Lufy: « Vu le nombre d’heures que l’on consacre à YouTube, c’est un vrai métier »

Lufy: "Vu le nombre d'heures que l'on consacre à YouTube, c'est un vrai métier"
Instagram/@lufyyyy

Influenceur, YouTubeur, Instagrameur… Ces mots ont récemment vu le jour pour décrire de nouvelles activités. Au-delà du job de rêve, en quoi consiste réellement le métier de créateur de contenu? La Belge Lufy, qui rassemble plus d’1.200.000 abonnés sur sa chaîne YouTube consacrée à la beauté, nous éclaire sur les dessous de son métier. 

Si aujourd’hui Lufy collabore avec les plus grandes marques de cosmétiques, il y a d’abord eu un début, un événement anodin qui a donné un tournent inattendu à sa carrière. « Sous l’une de mes photos de soirée postée sur Facebook, des copines me demandaient comment j’avais réalisé mon maquillage. Certaines me suggéraient même de filmer un tutoriel pour leur permettre de le reproduire. Je l’ai fait et j’ai posté la vidéo dans un groupe privé sur Facebook, qui comptait une vingtaine de filles. C’était en 2012, et c’est là que tout a vraiment commencé », nous raconte la star des réseaux sociaux d’origine montoise. Qui à l’époque était loin d’imaginer que par ce petit film elle allait prendre part à ce phénomène nommé YouTube.

De 100 abonnés à 1 million de followers

« Franchement, je ne savais même pas que des chaînes beauté existaient sur YouTube. C’est l’une des filles du groupe qui m’en a parlé. Je suis allée voir et j’ai trouvé ça cool. Rapidement, j’ai commencé à filmer et à poster une à deux vidéos par semaine parce que ça me plaisait vraiment », poursuit-elle. Le succès est au rendez-vous. La chaîne de « LufyMakes YouUp » atteint 100, puis 1000 et ensuite 10.000 abonnés. « Atteindre ce chiffre a été incroyable pour moi. Aujourd’hui, on y parvient plus facilement. Mais à l’époque, YouTube n’était pas aussi populaire, alors c’était inimaginable! », confie celle qui rassemble aujourd’hui plus d’un million d’abonnés sur la plateforme.

La création de contenu à temps-plein

Au vu de sa popularité, Lufy a vu son agenda être quelque peu chamboulé. Alors qu’elle combinait études et YouTube, la jeune femme se consacre pleinement à son activité de créatrice de contenu sur les réseaux sociaux depuis 2015. « Mes journées ne se ressemblent pas. Entre les tournages, les montages, le suivi sur les réseaux, les rendez-vous professionnels… Il est impossible de planifier la semaine et de s’y tenir! »

Mais ce qui occupe essentiellement ses journées n’est autre que la réalisation de vidéos, l’essence même de son métier. Du make-up au lifestyle, Lufy touche à tout et se confie parfois même un peu plus. Comme ce fût le cas lorsqu’elle a décidé de s’exprimer sur un sujet plus personnel: la chirurgie esthétique. « J’avais envie de partager ce moment avec ma communauté et surtout, je voulais faire passer un message. Oui, on peut refaire une partie de son corps qui nous complexe, mais cela nécessite un long temps de réflexion. Avant de sauter le pas, j’ai réfléchi 7 ans à ma rinhoplastie. Mon message était ‘tout le monde peut le faire mais ça demande réflexion, et personne n’a le droit de juger.’ »

Une communauté diverse

Des messages importants pour une communauté éclectique, composée essentiellement de jeunes mais pas que. « Ça va de la maman de 40 ans, qui me suit pour passer un moment fun dans sa journée, à la jeune femme de 25 ans accro à la mode et à la beauté. Et puis, il y a aussi beaucoup de garçons à la recherche de conseils lifestyle! »

Des « haters », personnes malveillantes, peuvent se glisser parmi les abonnés. Mais Lufy l’assure, elle se sent épargnée. « Je n’en ai que très peu. J’essaye de passer au-dessus de ces commentaires désobligeants car je sais qu’on ne peut pas plaire à tout le monde. »

YouTubeuse, un vrai métier?

« Un YouTubeur crée du contenu sur la plateforme YouTube. C’est une activité qui combine tournage, montage, publication et suivi. » Voici comment Lufy définirait son métier. Car il s’agit bien d’une profession pour la Belge. Et à ceux qui en doutent, elle répond: « Il faut évoluer avec son temps. Vu le nombre d’heures que l’on y consacre et à partir du moment où cela nous rapporte un salaire, c’est clairement un métier. »

Et les partenariats?

L’un des sujets les plus délicats du monde de YouTube est le partenariat. Les marques sont de plus en plus nombreuses à faire appel à des influenceurs pour faire la publicité de leurs produits. Des collaborations qui peuvent rapporter gros. La tentation d’accepter des partenariats qui ne leur correspondent pas peut être grande pour les influenceurs. Cependant Lufy le dit fièrement: elle n’accepte que les partenariats avec des produits qu’elle aime et en refuse chaque semaine.

L’un des visages de L’Oréal

Égérie pour L’Oréal, une marque de thé détox, un masque capillaire, la création de rouges à lèvres… Depuis 2012, la jeune Montoise a enchaîné les collaborations les plus prestigieuses. « Elles sont toutes différentes et incroyables, mais il y en a une qui m’a plus marquée que les autres. Être l’égérie de la gamme Colorista de L’Oréal, ça a été la chose la plus dingue. Me dire que mon visage est dans le monde entier, c’est juste ouf! »

Le petit écran

Anciennement chroniqueuse pour « Place Royale » sur RTL-TVI, Lufy est depuis le mois d’août l’animatrice de l’émission  « Beauty Match » sur TFX, un programme durant lequel trois influenceuses en herbe s’affrontent pour relooker des personnes qui souhaitent changer radicalement d’apparence. « Ils m’ont contactée début 2018. On s’est rencontré dans les bureaux de TF1 et on a parlé de mes projets. Ils m’ont demandé si une nouvelle émission de télé pouvait m’intéresser. J’ai répondu ‘oui mais à une seule condition: que cela se fasse en parallèle de mon activité de YouTubeuse.’ » Quitter YouTube pour la télévision, une reconversion possible mais pas pour Lufy. « J’aimerais continuer la télé tant que ça me plaît, mais ce sera en combinant les deux activités. »

« YouTube, c’est fini dans cinq ans »

Comment va évoluer YouTube? Cette question, nul ne peut réellement y répondre. Lufy, qui connaît la plateforme depuis près de six ans, se souvient qu’à ses débuts certains prédisaient déjà une fin proche. « ‘YouTube, c’est fini dans cinq ans’, me disait-on. Pourtant, on est toujours là. Je ne sais pas où je serai dans 10 ans, je vis au jour le jour. Une chose est sûre, je continuerai tant que ça me plaira. »

Envie de connaître un peu plus Lufy? Retrouvez son interview 100% beauté!

Fan de Lufy? Lisez également ceci

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, cuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)