Faire l’amour ne veut pas toujours dire pénétration

Faire l'amour ne veut pas toujours dire pénétration
Unsplash © wevibe

Se câliner, s’embrasser, se serrer, se caresser… des moments de partage trop souvent négligés au sein du couple! Pourtant, ils font entièrement partie de l’acte de « faire l’amour », au même titre que la pénétration. On a discuté de l’évolution de ce terme avec la sexologue Héline Zabeau. 

Il y a 60 ans, « faire l’amour » était un acte sacralisé, que les jeunes époux attendaient avec impatience. Aujourd’hui, cette expression a évolué mais reste encore trop souvent liée à la pénétration et est très hétérogenrée.

Le mariage, le début de la sexualité

« Auparavant, faire l’amour était un acte symbolique et sacralisé, en lien avec la tradition. Il était lié au mariage, au fait d’avoir des enfants, à la création d’une famille et de faire perdurer un nom », explique Héline Zabeau. « Si vous interrogez des grands-parents, ils vous diront qu’ils ont attendu le mariage avant d’avoir un rapport sexuel avec pénétration. C’était un moment où ils pouvaient libérer leurs pulsions et qu’ils ont attendu ». Faire l’amour représentait une grande étape dans la vie d’un couple et dans sa vie future, ce n’était pas uniquement une notion de plaisir.

Actuellement, faire l’amour est encore fort lié à la pénétration, c’est ancré dans la tradition, c’est une norme sociétale et familiale. Certains couples, en fonction de leur culture et de leur éducation, attendent encore le mariage pour faire l’amour (avec pénétration).

Une évolution liée aux orientations sexuelles

Aujourd’hui, ce terme « faire l’amour » a bien évolué. « Il se perd parmi d’autres expressions: ‘coucher avec quelqu’un’, ‘avoir une relation sexuelle’, ‘être intime avec quelqu’un’, des tournures de phrases qui viennent du domaine de la sexualité ». Il y a énormément de définitions pour évoquer la sexualité et qui ne reprennent pas la notion de pénétration.

L’expression « faire l’amour » a également évolué car les orientations sexuelles ont aussi progressé. « Avant, lorsqu’on évoquait la pénétration, c’était toujours l’insertion d’un pénis dans un vagin. C’était en fait très hétérogenré. Actuellement, si on est un couple homosexuel, la pénétration se fera dans l’anus, et si on est lesbiennes, la pénétration peut se faire avec la langue par exemple. La notion de pénétration s’est elle aussi développée. On ne peut pas réduire cette pratique à juste un pénis et un vagin, cela peut se faire avec la langue, des doigts, des objets… La sexualité évolue dans son ensemble tout comme la pénétration », poursuit la sexologue.

« Faire l’amour » une notion propre à chaque couple

Chacun a sa propre définition finalement. « Voici une petite histoire pour bien comprendre ce fait: un sexologue me racontait qu’un couple était venu le consulter car il soupçonnait que la femme soit enceinte. Le sexologue montre son interrogation: ‘pourquoi venir voir un sexologue et non un gynécologue?’ Le couple explique qu’il voudrait être certain de bien avoir fait l’amour. Le sexologue demande alors comment ils ont fait et le couple se prend dans les bras l’un de l’autre. Dans ce cas, la femme n’était évidemment pas enceinte, mais cela montre bien que chaque couple a sa propre notion de faire l’amour ». Et il n’y en a pas une meilleure que l’autre. Cela peut passer par des caresses ou des gestes tendres qui seront très qualitatifs.

« Pour d’autres, faire l’amour, c’est lorsqu’on a un orgasme et finalement, ça peut se faire seul. Faire l’amour regroupe tous les instants de qualité qui se font dans l’intimité, au sein du couple. Et c’est à chacun de se les créer. Pour cela, il faut un partage, il faut faire plaisir à l’autre », ajoute Héline Zabeau.

Et les « préliminaires » dans tout ça?

« Le mot ‘préliminaires’ est au départ un terme utilisé pour désigner la phase de préparation à l’intimité, à l’acte sexuel. Ce sont des gestes de tendresse, des caresses, des baisers, échangés et partagés dans l’intimité ». Les préliminaires sont des actes d’amour qui se suffisent à eux-mêmes et qui peuvent déjà s’accompagner de pénétrations (doigts, langue, objets) et apporter une grande satisfaction. « Ce qui compte finalement, c’est l’intention qui est mise dans le geste. La manière dont on caresse son ou sa partenaire est une façon d’entrer dans l’intimité et chaque couple a ses codes ».

Lire la suite gratuitement!
Pour un accès illimité à Femmesdaujourdhui.be, créez votre compte gratuitement! Cela vous prendra moins d’une minute, c’est promis.
...

On continue de vous parler sexualité

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardinmaisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)