L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu
4% de la population belge vivrait une situation de surendettement © Getty Images

J’ai des dettes… Comment m’en sortir?

Une dépense inattendue, un accident, une séparation… Il suffit de peu pour tomber dans la spirale du surendettement. N’attendez pas pour réagir!

En 2016, 370.000 Belges étaient enregistrés comme surendettés, soit 4% de la population. Mais ça veut dire quoi au juste? Attention, pour commencer, de ne pas confondre endettement et surendettement. Si le premier signifie avoir au moins un crédit à rembourser (prêt hypothécaire, crédit auto, emprunt pour des travaux), le surendettement se caractérise quant à lui par l’impossibilité de payer les factures et de rembourser les crédits pour lesquels nous nous sommes engagés.

Se faire aider pour gérer son budget

Le surendettement est soit la conséquence d’une mauvaise gestion de ses revenus et de ses dépenses, soit d’un mauvais coup de la vie: perte d’emploi, séparation, maladie… Si des solutions existent pour gérer « l’après », il y en a surtout pour agir en amont et vous aider à mieux gérer votre argent.

• La guidance budgétaire: un service gratuit, accessible à tous, généralement organisé par le CPAS de chaque commune. C’est indiqué pour celles et ceux qui ont du mal à joindre les deux bouts. Vous gardez le contrôle de vos revenus, mais un coach vous donne des conseils pour apprendre à planifier votre budget. Où faire des économies? Comment tenir compte des dépenses imprévues? Comment intégrer les coûts fixes annuels dans votre budget mensuel?

• La (co)gestion budgétaire: utile pour ceux qui ont tendance à dépenser de manière excessive. Cette aide, proposée par les CPAS et certaines ASBL, consiste à ouvrir un compte bancaire bloqué, pour lequel l’assistant social a procuration. Vous percevez alors un montant de subsistance hebdomadaire ou mensuel. En partageant momentanément la responsabilité de votre argent avec un travailleur social, vous évitez de dépenser ce qui devrait être destiné au paiement de vos factures, et apprenez à reprendre le contrôle de votre budget.

Dans tous les cas, ne laissez jamais les factures et les rappels s’accumuler sans réagir, vous éviterez ainsi les intérêts de retard et l’intervention d’huissiers. Si vos créanciers sont nombreux et vos dettes élevées, faites appel à un médiateur de dettes.

Vous êtes à la recherche d’un médiateur de dettes? Retrouvez la liste des services agréés sur le site de l’Observatoire du Crédit et de l’Endettement: observatoire-credit.be, onglet « Trouver un service de médiation » ou au 071/33.12.59.

Surendettement: les solutions

La médiation de dettes a un but: trouver une solution durable au problème de surendettement. Durant le processus, le médiateur – qu’il soit attaché au CPAS, notaire, avocat ou huissier – et vous-même établissez une liste de vos revenus et de vos dettes. Vous fixez ensuite le minimum de revenu indispensable pour vous permettre d’assurer vos dépenses essentielles: loyer, eau, gaz, électricité, nourriture, frais scolaires, de déplacement, habillement, soins médicaux… Et ce, afin de calculer ce qu’il reste pour rembourser vos créanciers tous les mois, et connaître le montant précis du budget dont vous disposez pour vivre.

Dans un deuxième temps, le médiateur vérifiera si les montants réclamés sont justifiés, et échafaudera un plan de remboursement qu’il proposera à vos créanciers. Si ceux-ci acceptent la proposition, vous devrez respecter ce plan jusqu’au remboursement total de la dette, et reverrez régulièrement le médiateur pour suivre l’évolution des versements. S’ils refusent, le médiateur vous conseillera d’entamer un règlement collectif de dettes, ou une autre procédure judiciaire.

Le règlement collectif de dettes

Si le montant total de vos dettes est tel qu’il vous est impossible de les rembourser, ou d’entamer une médiation à l’amiable, vous pouvez demander de l’aide sous la forme d’un règlement collectif de dettes. Un tribunal du travail vous accordera alors l’intervention d’un médiateur de dettes, à qui il reviendra de gérer vos revenus. Il vous en allouera une partie limitée – dit revenu de subsistance – et utilisera le reste pour établir avec vos créanciers un plan de remboursement serré. Après un processus strict pouvant durer jusqu’à sept ans, les dettes impayées seront annulées, pour vous permettre de repartir sur de bonnes bases.

