liseuse environnement
Pour qu'une liseuse soit rentable, vous devez lire beaucoup (beaucoup) de bouquins! © Shutterstock

Environnement: 4 faux réflexes écolos

En souhaitant réduire notre empreinte écologique, nous adoptons parfois des gestes que nous pensons éco-responsables. Il peut cependant nous arriver de nous tromper. Zoom sur 4 méprises courantes.

Évidemment, cela part toujours d’une bonne intention. On se dit qu’adopter certains réflexes pourrait faire du bien à la planète, et pourtant, il nous arrive de nous tromper et de faire tout l’inverse.

Fausse bonne idée 1: préférer une liseuse à un livre

Lorsqu’on lit beaucoup de bouquins, on a tendance à penser qu’il serait préférable d’investir dans une liseuse électronique. Cette option permet en effet de ralentir la déforestation, puisqu’aucun arbre n’est alors abattu pour notre passion. En outre, les e-books ne nécessitent ni eau, ni transport. Néanmoins, la fabrication d’une liseuse a une empreinte écologique assez importante (elle implique notamment l’utilisation de plastique non recyclable, de lithium et d’autres minerais), sans compter que sa durée de vie est limitée et que peu d’objets électroniques sont recyclés de A à Z. Pour qu’une liseuse soit moins dommageable pour l’environnement qu’un bouquin en papier, il faut lire au moins une cinquantaine de livres numériques sur ce support par an. En deçà, il est préférable de se tourner vers des livres en papier recyclé, ou mieux encore, vers des ouvrages pouvant être empruntés en bibliothèque. Autres alternatives, les tournantes de livre entre amis ou les achats de seconde main.

Fausse bonne idée 2: abuser des produits de grand-mère

Les recettes de grand-mère, on les adore! Il n’est néanmoins pas nécessaire de remplir nos placards de produits miracles. En général, quelques ingrédients suffisent, tels que le savon noir, le bicarbonate de soude, l’acide citrique, le savon de Marseille, le vinaigre blanc et le percarbonate de soude. Le reste est accessoire. Par exemple, nul besoin de soda pour détartrer, préférez l’acide citrique écologique, conditionné dans un sachet en papier recyclé, moins onéreux et surtout moins mauvais pour l’environnement. “Less is more” (le moins est le mieux) comme on dit!

Fausse bonne idée 3: remplacer ses appareils électroniques fonctionnels

Bien entendu, lorsque votre smartphone, votre frigo ou votre lave-linge rend l’âme, c’est une bonne idée de le remplacer par une version moins énergivore. Mais le plus préjudiciable pour l’environnement se trouve lors de la phase de production et non lors de l’utilisation. Ainsi, si vos appareils électriques et ménagers sont encore vaillants, utilisez-les jusqu’au bout de leur vie avant de les remplacer par une alternative écologique.

Fausse bonne idée 4: le car-wash maison

Nettoyer sa voiture devant sa maison est une erreur que l’on commet parfois. En choisissant cette option, on déverse détergents, polluants, métaux lourds et hydrocarbures sur le sol, les nappes phréatiques et les rivières. Les stations de lavage sont, quant à elles, équipées d’un sytème de traitement des eaux usées. Bien sûr, vous pouvez laver votre voiture chez vous, mais pensez à utiliser des produits respectueux de l’environnement qui n’affecteront pas les sols.

D’autres conseils sont à retrouver sur ConsoGlobe.

Vous aimerez aussi:

Recettes, mode, déco, sexo, astro: suivez nos actus sur Facebook et Instagram. En exclu: nos derniers articles via Messenger.

Contenu des partenaires

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. Cliquez ici pour régler vos préférences en matière de cookies et afficher le contenu.
Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.