Faire l’amour ne veut pas toujours dire pénétration

Faire l'amour ne veut pas toujours dire pénétration
Pexels © Cottonbro

Se câliner, s’embrasser, se serrer, se caresser… Des moments de partage trop souvent négligés au sein du couple. Pourtant, ils font entièrement partie de l’idée de “faire l’amour”, au même titre que la pénétration. On a discuté de l’évolution de ce terme avec la sexologue Héline Zabeau.

Il y a 60 ans, “faire l’amour” était un acte sacralisé que les jeunes époux attendaient avec impatience. “Il était lié au mariage, au fait d’avoir des enfants, de créer une famille, de faire perdurer un nom”, explique Héline Zabeau. Faire l’amour représentait alors une réelle étape dans la vie d’un couple et n’était certainement pas basé uniquement sur la notion de plaisir. Aujourd’hui, bien qu’elle reste encore liée à l’idée de pénétration, l’expression a évolué.

Une évolution liée aux orientations sexuelles

“Coucher avec quelqu’un”, “avoir une relation sexuelle”, “être intime”: il y a plusieurs façons de “faire l’amour”, sans qu’elles renvoient nécessairement à l’acte de pénétration. Si l’expression a évolué, c’est que les orientations sexuelles ont changé. “Pendant longtemps la description de l’acte sexuel était hétérogenrée: il s’agissait avant tout d’une pénétration hétérosexuelle, celle d’un pénis dans un vagin”, souligne Héline Zabeau. “Aujourd’hui, la notion même de pénétration a évolué. Elle intègre désormais le fait qu’elle puisse se faire de différentes manières, dans l’anus, avec la langue, les doigts, avec des sex-toys, etc.”

“Faire l’amour”, une notion propre à chaque couple

Pour la sexologue Héline Zabeau, il y a autant de façons de faire l’amour que de couples.  “Je me rappelle d’une anecdote racontée par un confrère sexologue. Un couple était venu le consulter car il soupçonnait que la femme soit enceinte. Il a alors demandé au couple pourquoi il n’avait pas consulté un gynécologue. Le couple a expliqué qu’il voulait être certain d’avoir fait l’amour correctement… Et de se prendre dans les bras pour mimer l’acte. La femme n’était évidemment pas enceinte, mais ceci montre bien que chaque couple a sa façon de se représenter l’acte sexuel”. Pour certains, il peut s’agir d’un corps à corps, tandis que pour d’autres c’est l’atteinte de l’orgasme qui définit l’acte. “Pourtant, ça, on peut aussi y arriver seul(e)!”, souligne Héline Zabeau.

Et les “préliminaires” dans tout ça?

“Faire l’amour regroupe tous les instants de qualité qui se font dans l’intimité, au sein du couple. Et c’est à chacun de se les créer. Pour cela, il faut avoir envie de partager et de faire plaisir à l’autre”, résume la sexologue. D’ailleurs, aujourd’hui on conçoit mieux que les préliminaires ne soient pas seulement des prémisses à une pénétration, mais qu’ils peuvent aussi se suffire à eux-mêmes. “Ils désignent au départ la phase de préparation à l’intimité, à l’acte sexuel. Ce sont des gestes de tendresse, des caresses, des baisers, échangés et partagés dans l’intimité”, décrit la sexologue. En s’appliquant à échauffer son partenaire, on se connecte à ses envies. “Ce qui compte finalement, c’est l’intention qui est mise dans le geste. La manière dont on caresse son ou sa partenaire, c’est déjà une façon de faire l’amour”.

Lire la suite gratuitement!
Pour un accès illimité à Femmesdaujourdhui.be, créez votre compte gratuitement! Cela vous prendra moins d’une minute, c’est promis.
...

On continue de vous parler sexualité

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardinmaisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)