En effet, le règlement collectif de dettes, tel que défini par le SPF Économie, « vise à rétablir la situation financière du débiteur, notamment en lui permettant de payer ses dettes tout en lui garantissant de pouvoir mener une vie conforme à la dignité humaine ».

Une procédure inconfortable, mais salvatrice

Si mettre ses revenus entre les mains d’un médiateur, ainsi qu’une partie de votre vie privée, peut s’avérer difficile à vivre (puisque votre environnement, à savoir votre employeur, votre ex-partenaire qui verse une pension alimentaire, les organismes de paiement… sera informé de votre trajectoire), cette procédure est salvatrice, puisqu’elle vous aidera à sortir de cette faillite personnelle.

Pour tout savoir de ce qui vous attend sur le plan juridique, ainsi que pour l’évaluer sur un plan plus émotionnel, le CPAS peut vous guider.

L’outil indispensable pour gérer ses finances: le budget

Aussi fastidieux que nécessaire et efficace, faire son budget permet de connaître en détail votre situation et d’ainsi éviter le surendettement, ou redresser rapidement la situation en cas de problèmes financiers. Voici quelques conseils pour créer son budget:

• Écrire vos rentrées financières: salaires, allocations, rentes, primes, chèques-repas, éco-chèques, remboursement d’impôts, certificats verts….

• Indiquez par ailleurs vos dépenses fixes mensuelles (loyer, énergie, carburant, frais médicaux, téléphonie, abonnements, plateformes de streaming, remboursement d’un prêt…), vos dépenses périodiques (taxes, cadastres, assurances, frais d’inscription à un club de sport…), ainsi que vos dépenses variables (entretiens auto, eau…) et celles dites « facultatives » (cadeaux, fêtes, anniversaires…).

• En déduisant toutes ces dépenses de vos revenus, vous saurez ce qu’il vous reste: et pourrez en toute connaissance de cause adapter vos habitudes d’achats, diminuer certaines dépenses et ainsi vous constituer une réserve en cas d’imprévu, ou pour financer un projet.

Lire aussi: Instagram vous fait-il dépenser l’argent que vous devriez épargner?

Que faire si… 

Votre solde est proche de zéro? La moindre dépense imprévue risque de déséquilibrer votre budget. Pour éviter cela, il est important de réduire vos dépenses – revoir vos contrats divers – et se renseigner sur les aides auxquelles vous avez droit en fonction de votre situation. L’autre solution est aussi de chercher à augmenter vos revenus. C’est le moment de demander une augmentation ou vous lancer dans une activité complémentaire!

Votre solde est négatif? Vous dépensez plus que vous ne gagnez. Réagissez sans attendre, avant qu’il ne soit trop tard! Renseignez-vous sur les aides possibles (en matière d’énergie par exemple), et sollicitez un échelonnement de paiements auprès de vos créanciers. Surtout, évitez de regrouper toutes vos dettes auprès d’un seul organisme avant d’en avoir discuté avec un médiateur de dettes. 

Éviter le surendettement: 2 conseils utiles

Divisez par 12 vos rentrées annuelles, telles que votre pécule de vacances, votre prime de fin d’année etc., pour déterminer le montant mensuel.

Faites votre budget chaque année, ainsi qu’à chaque changement de situation familiale (naissance, séparation…) ou professionnelle (perte d’emploi, augmentation, nouveau contrat…).

Besoin d’aide pour faire votre budget? Un modèle de grille de calcul budgétaire est disponible sur le site observatoire-credit.be (onglet « boîte à outils »), mais aussi sur le portail socialsante.wallonie.be et sur le site mediationdedettes.be.

Plus de conseils financiers

Recettes, mode, déco, sexo, astro: suivez nos actus sur Facebook et Instagram. En exclu: nos derniers articles via Messenger.