Lectures d’été: le top de la rédac’

Lectures d'été: le top de la rédac'
© Jairph/Unsplash

Vous cherchez un roman à dévorer au bord de la piscine ou installée confortablement dans votre jardin? La rédaction de Femmes d’Aujourd’hui vous dévoile ses coups de cœur littéraires pour la saison chaude.

Les vacances sont la période idéale pour s’enfiler l’un ou l’autre bon bouquin: on prend enfin le temps de se caler dans un transat qu’on ne quittera qu’une fois l’histoire terminée. S’il est toujours agréable de se plonger dans un roman, certaines lectures se lisent d’ailleurs mieux en été. Histoire qui fait voyager, polar qui s’engloutit en un après-midi ou récit léger qui change les idées, voici le must des lectures estivales de la rédaction.

Gagner n’est pas jouer de Harlan Coben

La lecture de Sophie, coordinatrice de la rubrique Télé: “Je reste fidèle à Harlan Coben dont j’ai dévoré tous les livres (et que j’avais eu la grande chance d’interviewer). Une amie m’a offert son dernier roman et le challenge sera de réussir à le finir cet été, avec deux jeunes enfants à la maison”.

Résumé de l’éditeur: Retrouvés près du cadavre d’un activiste recherché par le FBI, une valise à son nom et un tableau de maître volé renvoient Windsor Horne Lockwood III, alias Win, à une vieille affaire familiale de cambriolage avec séquestration…

Le discours de Fabrice Caro

La lecture de Liza, journaliste Web: “Cette année, c’est Le discours de Fabrice Caro que je vais dévorer entre deux siestes sur la plage. Un roman court avec un humour décalé et un héros attachant: exactement ce dont j’ai besoin pour décompresser après cette (trop) longue période sans vacances. Dès mon retour, je m’empresserai d’aller voir son adaptation au cinéma, signée Laurent Tirard, dont le casting me fait rêver: Benjamin Lavernhe, Sara Giraudeau et Kyan Khojandi sont notamment à l’affiche! Si comme moi, vous aimez lire les œuvres originales avant de les voir sur grand écran, vos prochaines lectures se trouvent ici“.

Résumé de l’éditeur: “Tu sais, ça ferait très plaisir à ta sœur si tu faisais un petit discours le jour de la cérémonie”. C’est le début d’un dîner de famille pendant lequel Adrien, la quarantaine déprimée, attend désespérément une réponse au message qu’il vient d’envoyer à son ex. Entre le gratin dauphinois et les amorces de discours, toutes plus absurdes les unes que les autres, se dessine un itinéraire sentimental touchant et désabusé, digne des meilleures comédies romantiques.

N’oublier jamais de Michel Bussi

La lecture de Soline, journaliste Web: “Cela fait trois ans que j’ai découvert Michel Bussi et depuis, chaque été, je dévore l’un de ses romans: style agréable, facile à lire, suspense intenable… Il est devenu l’un de mes auteurs préférés. Ces vacances, je jette mon dévolu sur N’oublier jamais, un roman qui semble, une fois encore, trépidant et que je vais dévorer d’une traite entre deux séances de bronzage”.

Résumé de l’éditeur: À Yport, parti courir sur la plus haute falaise d’Europe, Jamal a d’abord remarqué l’écharpe, rouge, accrochée à une clôture. Puis la femme, incroyablement belle, la robe déchirée, le dos face au vide, les yeux rivés aux siens. Jamal lui tend l’écharpe comme on tend une bouée. Quelques secondes plus tard, sur les galets glacés de la plage déserte, gît le corps inerte de l’inconnue. À son cou, l’écharpe rouge. Tout le monde pense qu’il l’a poussée. Il voulait simplement la sauver. C’est la version de Jamal. Le croyez-vous?

Les femmes sont aussi du voyage de Lucie Azema

La lecture de Céline, coordinatrice de la rubrique Tourisme: “En été comme à Noël, rien ne vaut une bonne comédie romantique, j’ai d’ailleurs reçu Bons Baisers de Brooklyn écrit par l’autrice de Gossip Girl (Cecily Von Ziegesar, Michel Lafon) et je pense que je vais me garder ce ticket pour New York pour les vacances! Mais j’ai surtout hâte d’avoir le cerveau un peu plus reposé pour plonger dans cet essai qui aborde le voyage sous un angle féministe. Adepte des voyages en solo, je suis persuadée qu’on ne laisse pas les femmes voyager comme les hommes et je suis curieuse de découvrir l’analyse de la journaliste Lucie Azema à ce sujet”.

