6 injonctions qui empêchent les jeunes mamans d’être épanouies

6 injonctions qui empêchent les jeunes mamans d'être épanouies

Depuis toujours, la société fait pression sur les femmes en leur dictant comment il est convenable ou pas de se comporter. Lorsque l’on devient maman, ces injonctions sont encore plus nombreuses et oppressantes. Et si on nous lâchait les ovaires afin que l’on puisse vivre une maternité décomplexée et épanouie?

“Tu devrais faire comme ceci”, “Moi à ta place, je ferais comme cela”… Toutes les futures ou jeunes mamans ont eu droit au moins une fois dans leur vie – mais souvent beaucoup plus – à ce genre de pseudos conseils. Des recommandations qui ressemblent parfois plus à un jugement qu’à de la bienveillance, et qui ne sont que la partie émergée de l’iceberg des diktats auxquels les femmes doivent faire face en devenant des mères: on leur demande d’être parfaites et irréprochables aux yeux de la société mais elles sont constamment infantilisées et invisibilisées, tant dans leurs actes que dans leurs paroles.

Cette injonction à toucher une certaine perfection peut, hélas, enfermer les mères dans le rôle de la femme dévouée entièrement à sa famille, quitte à y perdre leur propre identité pour répondre à ce que l’on attend d’elles. Et si c’est un rôle que nos grands-mères ont souvent tenu sans se poser de questions, il semble ne plus correspondre plus aux attentes des nouvelles générations.

Les mamans d’aujourd’hui croulent sous les diktats

Les mamans d’aujourd’hui sont de plus en plus nombreuses à se sentir acculées par ces injonctions de la société, épuisées de vouloir cocher toutes les cases de la mère parfaite sans jamais y arriver. Pour preuve, la hausse perpétuelle des cas de dépression post-partum et de burn-out parental. Selon le Edinburgh Postnatal Depression Scale, le taux de dépression post-partum serait passé, ces quelques dernières années, de 25 à 47%, soit près d’une femme sur deux. On remarque aussi divers mouvements féministes qui, en faisant entendre leurs voix sur les réseaux sociaux et ailleurs, ont décidé de se battre contre ces impératifs qui font sombrer les mères.

Dire adieu aux injonctions pour être plus épanouie

Face à cette pression dévastatrice, le secret serait de les déconstruire pour s’en libérer et s’épanouir davantage. Voici une liste non-exhaustive dont on veut se débarrasser.

1. Redevenir une femme séduisante aux yeux de la société patriarcale

Il suffit d’aller sur les forums dédiés aux jeunes mamans pour comprendre combien il leur semble primordial de rentrer au plus vite dans leurs vêtements d’avant grossesse. Dès la naissance de bébé, certaines se mettent à compter les calories pour retrouver la ligne aussi rapidement que possible, allant parfois même jusqu’à haïr leur corps, qui a pourtant fait un travail incroyable: porter un enfant. Sous cette recherche de retrouver sa silhouette d’avant plus vite que son ombre, on veut redevenir une femme séduisante aux yeux de la société patriarcale.

Pour sortir de cette pression de la silhouette parfaite et de cette validation de la société, rappelez-vous que votre corps a mis neuf mois pour fabriquer un bébé, et qu’il a vécu un grand bouleversement physique auquel il lui faudra un certain temps pour se remettre. L’important n’est donc pas de rentrer à tout prix dans son ancien jeans, mais bien de prendre soin de ce corps qui vient d’accomplir un exploit. La plupart des sages-femmes disent qu’il faut au moins neuf mois à une femme pour retrouver son corps d’avant… Mais chaque métabolisme étant différent, certaines auront besoin de plus de temps, d’autres beaucoup moins.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by La Boîte Rose (@laboiterosefr)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

2. Allaiter… Mais pas trop longtemps et pas n’importe comment

Allaiter un enfant est censé être la chose la plus naturelle du monde… Et pourtant, ce geste est l’un des plus controversé de la maternité: on doit allaiter son enfant pour être une bonne mère, mais pas trop longtemps au risque que les gens trouvent cela malsain! Et puis pas en public, sous peine d’être accusée d’être exhibitionniste. Rappelons quand même que certaines femmes se sont même vues interdire certains lieux car elles donnaient le sein à leur bébé.

Pour tordre le cou à cette injonction, rappelez-vous qu’il n’y a rien de plus normal que de nourrir son bébé, et que vous avez le droit de le faire n’importe où et aussi longtemps que vous et bébé le désirerez.

3. Être heureuse tout le temps

“Tu verras: être maman, c’est que du bonheur”. Voici une phrase qu’on a entendue plus que de raison… Et qui est totalement fausse, n’ayons pas peur des mots! Si avoir un enfant apporte beaucoup de bonheur, être maman veut aussi dire vivre des moments difficiles… très difficiles parfois: on peut douter, être fatiguée, en avoir marre, se sentir débordée ou pas toujours heureuse dans ce rôle maternel. Ressentir toutes ces émotions ambivalentes ne fait pas de vous une mauvaise maman, bien au contraire! Cela fait juste de vous une mère qui se remet en question et qui cherche un équilibre… Quoi de plus sain finalement?

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Sarah (@monpostpartum)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

4. Faire de son enfant une priorité absolue… Mais rester une femme quand même

L’une des choses les plus difficiles à porter pour les mamans est cette contrainte à devoir être sur tous les fronts: une mère présente pour ses enfants mais aussi une femme qui prend soin d’être et de son couple, qui s’occupe de sa maison… Le tout en travaillant 40h par semaine. Bref, un bon cliché à la Desperate Housewife. Mais à moins d’être Wonderwoman – qui est, faut-il le rappeler, un personnage de fiction – aucune femme ne peut réussir à mener seule toutes ces batailles. Alors un conseil: arrêtez de vouloir tout porter sur vos épaules, et assurez-vous que la charge mentale inhérente à la vie de famille soit répartie le plus équitablement possible.

5. Mettre bébé dans sa chambre le plus tôt possible

Voici encore une idée qui met une pression folle sur le dos des jeunes parents et qui laisse penser que plus un bébé dort avec eux, plus il risque d’être dépendant, capricieux et avoir du mal à dormir dans son propre lit. Une croyance totalement fausse quand on sait que le cododo répond au grand besoin de proximité des enfants, en particulier les plus petits. Sachez que comme pour l’allaitement, le cododo peut se pratiquer aussi longtemps que vous et bébé le désirerez.

6. Faire un petit deuxième (rapidement)

À peine a-t-on mis au monde le premier bébé que beaucoup demandent quand le deuxième sera mis en route. Une question pour le moins intrusive résultant de l’image totalement obsolète que la société dépeint de la famille parfaite, à savoir: un papa, une maman et deux enfants. Pour se détacher de ce diktat, référez-vous à ce que vous souhaitez vous et pas à ce que la société attend de vous.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Pour aller plus loin dans la réflexion

Le livre “Lâchez-nous l’utérus”, écrit par Fiona Schmidt, journaliste et blogueuse, parle de manière assez juste et sans prendre de gants des diktats et autres fausses croyances  autour de la maternité. Vendu au prix de 8,90€ sur le site de la Fnac.

Plus de conseils pour les jeunes mamans

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)