Lunettes: quelle monture et quels verres choisir?

Lunettes: quelle monture et quels verres choisir?
Pexels

Des verres qui foncent au soleil, ou pas? Anti-reflets ou pas? Progressifs ou pas? Monture en titane, en métal ou en plastique? Comment choisir au mieux ses lunettes?

De plus en plus « tendance », les lunettes sont révélatrices de la personnalité. Cependant, leur côté stylé ne doit pas occulter leur vocation première: corriger les défauts de vision et assurer la santé des yeux tout en étant confortables.

1. Verres simples ou progressifs?

Les verres simples ou unifocaux permettent de voir, soit de loin soit de près . Les verres multifocaux ou progressifs combinent ces deux fonctions, la zone inférieure des verres assurant une vision nette de près et la zone supérieure une vue de loin, avec plusieurs niveaux intermédiaires. Ils ne sont intéressants que pour les myopes ou hypermétropes qui sont aussi presbytes, afin de leur éviter de manipuler plusieurs paires de lunettes à longueur de journée. Il existe plusieurs catégories et générations de verres progressifs, avec des différences de prix et de performance considérables. Un conseil si vous devez les porter au quotidien: investissez dans du « sur mesure ».

Ne vous découragez pas si la vision n’est pas parfaite au début: il faut compter deux à trois semaines pour que le cerveau s’habitue. Passé ce délai, si vous éprouvez la moindre gêne, retournez chez l’opticien: de nouveaux réglages sont possibles. De plus, la plupart des fabricants offrent une garantie d’un mois d’adaptation (vous pourrez donc retourner à vos « anciens » verres si nécessaire).

2. Indispensables, les verres anti-reflets?

Plus transparents, les verres anti-reflets laissent les yeux plus visibles, tandis que la vue est moins gênée par les reflets parasites des écrans d’ordinateurs, des lumières artificielles, du soleil ou des phares de voitures par exemple. Si vous travaillez beaucoup sur ordinateur, optez pour l’option « Blue control ». Il s’agit d’un traitement anti-reflets qui filtre particulièrement bien la lumière bleue spécifique au matériel informatique.

Enfin, pour encore plus de confort, vous pouvez opter pour l’anti-reflets haut de gamme, qui associe au traitement de base un traitement anti-salissures (les taches de doigts sur les verres anti-reflets sont toujours accentuées), anti-rayures, anti-statique et hydrophobe. Question budget, comptez environ 150€ la paire de verres correcteurs unifocaux avec anti-reflets basique et 220€ la paire de verres correcteurs unifocaux avec anti-reflets plus sophistiqué.

3. Les verres qui foncent au soleil: un gadget?

Les verres photochromatiques, qui se colorent en fonction de l’intensité des UV, jusqu’à devenir aussi sombres que des lunettes solaires, bloquent 100% des rayons UV et protègent donc la santé des yeux. Ils ne sont cependant intéressants que pour les personnes souvent dehors en raison de leurs activités professionnelles ou de leurs loisirs. En effet, ces verres ne sont pas sensibles à l’intensité de la lumière artificielle. En outre, ils ne se colorent pas si les rayons UV sont filtrés, par le pare-brise de la voiture notamment: ils n’ont donc pas d’intérêt particulier lors de la conduite automobile. À noter que, dans ce cas, il existe des verres photochromatiques spéciaux « drive wear », destinés à ceux qui passent beaucoup de temps en voiture.

4. Combiner sport et lunettes, c’est possible?

Sportive? Demandez à votre opticien des lunettes adaptées, avec traitement anti-rayures et filtre UV en cas d’activités à l’extérieur. Privilégiez les montures souples et en plastique, ajustables et flexibles, sans charnières ni parties métalliques, avec en option des branches pouvant être reliées par une sangle. Les sports en puissance et les sports de ballons exigent le port de lunettes plus spécifiques, avec protections nasale et latérale et équipées de verres en matière incassable (polycarbonate) qui ne se brisent pas en cas de chute ou d’impact.

5. Une monture en plastique, métal ou titane?

Si le style de la monture est une question de goût et d’esthétique, le choix du matériau relève davantage de considérations techniques. Les montures en plastique sont adaptées dans le cas de forte correction car la matière épaisse permet de camoufler la grosseur des verres. Les montures en métal facilitent les ajustements au niveau du nez, tandis que le titane, plus cher (les « premiers » prix commencent aux alentours de 100€), offre l’avantage de combiner résistance et légèreté. C’est aussi ce matériau qui sera privilégié en cas d’allergie au nickel (présent dans de nombreuses montures) et en cas de transpiration acide. En effet, les branches en métal peuvent être attaquées et véritablement mouchetées par l’acidité de la sueur.

6. Quels matériaux pour les verres?

Le verre minéral est très résistant aux rayures mais se casse plus facilement, au contraire du verre organique (en résine de synthèse) qui est solide mais exige un traitement anti-rayures. C’est celui que l’on propose le plus souvent, du fait de sa résistance aux chocs mais aussi de sa légèreté et de sa capacité à filtrer près de 98% des rayons UV nocifs pour les yeux. Le verre en polycarbonate, quant à lui, est ultra résistant mais se raye très vite. Il exige donc aussi une option anti-rayures.