Résumé de l’éditeur: S’inspirant des histoires vraies de la littérature de voyage et de son expérience personnelle (dix ans d’arrivées et de départs), l’auteure évoque les territoires érotisés (comme le harem), dénonce la vision masculine de l’aventure et s’intéresse à la tension entre voyage et maternité.

La Sœur disparue de Lucinda Riley

La lecture de Christelle, coordinatrice des pages Psycho: “Je l’ai gardé bien au chaud pour les vacances: La Sœur Disparue, dernier tome de la saga des Sept sœurs de Lucinda Riley, sorti le 9 juin. Je suis sûre de me régaler comme avec les six tomes précédents, qui racontent tous l’histoire et les racines de l’une des sœurs adoptées d’Aplièse. Je vais le savourer d’autant plus qu’il s’agit du dernier roman de Lucinda Riley, celle-ci nous ayant quittés le 11 juin”.

Et aussi… la lecture de Renée, coordinatrice du supplément Nest: “Je me suis déjà précipitée pour connaître le fin fond de l’histoire. Existe-t-il réellement une septième sœur adoptée par Pa Salt, tout juste disparu? C’est ici que les langues se délient, que les secrets se dévoilent et que les choses s’expliquent. Mais je ne vous dirai rien, ce serait gâcher votre plaisir!”

Résumé de l’éditeur: Maia, Ally, Star, CeCe, Tiggy et Électra. Recueillies bébés par l’énigmatique Pa Salt, les six sœurs d’Aplièse ont chacune découvert leur histoire. Mais elles ont toujours su qu’elles devraient être sept, tout comme les étoiles des Pléiades auxquelles elles doivent leurs prénoms. À présent que leur père a disparu, elles n’ont qu’un indice pour trouver leur dernière sœur: le dessin d’une bague en forme d’étoile à sept branches, sertie de diamants et d’émeraudes. Nouvelle-Zélande, Canada, France, Irlande… Les six sœurs se lancent dans une quête haletante à travers le monde. Peu à peu, elles découvrent une magnifique histoire d’amour, de bravoure et de sacrifice, qui a commencé près d’un siècle plus tôt, alors que d’autres courageuses jeunes femmes avaient décidé de risquer leur vie pour changer le monde autour d’elles…

Le sourire contagieux des croissants au beurre de Camille André

La lecture de Marjorie, chroniqueuse: “En période calme et pour déconnecter totalement, j’adore choisir un livre juste pour son titre rigolo sans réellement me soucier de l’intrigue. Ces dernières années, les titres à rallonge ont eu leur petit succès et j’en ai testé plusieurs avec plus ou moins de bonheur (Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire ou encore L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea). Cette année, pour ne pas déroger à cette habitude, j’ai jeté mon dévolu sur Le sourire contagieux des croissants au beurre pour son titre pétillant et gourmand”.

Résumé de l’éditeur: Le bonheur c’est comme la pâtisserie, rien ne sert d’avoir les ingrédients si on n’a pas la recette… À 44 ans, le Chef français Pierre Boulanger a tout pour être heureux. Il possède le plus grand empire de pâtisseries surgelées des États-Unis, il est l’ami des stars, les plus belles femmes du monde croquent à pleines dents dans ses fameux croissants, et il a épousé une brillante avocate reconnue par le gratin new-yorkais qui lui a donné un adorable petit garçon. Jusqu’au jour où un marchand ambulant lui propose un gobelet de café à un million de dollars. Un million de dollars, pas pour un simple café, bien sûr. Un million de dollars pour le meilleur café du monde, le café qui va changer sa vie… Cette rencontre magique avec ce vieux vendeur de hot-dogs ébranlera à jamais les certitudes de Pierre Boulanger quant au pouvoir, à l’amour, et à la vie.

Le Tour de Belgique de Monsieur Iou

La lecture de Pascal, graphiste: “Une BD graphique qui nous fait voyager à travers la Belgique… Dessin sympa, humour, idée de promenades à vélo: on y apprend des anecdotes sur notre patrimoine le long des balades à vélo de Monsieur Iou”.

