L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu
IKEA

Rapport IKEA sur l’intimité: 1 Belge sur 5 n’a pas assez de temps pour lui

Voilà le constat qui ressort de l’enquête « Life at home ». Chaque année IKEA sonde les besoins et les aspirations de chacun à la maison. Pour 2019, le magasin de meuble suédois a décidé de se pencher sur l’intimité à la maison.

Dans son rapport de 2018, IKEA révélait qu’une personne sur trois se sent plus à la maison dans d’autres endroits que chez elle. C’est suite à ce constat que le géant de l’ameublement a choisi d’explorer en profondeur le besoin d’intimité, qui pour 75% des sondés serait vital pour le bien-être. S’il peut se mesurer à la place disponible ou à la capacité de s’isoler, le sentiment de confidentialité s’exprime aussi dans le temps qu’on dispose pour soi. Comment les Belges occupent-ils leur temps d’intimité? Quels en sont les freins? Voici les réponses selon IKEA.

Être bien seul, pour être bien avec les autres

Avoir suffisamment de temps, d’espace et d’énergie est essentiel au bien-être mental et à l’épanouissement personnel. Un manque d’intimité a donc des effets négatifs sur notre humeur. D’après l’étude d’IKEA*, il est source de frustration dans 6 cas sur 10 et il entraîne même des angoisses dans 1 cas sur 3. En toute logique, nos relations pâtissent aussi d’un manque d’intimité. Quelque 66% des Belges affirment avoir besoin de temps pour eux afin d’avoir une relation de couple optimale.

Comment les Belges occupent-ils leur temps d’intimité?

Être seule, pouvoir fermer une porte, s’isoler dans un espace ou tout simplement pouvoir vaquer à ses occupations sans être dérangée. La définition de l’intimité varie d’une personne à l’autre. Mais le but aussi diffère: est-ce pour se reposer, se concentrer, se chouchouter ou se lâcher? Là où certains profiteront de leur temps libre pour dormir (38%), d’autres préfèrent se plonger dans un livre (44%), surfer sur Internet ou se chouchouter (43%), binge-watcher des séries (37%), s’adonner à des plaisirs solitaires (25%), cuisiner (24%) et méditer ou chanter (15%).

L’intimité mise à mal par les nouveaux modes d’habitation

La colocation par exemple peut mettre à mal le besoin d’intimité chez soi: 80% des Belges qui cohabitent avec des personnes autres que la famille indiquent que le cloisonnement physique constitue le moyen le plus simple de se ménager du temps et de l’espace. Près de la moitié des Belges (46%) ne se sentent vraiment eux-mêmes que quand ils sont seuls. Mais heureusement, seulement 9% (contre 12% dans l’étude globale) n’osent pas dire clairement leur besoin d’intimité. L’enquête révèle qu’on use souvent de stratagèmes pour exiger du temps pour soi. Le travail est le plus souvent pris comme excuse (35%).

S’occuper des autres, un frein à l’intimité

Le rôle que nous endossons à la maison influe sur la vie privée. Le fait de s’occuper de quelqu’un constitue le plus gros obstacle pour 23% des Belges. Sans surprise, ce sont essentiellement les parents d’enfants en bas âge (49%) qui estiment que le fait de s’occuper des autres est un frein à l’intimité. Pourquoi? Parce que prendre soin d’un partenaire, d’un enfant ou d’un parent transforme la maison en un lieu de travail et pas de repos. Aussi, les aidants investis dans leurs responsabilités autorisent plus facilement les intrusions dans leur intimité.

L’espace virtuel, un espace d’intimité

43% des Belges éteignent leurs appareils électroniques quand ils ont besoin de « déconnecter ». Mais 6 Belges sur 10 sont néanmoins convaincus que la technologie peut justement les aider à trouver une forme de confidentialité. Les smartphones et les tablettes permettent de discuter discrètement sans déranger les autres et sans être dérangés. Quant aux parents, ils recourent à l’iPad ou à la télévision pour distraire les enfants et s’octroyer du temps bien mérité.

Mesurez votre niveau d’intimité en répondant au quiz mis en place par IKEA!

*Organisée entre mai et juin 2019, l’étude menée dans le cadre du « Life at Home Report » 2019 comporte un volet qualitatif et un volet quantitatif. L’étude qualitative a été réalisée en Inde, aux Pays-Bas, aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Chine. L’étude quantitative a été menée auprès de 35.000 personnes dans 22 pays (États-Unis, Moyen-Orient, Europe, Asie, Australie et Nouvelle-Zélande). En Belgique, l’étude quantitative a sondé 1000 habitants représentatifs de la population belge, entre le 17 et le 30 juillet 2019.

Fan d’IKEA? Ceci pourrait également vous intéresser

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardinmaisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.