7. Verres anti-fatigue et de proximité: quelle utilité?

  • Les verres anti-fatigue sont proposés à des personnes de 20 à 45 ans, qui ont ou non un défaut de vue, afin de reposer les yeux, lors d’un travail intensif de près (lecture, travail sur écran…). Ils réduisent les problèmes de yeux rouges, de sécheresse oculaire ou de maux de têtes liés à des efforts visuels. Ils ne correspondent pas à un traitement mais constituent une qualité de verre spécifique, que l’opticien doit commander.
  • Les verres de proximité, aussi appelés verres dégressifs, ont également des vertus reposantes pour le regard. Ils sont idéaux pour les personnes de plus de 45 ans qui ont besoin de voir net de près mais aussi à une distance intermédiaire (de 80 cm à 4 m). Ils sont recommandés aux presbytes qui travaillent sur ordinateur ou exercent des tâches manuelles, mais ne permettent pas de bien voir de loin car la myopie est sous-corrigée.

Une astuce: comme les verres de proximité ne remplacent pas les progressifs mais sont ultra confortables, pourquoi ne pas les faire monter sur la deuxième paire de lunettes gratuite souvent offerte par l’opticien. Ils seront parfaits pour tous les travaux « de près » qui fatiguent les yeux.

8. Que penser de l’achat de lunettes via Internet?

A priori, l’achat d’une paire de lunettes sur internet n’est pas déconseillée, à condition d’avoir affaire à un site sérieux et de suivre quelques règles de base. Passez d’abord chez votre ophtalmologue, afin qu’il réalise une ordonnance actualisée, avec mesure de l’acuité visuelle et surtout de l’écart pupillaire, une donnée incontournable pour un centrage correct des lunettes (certains sites proposent de calculer cet écart soi-même mais l’opération est peu précise).

Mais, ne choisissez pas l’achat on-line en cas de fortes corrections ou pour des verres progressifs (qui exigent des ajustements précis). Evitez aussi de commander des lunettes pour les enfants sur internet. En effet, pour ces derniers, le choix de la monture est capital afin d’obtenir un verre qui couvre parfaitement le regard.

9. Et les lunettes « low cost »?

Le marché de l’optique étant devenu très « juteux » (plus d’un belge sur deux a besoin d’une correction oculaire), certaines enseignes proposent des lunettes très bon marché (montures et verres unifocaux à partir d’une trentaine d’euros déjà, multifocaux pour moins de 150€).

Les différences se situeront surtout au niveau des services proposés par l’opticien: les délais d’obtention des lunettes commandées seront souvent plus longs, le suivi après-vente peut-être plus lent, le choix des montures moins vaste et l’adaptation moins personnalisée… Il s’agira donc plus de « prêt à porter » que de « sur mesure ».

10. Quelles montures pour quelle forme de visage?

  • Les visages ronds opteront pour une monture rectangulaire en vue d’allonger les traits ou, a contrario, pour une monture ronde si l’objectif est d’accentuer un côté juvénile.
  • Les visages carrés seront adoucis par une monture fine et ronde.
  • Les visages triangulaires seront mis en valeur par des montures fines, des lunettes percées ou encore des montures papillon.
  • Les visages ovales peuvent, quant à eux, tout se permettre!

11. Quel budget prévoir?

Le budget varie en fonction du prix de la monture et de la sophistication des verres.

  • Pour des verres unifocaux , comptez en moyenne 150€ pour une monture « milieu de gamme » et 150€ pour les verres, avec traitement anti-reflets de base, soit ± 300€.
  • Pour les verres progressifs , la facture sera plus élevée: outre le prix de la monture, le montant d’une paire de verres peut aller de 400€ pour un produit basique à 900€ pour du sur-mesure et haut de gamme.

Et le remboursement par la mutuelle?

Les mutuelles interviennent dans quatre cas de figure.

  • Pour les moins de 18 ans
  • Si la correction est de plus de + 8.25 ou – 8.25
  • Pour les plus de 65 ans avec une correction de minimum + 4.25 ou – 4.25
  • S’il s’agit de verres dotés d’un filtre médical avec absorption de la lumière bleue.

En dehors de ces quatre cas, la mutuelle complémentaire intervient à concurrence de ± 50€/paire, tous les deux ans ou moins. Les montants et les conditions varient cependant varier d’une caisse maladie à l’autre. Renseignez-vous au préalable.

Comment entretenir ses lunettes?

  1. Nettoyez les verres avec un chiffon en microfibres.
  2. N’exposez pas les verres à la chaleur intense (chauffage d’appoint, sauna…).
  3. Rangez les lunettes dans un étui rigide ou, si vous n’en avez pas, toujours avec les verres vers le haut.

Quels critères pour les lunettes enfants?

Pour les enfants, l’idéal est de choisir une monture en titane «à mémoire» ou en cellulose souple, à l’image des lunettes de sportif. Le titane «à mémoire» reprend automatiquement sa forme d’origine en cas de manipulation malencontreuse. Un bon plan… même s’il faut y mettre le prix (± 250€ la monture « à mémoire » contre 100 à 200€ pour le titane « classique »).

Quant aux verres, ni miracles ni secrets: ils doivent être bien entretenus et à l’abri dans un étui lorsqu’ils quittent le nez! Le traitement anti-griffes peut être envisagé mais il n’est pas efficace à 100%.

(Merci à Fabrice Timmermans, opticien-optométriste, à Waterloo Optique, pour sa précieuse collaboration.)

Ces articles sur les lunettes pourraient également vous intéresser:

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardin, maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)