L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Les Belges, mamans de plus en plus tard: les chiffres de diabète gestationnel explosent

Par Tatiana Czerepaniak

En région bruxelloise et en Wallonie, les femmes deviennent mamans de plus en plus tard: l’âge auquel elles ont eu leur premier enfant est passé de 29 ans à 30 ans en l’espace de 10 ans. 

C’est le centre d’épidémiologie périnatale qui l’a annoncé: en moins de 10 ans, l’âge moyen auquel une femme vivant en Wallonie ou à Bruxelles devient mère pour la première fois est passé de 29,4 ans en 2009 à 30,5 ans en 2019. Une différence qui s’expliquerait davantage par un changement de mentalité de la part des femmes, qui sont de plus en plus nombreuses à souhaiter devenir mère après avoir atteint l’âge de 30 ans. Et si le centre n’émet pas de lien clair entre cette hypothèse sociologique et l’allongement de l’âge des premières naissances, il est pour eux certain que cela a un impact sur la santé des femmes enceintes et des bébés à naître.

Des grossesses plus à risques

Toujours selon le centre d’épidémiologie périnatale belge, ces dix dernières années ont vu exploser les cas de grossesses à risques, principalement en ce qui concerne le surpoids chez les femmes enceintes ou désireuses d’avoir un bébé. Rien qu’en Wallonie, le surpoids, qui concernait il y a 10 ans 34,7% des femmes enceintes, touche maintenant 41,2% d’entre elles. Et les chiffres sont tout aussi parlants à Bruxelles, puisqu’il est passé de 32,7% à 39,4%.

Or on le sait, obésité et grossesse ne font pas spécialement bon ménage: hypertension, risque accru de pré-éclampsie, problèmes cardio-vasculaires, diabète… autant de problèmes de santé que peuvent rencontrer les femmes en surpoids lorsqu’elles sont enceintes. Pour preuve, le taux de femmes déclarant un diabète gestationnel pendant leur grossesse est passé de 5,9% à 15,3% en 10 ans à Bruxelles, et de 5,7% à 10,5% en Région wallonne. Et si ce diabète gestationnel a certes des conséquences sur la femme enceinte, il a aussi un impact sur le bébé:

  • Macrosomie: c’est-à-dire un poids plus élevé à la naissance (plus de 4kg)
  • Hypoglycémie à la naissance
  • Malformation cardiaque et/ou nerveuse
  • Mort in-utéro: pour les cas les plus graves de diabète gestationnel

Obésité et âge de la grossesse sont-ils liés?

L’ASBL en charge de l’analyse de ces chiffres voit un lien entre grossesse plus tardive et surpoids. Les spécialistes ont en effet remarqué que les mamans plus âgées avaient davantage tendance à être en surpoids et/ou à déclarer un diabète gestationnel. Ceci étant dit, il y a aussi d’autres facteurs à tenir en compte, comme la sédentarité accrue, les habitudes alimentaires et l’hygiène de vie de manière générale.

Quoi qu’il en soit, le centre d’épidémiologie périnatale veut que la prévention et le dépistage du diabète gestationnel deviennent l’une des priorités dans le suivi des femmes enceintes afin de limiter au maximum les risques, le plus important étant de faire face à un accouchement compliqué, qui peut mettre la santé de la maman et du bébé en péril.

Plus d’articles sur la santé des femmes enceintes

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.

Contenu des partenaires