L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu
©Guillem Casanova

5 bonnes raisons de se mettre au trail

Par Liza De Wilde

On en entend de plus en plus parler, et pourtant, beaucoup pensent encore que le trail est réservé à une certaine élite de coureurs capables d’engloutir des dizaines de kilomètres sans jamais flancher. Ne vous méprenez pas, ce sport est bien plus accessible qu’on ne le croit!

Depuis quelques années, le nombre de traileurs (et de traileuses!) explose. Pour mieux comprendre ce phénomène en pleine expansion, nous nous sommes rendues en Autriche afin d’assister à la Hochkoningman skyrace, une course de trail en montagne ultra-populaire dans la région. Nous y avons rencontré Franziska Freer, Marketing Manager de la marque de chaussures et de vêtements outdoor Merrell, partenaire de la course.

Le trail: c’est quoi, au juste?

“Faire du trail, c’est simplement courir en plein air, ailleurs que sur les routes goudronnées”, nous explique Franziska. “Je suis certaine que certaines personnes pratiquent ce sport sans le savoir”, ajoute-t-elle en souriant. Sentiers vallonnés, chemins de terre, routes forestières, parcours accidentés, terrains rocailleux ou boueux… Le trail peut se pratiquer en montagne, en forêt, sur des plaines ou dans le désert, du moment qu’on se trouve dans un environnement naturel.

Sur les épreuves officielles de trail, on retrouvera évidemment la notion de distance (les traileurs s’affrontent généralement sur de longues distances), mais aussi, et surtout, celle du dénivelé. Pour les plus grands amateurs de dénivelé, la course en montagne est la plus adaptée. On parle alors de “skyrunning”. Précisons toutefois que rien ne vous oblige à faire de la compétition si vous pratiquez ce sport.

Quels sont les bienfaits?

Passionnée de trail, Franziska Freer a partagé avec nous les raisons de son engouement pour cette activité sportive.

1. Apprendre à lâcher prise

“Quand je cours sur la route, j’ai tendance à allumer ma montre connectée pour évaluer mes performances lors de ma séance de sport. Mais quand je m’entraîne en pleine nature, je me déconnecte complètement et je profite simplement de la beauté des paysages qui m’entourent”, nous raconte Franziska. Courir en pleine nature, c’est donc l’occasion de se simplifier la vie, de changer son rapport à la performance en se reconnectant à l’essentiel.

2. Vider son esprit

“C’est un sport qui permet vraiment de faire le vide, de tout oublier”, assure la Marketing Manager de Merrell. “Lors d’une récente étude que nous avons menée pour la marque, nous avons observé que de plus en plus de femmes s’intéressent à ce sport. Et cette tendance s’intensifie depuis la crise sanitaire. Nous pensons que c’est parce que la charge mentale des femmes a augmenté au cours des différentes périodes de confinement”, explique-t-elle. “Nous avons de plus en plus besoin de nous évader, de sortir de chez nous”. Et quoi de mieux qu’un running en pleine nature pour cela?

3. Profiter des bienfaits de la nature

L’amour de la nature est l’un des principaux moteurs des traileurs. “Passer du temps dehors est plus efficace que n’importe quel médicament”, affirme Franziska. Et d’ajouter: “Dans certains pays, les médecins prescrivent d’ailleurs des ‘bains de nature’ à leurs patients pour lutter contre la dépression, le burn-out, le stress, l’anxiété ou d’autres sortes de pathologies comme l’hypertension artérielle”. On se dépêche donc d’éteindre notre ordinateur et de lâcher notre smartphone, et on file dans la forêt pour recharger nos batteries le temps d’un run!

4. Se dépasser

Le trail s’effectue généralement sur de longues distances et ce paramètre constitue déjà un sacré dépassement de soi pour celles qui ont l’habitude de courir entre 5 et 10 kilomètres par session. Mais le dénivelé, qui varie généralement beaucoup plus que sur le bitume, et les caractéristiques propres à chaque terrain, apportent une difficulté supplémentaire non négligeable. Aucun muscle n’est oublié! “Faire du trail, c’est aussi apprendre à ne pas s’arrêter au moindre obstacle”, nous dit Franziska. Bien entendu, on ne s’improvise pas reine du dénivelé du jour au lendemain. Mieux vaut toujours commencer sur des parcours plus faciles et progresser à son propre rythme.

5. Briser la monotonie

Ne vous est-il jamais arrivé de courir sur le bitume et de réaliser à quel point votre parcours était lassant? “En trail, impossible de s’ennuyer”, affirme Franziska. Arbres, ruisseaux, rochers… Les paysages varient en effet beaucoup et les difficultés du terrain apportent un côté ludique à l’entraînement: “Il faut éviter les branches, sauter par-dessus des troncs d’arbre, sauter dans des flaques… Il y a de la nouveauté à chaque entraînement”.

Avant de s’y mettre: trouver les chaussures adéquates

Qu’on décide de courir en forêt, sur des routes boueuses de campagne ou en montagne, il est important d’investir dans une paire de chaussures adaptée à ce genre d’environnement.

On fera notamment attention à:

  • La semelle: “Celle-ci doit pouvoir amortir les chocs provoqués par les cailloux ou les branches. On veillera donc à ce qu’elle soit renforcée pour sécuriser le pied au maximum.”
  • Les crampons: Contrairement aux chaussures de route, les baskets conçues pour le trail sont dotées de crampons assez marqués sous la semelle pour garantir une bonne accroche, lorsque les conditions sont délicates (rochers humides, herbe mouillée, neige, cailloux, etc.) C’est un critère très important car “les chaussures de trail doivent pouvoir s’adapter à toutes les conditions météorologiques, mais aussi à tous les types de terrain”, explique la spécialiste.
  • La protection: Si l’on veut pouvoir sauter dans les flaques ou courir dans la neige, mieux vaut opter pour des chaussures imperméables. Mais ce n’est pas tout! “Une chaussure de trail est supposée nous protéger des dangers du terrain (sentier très pentu, cailloux, racines…) On veillera donc à ce que la paire soit dotée de renforts sur l’avant et latéralement”. En limitant le risque de déchirement de la couture, ces protections augmentent aussi la résistance à l’usure de la paire.

Notre dernier coup de cœur en date? Les MTL Skyfire Race Day, testées et approuvées par la rédaction.

MTL Skyfire Race Day, Race-Day, dynamic

Prix: 115€ sur merrell.com.

Plus de sport:

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.

Contenu des partenaires