L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu
Plus vous êtes active, moins vous risquez d'être atteinte de démence. © Cottonbro Studio/Pexels

Maladies séniles: pourquoi la pratique du sport est indispensable?

Par Justine Leupe

Une vie saine passe par une alimentation équilibrée et une activité physique régulière. Ces routines permettent de se sentir bien dans ses baskets et de réduire les risques de maladies neurodégénératives. Go pour se mettre au sport!

Les maladies démentes surviennent lorsqu’il y a une dégénérescence progressive des fonctions cognitives et des facultés intellectuelles. Pour limiter les risques, il est crucial d’entraîner sa mémoire et son cerveau au quotidien et ce, tout au long de la vie. Cela passe notamment par des exercices simples: vous avez réalisé une liste de courses? Essayez de ne pas la sortir de votre poche dans les rayons. Quand vous pensez avoir fini, vérifiez que vous avez bien tout dans votre panier.

À côté des exercices de mémorisation et de jugeote, pratiquez régulièrement une activité physique. Cette dernière sera indispensable pour votre bonne santé cérébrale.

Bouger chaque jour

Par activité physique, on entend bouger tous les jours (en marchant, en jardinant, en se déplaçant à vélo), mais aussi en pratiquant un sport régulier (yoga, gymnastique, natation…). Le but est d’être le moins sédentaire possible. Au-delà de maintenir le corps en forme et d’éviter les maux du quotidien, le sport réduirait les risques de maladies démentes et ralentirait le déclin cognitif.

L’hormone irisine renforce la mémoire

Lors d’une activité physique et, de manière générale, quand les muscles se contractent, une hormone est libérée: l’irisine, aussi appelée hormone de l’activité physique. Cette dernière renforcerait la mémoire à court terme et diminuerait le déclin cérébral. C’est la conclusion que des chercheurs brésiliens et américains ont mis en avant dans une étude publiée en 2019.

Les scientifiques ont analysé le comportement et le cerveau de souris. Ils ont noté que celles ayant un niveau d’irisine bas présentaient des problèmes de mémoire à court terme et ne renforçaient pas assez leurs synapses (la zone entre deux neurones qui assure la transmission de l’information). À l’inverse, plus le niveau d’irisine était élevé, plus la mémoire et les synapses étaient boostées. Les chercheurs sont allés plus loin en bloquant les signaux d’irisine chez certaines souris, et il ressortait qu’aucun boost cognitif n’avait lieu chez les animaux.

Conclusion: l’irisine est la clé d’une mémoire solide. Elle retarderait le développement de maladies démentes et, chez les personnes atteintes, éviterait que la maladie progresse rapidement.

Lire aussi: Stress ou burn-out? Faites la part des choses…

La matière grise se développe en bougeant

En 2016, des chercheurs américains s’étaient déjà intéressés au lien entre activité physique et matière grise (qui renferme tous les corps neuronaux). Conclusions: les personnes âgées actives avaient une matière grise plus importante que les sédentaires. Le risque de développer la maladie d’Alzheimer était réduit de 50% dans leur cas.

Dans cette étude, on apprend également que les personnes qui brûlent davantage de calories au quotidien ont un volume de matière grise plus important. Elles ont aussi une meilleure mémoire, plus de facilité à l’apprentissage et une meilleure capacité à accomplir des tâches complexes. Si vous cherchez encore une raison de vous (re)mettre au sport, elle est sous vos yeux.

Lire aussi: Se remettre au sport après 50 ans: quelles activités physiques privilégier?

Nos tips pour maintenir votre cerveau en forme

Recettes, mode, déco, sexo, astro: suivez nos actus sur Facebook et Instagram. En exclu: nos derniers articles via Messenger.

Contenu des partenaires