La Casa de Papel: que vaut la saison 3?

La Casa de Papel: que vaut la saison 3?
© Netflix/La Casa de Papel

En 2018, La Casa de Papel était LA série événement à absolument regarder. Suite à son succès fulgurant, le programme espagnol s’est vu offrir une nouvelle saison, initialement non prévue. Cette décision de Netflix était-elle la bonne? On l’a regardée pour vous donner notre avis!

Créé par Álex Pina, La Casa de Papel est l’un des incontournables de Netflix. En deux saisons, cette série a mis tout le monde d’accord avec son intrigue passionnante: huit malfrats braquent la Fabrique nationale de la monnaie et du timbre de Madrid, selon un plan minutieusement conçu par El Profesor. Ce braquage a lieu en 19 épisodes, remplis de rebondissements et à la fin triomphante.

Mais suite au succès de la série, il fut difficile pour Netflix de s’arrêter là… Alors que le projet initial était achevé, le géant de streaming a commandé une suite. Bonne ou mauvaise idée? Faut-il regarder la saison 3 désormais disponible sur la plateforme? Cette sortie est aussi attendue que redoutée par les fans, qui ont peur d’être déçus. Mais on peut désormais les rassurer: les scénaristes Álex Pina et Esther Martinez Lobato ont fait du bon boulot. On vous explique (sans spoilers!).

La Casa de Papel est de retour

Lors de cette troisième partie, nous retrouvons nos personnages préférés de La Casa de Papel: El Profesor (Alvaro Morte), Tokyo (Ursula Corbero), Nairobi (Alba Flores), Rio (Miguel Herrán), Stockholm (Esther Acebo), Denver (Jaime Lorente), Helsinki (Darko Peric) et Raquel (Itziar Ituño). Suite à un événement tragique, l’équipe se rassemble pour faire ce qu’elle fait de mieux: un braquage. Celui de la Maison royale de la Monnaie d’Espagne cette fois-ci. Pour ce faire, s’ajoutent à cette bande connue quelques nouveaux visages: Palerme (Rodrigo de la Serna), Marseille (Luka Peros) et Bogota (Hovik Keuchkerian).

Côté narration, nous retrouvons le même schéma que les deux premières saisons: en voix off, Tokyo plante le décor. Nous assistons au braquage en « direct », tandis que nous découvrons sa conception en flash-back. La sauce prend toujours aussi bien, si ce n’est que l’effet de surprise est moins présent (mais aurions-nous aimé quelque chose de complètement différent?).

Si l’intrigue nous surprendra donc moins, ce braquage est beaucoup plus tendu que le premier. Et pour cause: l’inspectrice Alicia Sierra (Najwa Nimri), qui compte bien ne pas se faire avoir comme son prédécesseur. Un nouveau personnage qui permet d’ajouter des rebondissements plus surprenants les uns que les autres, pour rythmer la série. En effet, si les deux premiers épisodes sont un peu lents, accrochez-vous: ça va décoller! Le plan de cette saison est loin d’être aussi parfait que l’ancien, et nous sommes beaucoup plus surprises par la tournure de certains événements… Notons également la dimension politique de ce braquage, qui donne un côté engagé à la série et très plaisant. Par contre, nous nous passerons des remarques féministes pas très subtiles: était-ce bien nécessaire ou pouvons-nous nous contenter de personnages bad-ass sans le souligner?

Du coup, on regarde ou pas?

Les plus difficiles des spectateurs diront certainement que cette saison n’était pas utile, mais soyons réalistes: nous avons binge-watché les huit épisodes dès sa sortie et nous avons été surprises, émues, rebutées, troublées… on en passe! Ne boudons donc pas notre plaisir, car une chose est sûre: nous attendons avec impatience la sortie de la quatrième partie. Et celle-ci s’avère encore plus rythmée.

La troisième partie de La Casa de Papel est désormais disponible sur Netflix.

Envie de regarder une série Netflix?

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardin, maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)