Doit-on tout accepter d’un ami déprimé?

Doit-on tout accepter d'un ami déprimé?
Mikael Kristenson for Unsplash

Voir un ami déprimer est si lourd qu’on a parfois tendance à accepter ce qu’on ne devrait pas. Pourtant, tout autoriser et se taire est néfaste, tant pour nous que pour la relation que nous entretenons avec ce proche.

Selon les chiffres du site Belgique en bonne santé (un site officiel dédié à la santé des Belges), 10% de la population vit ou vivra une période de mal-être, de déprime, voire de dépression au cours de sa vie. Et s’il est encore tabou d’en parler, on sait combien les souffrances psychologiques peuvent impacter le comportement d’une personne, sa manière de fonctionner, mais aussi la relation que l’on entretient avec elle. Et pour cause: pendant une phase de déprime, il est facile de succomber à la douleur et de perdre le contrôle. Certains peuvent alors s’isoler ou tenir des propos blessants, sans nécessairement s’en rendre compte.

Face à ce genre de situation, il est courant d’encaisser, de peur d’enfoncer davantage la personne dans son abattement. Une erreur selon Julie Arcoulin, coach spécialisée dans les relations toxiques et auteure de plusieurs livres sur le sujet.

Tout accepter: erreur

La réponse de l’experte est claire: “Non, on ne doit pas tout accepter d’un ami déprimé: cela va nous mettre dans une position de malaise par rapport à lui, et cela peut aussi entacher la relation. Si l’on tient à ce lien, non seulement on pose ses limites, mais surtout, on parle de ce qui ne va pas”.

Les conséquences possibles

Selon Julie Arcoulin, ce laxisme aurait des conséquences nocives:

  • Exploser à un moment donné: à force de tout accepter en silence, la coupe risque de déborder. Et dans l’énervement, on dira probablement des choses qu’on ne pense pas, ou l’on communiquera de la mauvaise façon, englué par nos émotions. Un clash qui risque de faire beaucoup de mal au lien qui nous unit.
  • Perdre son équilibre émotionnel: voir un proche déprimer peut nous faire culpabiliser et provoquer chez nous un sentiment d’impuissance. Mais aussi nous angoisser.
  • Prendre son proche en pitié: quand l’autre passe son temps à décharger son mal-être sur nous, on risque de ne plus prendre de plaisir en sa compagnie et/ou de le prendre en pitié.

Attention au syndrome du sauveur!

La coach met en garde: “Il arrive que l’on désire tellement voir notre proche sortir de la déprime qu’on se donne pour mission de le sauver. Le problème, c’est que ça le dépossède de son propre chemin vers le mieux-être, et que ça peut engendrer de la frustration et des rancœurs”. Et de préciser: “Imaginez que vous mettiez un tas de choses en place pour ce proche, que vous soyez dans l’attente qu’il rebondisse, mais qu’il ne le fasse pas, vous vous direz: ‘Mais enfin, après tout ce que j’ai fait pour lui!’. Cela rendra la relation malsaine, voire toxique”.

Agir avec bienveillance sans s’écraser

1. On exprime ce qui ne va pas

La coach nous le confirme: “Si votre ami a des comportements qui ne sont pas ‘OK’, qu’il a dépassé vos limites ou si vous vous sentez mal à l’aise en sa présence, il est primordial de le lui dire”. Attention à la manière: “Je conseille toujours de parler de ses ressentis à soi. On dira par exemple: ‘Je ressens de la gêne quand tu as tel ou tel propos’, ‘Je me sens blessé quand tu fais ceci ou cela’ plutôt que “Tu as dis ça, tu as fait ça’. Une méthode inspirée de la communication non violente qui permet d’éviter que votre ami déprimé ne se sente accusé”.

2. On met des limites

Votre proche vous sollicite énormément? Il demande à vous voir constamment pour vider son sac et cela vous pèse? Il vous appelle encore et encore? Poser des limites est essentiel pour ne pas exploser: “J’invite vraiment à se préserver en quantifiant le temps accordé à l’ami en déprime. On peut lui dire honnêtement les choses, c’est-à-dire qu’on a besoin de voir d’autres personnes et de faire des choses pour rester connecté au bonheur. C’est primordial pour ne pas porter sur nos épaules le poids des émotions de l’autre”.

3. On aide sans rien attendre

Aider est une intention louable, mais qui ne sera vécue sainement que si nous ne sommes pas en posture d’attente: “Si vous souhaitez aider d’une manière ou d’une autre cet ami déprimé sans entrer dans le cercle vicieux de la relation malsaine, alors il faut garder en tête qu’il ne faut pas en attendre quoi que ce soit: ni qu’il entame les démarches que vous lui avez proposées ni qu’il vous remercie. Cela doit vraiment être un acte d’empathie et désintéressé, sous peine que cela ne finisse en reproches”.

4. On ne culpabilise surtout pas!

Poser des limites et dire ce qui ne va pas peut être difficile: on peut avoir peur d’enfoncer davantage notre proche. “La culpabilité est un sentiment très courant, surtout chez les femmes. Sachez que vous n’avez pas à vous sentir coupable de faire de votre bien-être une priorité. C’est même une chose très saine, qui donne l’occasion à l’autre de se remettre en question et de se repositionner. Vous avez le droit de penser à vous”.

La déprime se transforme en dépression?

La déprime de votre ami perdure et se transforme en dépression? Julie Arcoulin conseille de l’orienter vers des spécialistes de la santé mentale. Vous pouvez aussi l’inviter à surfer sur le site Je me libère, qui offre des pistes d’aide pour les personnes déprimées et dépressives, comme une ligne d’écoute ouverte 7/7 (le numéro est le 107).

Sachez aussi que des centres de services de santé mentale sont ouverts aux quatre coins du pays et accueillent toute demande liée à une souffrance psychologique. Ils proposent une réponse adaptée à la personne et à la situation: diagnostic, suivi et accompagnement psychosocial, psychothérapeutique ou psychiatrique à travers des consultations individuelles, familiales et de groupe. Consultez ce lien pour les trouver.

Ces situations vous concernent-elles?

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.

 

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)