Résumé de l’éditeur: La trentaine venue, Monsieur Iou se rend compte qu’il connaît finalement bien mal la Belgique, pays où il vit depuis sa naissance. Il décide de corriger cette impardonnable lacune et d’entreprendre de multiples randonnées à vélo, durant plus d’une année. De Charleroi à Malines, de Bruges à la jungle ardennaise, Monsieur Iou sillonne les lieux-clés d’une Belgique tour à tour inattendue ou cocasse, toujours touchante.

Eileen Gray, une maison sous le soleil de Charlotte Malterre-Barthes et Zosia Dzierzawska

La lecture de Justine, journaliste Web: “Cet été, je me lance dans Eileen Gray de Charlotte Malterre-Barthes et Zosia Dzierzawska. Un livre illustré qui retrace la vie de la designeuse et architecte moderne. Une artiste dont on a peu salué, et parfois même rejeté, le travail, car jugé trop avant-gardiste pour le début du 20e siècle. Mais surtout parce qu’elle était une femme! Une bande dessinée que j’ai hâte de découvrir et qui a énormément de sens à l’heure où l’égalité des genres est toujours un combat…”

Résumé de l’éditeur: En 1924, dans le Sud de la France, débute pour de bon la construction d’une villa en bord de mer. Près d’un siècle plus tard, la villa E-1027 est désormais considérée comme une œuvre phare du design et sa créatrice Eileen Gray, comme pionnière de l’architecture moderne. C’est au cœur du Paris des années folles que le travail d’Eileen Gray va atteindre de nouveaux sommets d’innovation. Sa quête d’un art à la fois sensuel et fonctionnel la conduit à créer l’œuvre la plus audacieuse de sa carrière, dont elle manqua d’être dépossédée, tant elle fut éclipsée, toute sa vie durant, par ses pairs masculins.

Tout le bleu du ciel de Mélissa Da Costa

La lecture de Julie, coordinatrice des pages Santé: “Une amie m’a prêté ce livre qui m’a l’air parfait pour les vacances: il est gros, mais existe au format poche, raconte un road trip émouvant et tout le monde n’en dit que du bien”.

Résumé de l’éditeur: Petitesannonces.fr: Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple. Émile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, devant le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme coiffée d’un grand chapeau noir qui a pour seul bagage un sac à dos, et qui ne donne aucune explication sur sa présence. Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naissent, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Émile.

Deux petites bourgeoises de Colombe Schneck

La lecture d’Émilie, journaliste Web: “J’ai découvert Colombe Schneck l’année passée avec Nuits d’Été à Brooklyn et j’ai beaucoup aimé sa façon de replonger dans ses souvenirs de jeunesse. C’est aussi ce qu’elle a fait dans ce court roman qui retrace l’histoire d’une amitié entre Héloïse et Ester, cette dernière étant le double fictionnel de l’autrice. Colombe Schneck décrit avec beaucoup de sincérité et de recul le milieu dans lequel cette amitié éclot, un milieu bourgeois parisien entre les cours de tennis, les moquettes immaculées et les vacances d’été dans des villas pleines de charme. Malgré des trajectoires de vie toutes tracées pour ces deux petites bourgeoises, l’une va s’interrompre brutalement provoquant un sursaut de vie chez l’autre. Un beau livre qui rend hommage à une amie disparue”.

Résumé de l’éditeur: “Esther et Héloïse se sont rencontrées en sixième, elles sont dans la même classe à l’école Alsacienne, une école privée parisienne, une école pour bourgeois libéraux, les pires, ceux qui ont toutes les chances, sans les règles. Elles sont donc des filles à papa, des gosses de riches, la cuillère en argent dans la bouche, pendant longtemps elles ne connaîtront rien d’autre, des visières sur les yeux, leurs pistons, leurs vacances, les meilleures places dans le train. Qu’elles souffrent comme tout le monde, qu’on les enferme, qu’elles subissent ce que toutes les petites filles, les adolescentes, les femmes du monde subissent! Il n’y a pas de raison qu’elles échappent, parce qu’elles sont nées dans les bons quartiers, au sort qui leur est réservé. Pourquoi Héloïse et Esther et pourquoi pas nous? C’est injuste.

On peut les détester de ne rien savoir au-delà de ce qu’elles ont, c’est facile et cela arrivera, et elles seront punies, enfin surtout Héloïse”.

Vous aimez lire? Ces articles pourraient vous intéresser

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)