne m’aime pas? », « C’est quoi une érection? »… Les enfants s’en posent des questions sur l’amour et le sexe, et ce, dès le plus jeune âge. Ils interrogent alors souvent leurs parents, dans l’espoir de mieux comprendre le monde amoureux et les sentiments qui les submergent. Mais si certains parents sont très à l’aise avec ça, d’autres appréhendent ces discussions. Une crainte tout à fait compréhensible puisqu’il s’agira d’utiliser les mots justes, selon l’âge et la maturité de l’enfant, afin de l’aider à devenir une personne respectueuse et bien dans sa peau… Quel challenge!

Dois-je répondre à toutes ses questions?

Selon Charline Vermont, sexologue et formatrice en santé sexuelle, il est primordial d’offrir à son enfant un espace de parole sans tabou au sein duquel il pourra verbaliser toutes les questions qu’il se pose sur l’amour et la sexualité. “Des études montrent qu’aborder ces sujets en famille permet de diminuer les risques de grossesse non désirée, d’IST et de violences sexuelles. Si les parents n’en parlent pas, les enfants risquent de se tourner vers leurs copains pas plus informés qu’eux, ou vers Internet et la pornographie qu’on peut y retrouver”, met en lumière Charline Vermont dans son livre « Corps, amour, sexualité… Les 120 questions que vos enfants vont vous poser ».

Accueillir les questions avec bienveillance

« Donner une éducation sexuelle positive à un enfant commence par ne pas fuir ses questions sur le corps, l’amour et la sexualité », explique-t-elle. C’est pourquoi elle nous invite à accueillir ces discussions avec bienveillance: « En répondant présente, vous envoyez un message positif: vous lui signifiez que vous êtes une personne fiable qui l’accompagnera tout au long de son chemin ».

Parler d’amour à son enfant: les 4 conseils de la pro

Dans son ouvrage, la spécialiste de l’éducation à la sexualité propose un tas de pistes aux parents pour discuter sans tabou d’amour et de sexualité avec leurs enfants. En voici quatre.

1. Adopter le triple réflexe 

Face à une question intime, Charlotte Vermont propose au parent d’adopter ce qu’elle appelle « le triple réflexe »:

  1. On valorise la question: pour encourager sa curiosité.
  2. On exprime sa joie: pour envoyer deux messages à son enfant. Tout d’abord qu’il n’y a pas de tabou chez vous, mais aussi que vous êtes une personne de confiance à qui il peut poser ce genre de questions.
  3. On lui retourne la question: c’est une bonne manière de savoir ce que votre enfant sait déjà sur le sujet et, si besoin, de corriger le tir s’il a eu vent d’informations incorrectes.

Exemple: votre enfant vous demande « C’est quoi, faire l’amour ? ». En adoptant le triple réflexe, vous y répondrez de cette manière: « Ah, c’est une bonne question! Je suis heureuse que tu me la poses. Avant d’y répondre, j’aimerais savoir ce que ça signifie, pour toi, faire l’amour? ».

2. Répondre « step by step » pour ne pas en dire trop

Une fois dans le vif du sujet, il vaut mieux répondre à la question de manière progressive:

  • On donne une première réponse courte, avec un minimum d’infos.
  • On fait ensuite une pause, pour demander à son enfant si l’explication lui suffit.
  • S’il souhaite des précisions et que vous êtes d’accord avec sa demande, donnez-lui plus de détails.

 Le but est ici d’assouvir la curiosité de l’enfant, sans en dire trop.

3. Préserver son intimité et celle de son enfant

La sexothérapeute le précise: « Donner une éducation sexuelle positive à son enfant ne signifie pas dévoiler votre intimité ou s’immiscer dans la sienne ». Pour parler d’amour et de sexualité avec son enfant, la meilleure chose à faire est d’utiliser des mots simples sans projeter sur lui des questionnements d’adultes. On évite donc les « Mais c’est qui, ton amoureuse ? » ou toute autre question qui le pousserait à dévoiler des détails intimes.

4. Ne pas avoir peur de dire qu’on ne sait pas

Votre enfant vous pose des questions pour lesquelles vous n’avez pas de réponse? Aucune honte à avoir. Répondez-lui simplement: « J’ai envie de te donner une réponse précise, mais pour l’instant je n’ai pas assez d’informations sur le sujet. Je reviens vers toi quand j’en saurai plus ».

Pour aller plus loin

Le livre de Charline Vermont est sorti aux Éditions Albin Michel et est à retrouver dans toutes les bonnes librairies.

Vous êtes à la recherche de trips d’éducation bienveillants?

Recettes, mode, déco, sexo, astro: suivez nos actus sur Facebook et Instagram. En exclu: nos derniers articles via Messenger.