L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu
© Getty Images

Premières bêtises: comment réagir et limiter les dégâts?

Par Tatiana Czerepaniak

Votre enfant a atteint l’âge des découvertes et multiplie les bêtises? On vous explique comment relativiser tout en limitant les dégâts.

Les enfants grandissent si vite! Et le vôtre ne fait pas exception: en un rien de temps, il est devenu un bambin avide de découvertes… et champion des bêtises! Ces derniers temps, vous avez l’impression de lui courir après en permanence, afin d’éviter le pire. Jeunes parents, sachez une chose: votre enfant n’essaye pas de vous rendre fous, il cherche simplement à explorer le monde et à en apprendre davantage sur l’univers qui l’entoure. Une curiosité poussée par un désir d’indépendance qui risque effectivement de le mener à faire plusieurs bêtises ou à connaître des mésaventures en tous genres.

Premières bêtises: on punit ou pas?

Quand l’enfant fête son premier anniversaire et qu’il commence à se déplacer, c’est là qu’apparaissent les vraies premières bêtises. Au début, cela fera rire les parents, mais leurs multiplications peut rapidement faire perdre patience. Une question se pose alors: on punit, ou pas? Pour y répondre, il est important de comprendre une chose: ce que les adultes appellent des bêtises ne sont, pour les petits, que des expérimentations. Entre 1,5 an et 3 ans, l’enfant n’a pas la notion du bien, du mal ou encore du danger. Son seul objectif est d’explorer le monde et de vivre l’instant présent.

Le mieux est donc d’éviter les punitions, en particulier celles qui n’ont pas de sens – comme mettre l’enfant au coin. Expliquez-lui plutôt ce qu’il ne peut pas faire, et pourquoi: « C’est dangereux pour toi/les autres, ça provoque des ennuis ». Vous devez par contre lui demander de « réparer » sa bêtise: nettoyer l’eau qu’il a fait tomber sur le sol, ramasser le papier toilette qu’il a déroulé… Le but n’est pas qu’il fasse les choses comme vous les auriez faites (il ne nettoiera pas parfaitement), mais qu’il comprenne ce qu’il peut faire ou pas.

Limiter les dégâts: nos conseils selon la bêtise

Un enfant qui fait des bêtises est un enfant qui se construit et qui apprend… Ce qui est une excellente chose! Sachant ça, tenter donc de cadrer au lieu d’interdire: en organisant le foyer pour éviter les dangers, en énonçant des consignes claires et en expliquant pourquoi il vaut mieux éviter de faire telle ou telle chose.

Il déroule les rouleaux de papier toilette

Pour limiter la pagaille, pensez à laisser à votre enfant un seul rouleau, ou mettez des feuilles prédécoupées dans une petite boîte à sa hauteur. Mettez les autres en lieu sûr, de manière à ce qu’il ne puisse pas les atteindre. Montrez-lui également comment tirer sur le rouleau et détacher quelques feuilles, sans tout dérouler.

Il dessine sur les murs

Votre bambin aime dessiner? Faites en sorte qu’il ait toujours de grandes feuilles blanches à sa disposition. Avec une toile, il sera moins susceptible de griffonner sur les murs. Mais s’il le fait, il faut lui expliquer que ce n’est pas bien: en utilisant un ton ferme sans pour autant lui crier dessus. Inspirez-vous des techniques de communication non-violence et dites-lui par exemple: « Je sais que tu aimes dessiner, mais tu peux le faire sur une feuille de papier ». Ensuite, faites-le participer au nettoyage; même si cela consiste juste à tenir le rouleau de papier pendant que vous essuyez les marques. Cela permettra de lui faire comprendre qu’il y a des conséquences à ses actes.

Autre conseil: opter pour des crayons de couleurs ou des marqueurs qui partent au lavage vous sauvera la vie, et celle de tous les objets – et les êtres vivants – sur lesquels votre petit voudra dessiner.

Il passe son temps à vider les placards

Dédiez-lui un placard avec lequel il pourra jouer et mettre ou retirer à sa guise. Faites en sorte que les objets à l’intérieur de cette armoire « spéciale », soient sans risque pour lui: des gobelets en plastique, des assiettes en bambou… L’important est qu’il ne se blesse pas. Mettez le reste dans des armoires sous clés, ou optez pour des blocs-portes, que l’on trouve très facilement dans les magasins de puériculture.

Il joue avec la nourriture

Votre enfant met ses doigts dans son assiette et fait tomber de la nourriture partout autour de lui? Plutôt que de péter un plomb, placez une grande nappe lavable sous sa chaise haute. Pendant le repas, restez de marbre: si vous vous penchez pour nettoyer à chaque fois qu’il fait tomber quelque chose, il risque de commencer à jouer à un jeu très drôle pour lui: celui qui consiste à voir combien de fois maman ou papa va ramasser. Il commence à jeter plus de nourriture que ce qu’il mange? Peut-être est-il temps de terminer le repas.

Autre conseil: acheter une assiette « ventouse », qui se colle à la table ou la tablette de sa chaise haute. Un objet très pratique qui limite vraiment les dégâts.

Il met ses doigts partout

Pour ce genre de bêtises, il sera question de sécuriser l’habitation afin d’éviter le pire. Investissez dans des cache-prises, afin de ne pas risquer le coup de jus ou pire, l’électrocution.

Plus de conseils pour les jeunes parents

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.