Je n’aime pas jouer avec mon enfant… Que faire?

Je n'aime pas jouer avec mon enfant… Que faire?
© Getty Images

Vous n’êtes pas le genre d’adulte qui aime particulièrement jouer avec son enfant, et il vous arrive de culpabiliser? Relax, vous n’êtes pas seul: 1 parent sur 3 n’y prendrait pas plaisir.

Les sites de parentalité positive ne cessent de vanter les mérites des moments de jeux partagés entre parent et enfant. Et pour cause: s’amuser avec son enfant permettrait de développer la complicité, nourrir son besoin d’attention et enrichir (ou parfois rétablir) le lien. Mais selon une étude menée par la marque de jouets Play-Doh, 35% des parents n’éprouveraient pas de plaisir particulier à jouer avec leur progéniture. Si c’est votre cas, ces chiffres vous aident certainement à vous sentir moins seul… Mais que faire alors, quand on n’aime pas trop ça? Se forcer? Certainement pas!

Pourquoi est-il préférable de ne pas se forcer?

Selon le site “Cool Parents Make Happy Kids”, spécialiste en matière d’éducation bienveillante, se forcer à jouer à la dînette ou aux petites voitures avec son enfant alors qu’on n’en a pas envie risque de faire naître en nous des émotions négatives (impatience, besoin excessif de reconnaissance, frustration…) qui auraient un impact néfaste sur la relation.

“Je n’aime pas jouer”: nos conseils

La bonne nouvelle, c’est qu’il ne s’agit pas d’une fatalité! Passer de chouettes instants avec son enfant est tout à fait possible. Voici 4 conseils utiles:

1. Se demander pourquoi on n’aime pas jouer

Si ce manque de plaisir pour les moments de jeu peut être une simple question d’intérêt (vous n’aimez pas non plus jouer seul ou avec vos amis), il existe d’autres causes possibles: une grande fatigue – logique vu le quotidien surchargé des parents d’aujourd’hui – et un besoin de prendre du temps pour soi, notamment. Tous les spécialistes de la parentalité le disent: un parent reposé et qui a pris du temps pour lui est plus disponible pour son enfant. Peut-être retrouverez-vous alors le goût du jeu…

2. Redéfinir le verbe “jouer”

Lorsque vous entendez le mot “jouer”, vous imaginez passer une heure à construire des tours en blocs ou à habiller et coiffer une poupée… Et cela ne vous emballe pas plus que ça. En toute honnêteté, nous non plus! Or, jouer peut prendre bien d’autres formes: mettre la musique, chanter et danser dans la cuisine, se maquiller, faire rire son enfant en le chatouillant, lui faire des blagues… Ces instants de rigolade sont de vrais moments de jeu.

3. Proposez des activités que vous aimez

Vous lancer dans une partie de jeu de société un soir sur deux ne suscite pas vraiment de passion chez vous? Essayez de trouver des activités qui vous intéresseront autant que votre petit: cuisiner, faire du ping-pong, jardiner, partir pour une grande balade dans la nature, aller à la bibliothèque, faire du bricolage, réparer des vélos, customiser des t-shirts…

4. Varier les activités

Ce qui vous embête dans le fait de jouer avec votre enfant, c’est peut-être aussi le côté répétitif de la chose. N’hésitez pas à varier les activités et les jeux que vous faites ensemble, afin d’éviter que ce sentiment de lassitude ne vous submerge trop souvent.

Pour aller plus loin dans la réflexion

Charlotte Ducharme, psychologue spécialisée en neuropsychologie, est la créatrice du site “Cool Parents Make Happy Kids” et l’auteure d’un livre du même nom dans lequel elle prodigue des conseils très utiles pour être “Un parent cool qui rend ses enfants heureux”. Un ouvrage en vente au prix de 6,90€ aux éditions Marabout.

Plus de conseils pour les parents

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)