Endométriose: une photo pour comprendre cette maladie

Endométriose: une photo pour comprendre cette maladie
© Georgie Wileman

À l’occasion de l’exposition du Taylor Wessing Photographic Prize, Georgie Willeman, photographe atteinte d’endométriose, témoigne de la douleur provoquée par cette maladie grâce à un instantané de son ventre.

L’endométriose touche une femme sur dix. Pourtant, cette maladie gynécologique est méconnue. La photographe Georgie Willeman en est atteinte. En un cliché exposé lors de l’exposition du Taylor Wessing Photographic Prize, elle arrive à représenter la douleur que cette affection chronique lui fait subir. Intitulé « 2014-2017 », il répertorie les cicatrices que les opérations censées la soulager ont laissé sur son ventre.

Plus que des règles douloureuses

La bouleversante photo a été relayée par le blog Lenny Letter créé par Lena Dunham, actrice elle-même atteinte de la maladie. Injustement réduite à l’expression « règles douloureuses », l’endométriose est la migration des cellules de l’endomètre (ce tissu qui tapisse l’utérus et se désagrège au moment des règles) via les trompes, vers d’autres organes génitaux, mais également urinaires, digestifs ou plus rarement pulmonaires, provoquant des lésions, des adhérences et des kystes dans les organes colonisés. La maladie, difficile à soigner a empêché la photographe de se rendre au vernissage de l’exposition.

 

Une série de photos pour éveiller les consciences

La photographie exposée à la National Portrait Gallery de Londres s’inscrit dans une série sur l’endométriose. Georgie Willeman ressentait le besoin de documenter cette maladie afin de conscientiser le public: « Avec ce projet, j’ai la volonté de rendre cette maladie visible. Voici à quoi elle ressemble. Une femme sur dix en âge de procréer vit ceci, nous avons besoin de visibilité », écrit-elle sur son blog, en regard des images de son quotidien.

endometriose

Ces articles pourraient également vous intéresser

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)