Un centre commercial 100% récup’ dans le Guinness des records 2020

Un centre commercial 100% récup' dans le Guinness des records 2020
Getty Images

En Suède, ReTuna vient d’être reconnu comme “le premier centre commercial au monde proposant des articles réparés, recyclés et restaurés”. La force de ce shopping center sacré par le Guinness Book des records? Vendre uniquement des produits de seconde main.

Le vintage a la cote et c’est tant mieux pour notre portefeuille comme pour notre planète! Les Suédois l’ont bien compris en inaugurant en 2015 ReTuna, un centre commercial écolo composé de treize magasins. Il est situé à Eskilstuna, à 1h30 de Stockholm. Les fashionistas y trouveront des pépites à placer dans leur dressing, mais pas seulement.

Qu’y trouve-t-on?

Des vêtements, du mobilier, de la décoration, des livres, des jouets et du matériel informatique sont vendus sur une superficie de plus de 5000 m2. Le bâtiment est accueillant et a ce petit parfum bien caractéristique des magasins de seconde main, le tout dans un décor épuré et moderne.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by ReTuna Återbruksgalleria (@retuna_aterbruksgalleria) on

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Bien shopper, bien manger

Un creux? Pas de souci, un restaurant cuisinant des plats de saison et gourmands se niche à l’intérieur du complexe. C’est donc une séance shopping responsable et une pause healthy qui s’annoncent pour les petits Belges en visite que nous sommes.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by ReTuna Återbruksgalleria (@retuna_aterbruksgalleria) on

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon
Comment fonctionne ReTuna?

Le centre commercial se situe à Eskilstuna, une ville ouvrière à l’ouest de Stockholm. Pour remplir les deux étages de ce complexe, des ouvriers trient toutes sortes d’objets reçus au centre de recyclage de la ville. Ensuite, les commerçants viennent chercher les objets qui les intéressent pour les revendre ou pour les upcycler (transformer) et leur donner une deuxième vie.

Le centre commercial est détenu par la commune et emploie entre 50 et 65 personnes. Depuis les années 90, la ville d’Eskilstuna a entrepris une démarche écologique, essayant d’atteindre le zéro déchet et l’autosuffisance: “Nous sommes une ville traditionnellement industrielle, nous avons eu des difficultés et nous avons dû trouver un moyen de renforcer la confiance et de prendre nos responsabilités afin de faire d’Eskilstuna une ville industrielle moderne”, explique le maire social-démocrate Jimmy Jansson à l’AFP. L’objectif de la ville? Capter plus de CO2 que ce qu’elle n’en émet. Et devenir totalement indépendante des énergies fossiles. Tous les déchets qui ne sont pas sélectionnés pour intégrer ReTuna sont d’ailleurs transformés en énergie.

Se former au recyclage

Au-delà de vendre des produits de seconde main, le centre commercial propose également une formation supérieure d’une année appelée “recycle design”. Comme son nom l’indique, les étudiants sont formés à concevoir des objets 100% issus de la récupération. De quoi faire travailler ses méninges et sa créativité. À quand un tel projet en Belgique?

 

View this post on Instagram

 

A post shared by ReTuna Återbruksgalleria (@retuna_aterbruksgalleria) on

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Plus d’articles seconde main et récup’ ci-dessous

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardin, maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)