Ce que le coronavirus a changé dans nos intérieurs selon IKEA

Ce que le coronavirus a changé dans nos intérieurs selon IKEA
Getty images

La crise du coronavirus aura profondément changé notre rapport à l’habitat et elle nous aura obligés à repenser nos intérieurs. Quelles sont nos nouvelles priorités à la maison? Quels sont les nouveaux enjeux à relever dans l’habitation? Voici ce que dit l’enquête annuelle d’IKEA.

“The big home reboot” ou comment repartir de zéro pour opérer le grand “redémarrage” de nos intérieurs. Le rapport 2020 d’IKEA “Life at Home”* souligne la situation exceptionnelle que nous avons vécue cette année. Le confinement quasi-planétaire nous a conduits à vivre la même expérience au travers de pays différents et de cultures différentes. Du jour au lendemain, la maison est devenue le centre du monde. Nos intérieurs se sont transformés en bureaux, en salles de classe, en salles de gym, en plaines de jeux et en espaces de discussions. Jamais nos habitations avaient été soumises à une telle pression.

Chez-soi, l’endroit le plus important au monde

Le postulat sur lequel se base IKEA pour mener ces enquêtes “Life at Home” depuis 7 ans, se révèle plus que jamais d’actualité. 78% des personnes qui sont restées à la maison pendant le lockdown considèrent que leur maison a été un “sanctuaire” qui les a protégé des turbulences du monde extérieur et qu’elle est l’endroit le plus important au monde. Malgré la fatigue, la démotivation et le sentiment d’enfermement, nous avons renoué avec notre intérieur et réévalué sa place centrale. 4 personnes sur 10 ont d’ailleurs entrepris des changements pour adapter leur logement à la situation. Grâce au temps passé chez soi, 38% ont redécouvert le plaisir de cuisiner plus et 29% celui de faire de la gym à la maison.

Deux besoins essentiels

Si de nombreuses familles se sont retrouvées à vivre 24 heures sur 24 ensemble, il semblerait qu’elles aient aimé ce rapprochement: les moments et les repas partagés arrivent au top des 12 activités les plus appréciées pendant le confinement. Pour 44% passer plus de temps en famille est devenu une nouvelle priorité. Le défi sera aussi de parvenir à aménager des moments pour soi tout en respectant celui des autres. Car parmi les choses que les gens aimeraient changer chez eux, on retrouve un espace pour leur hobbies (38%) et un espace pour télétravailler (33%).

On déménage?

Si la proximité avec la nature était déjà une préoccupation grimpante pour de nombreuses personnes, depuis le confinement, disposer d’un espace vert près de chez soi relèverait presque d’une urgence pour 35% des sondés. Pour cela, près de la moitié des personnes dans le monde (47%) serait prête à déménager et s’éloigner du lieu de travail.

Petit logement = moins épanouissant

Troisième priorité mise en évidence par l’enquête: la gestion des petits espaces. Seulement 43% des personnes qui vivent dans un studio trouvent que leur appartement est adapté à leur façon de vivre, contre 76% des personnes qui vivent dans un logement de 4 chambres ou plus.

Des espaces moins segmentés

En restant cloîtrés entre nos 4 murs pendant les longs mois de confinement, on aura compris que la maison est bien plus qu’un endroit fonctionnel, où on mange et dort. Elle est aussi le garant de notre bien-être physique et psychique en période de troubles. Pour qu’elle puisse jouer pleinement son rôle de refuge, il va falloir la repenser. Au-delà de son aménagement, c’est son architecture même qui devrait subir des évolutions dans les années à venir, prévoit le rapport d’IKEA. La segmentation des pièces selon les activités (une pièce pour manger, une pièce pour dormir, etc.) devrait s’effacer au profit d’espaces multifonctions qui s’adapteront pour accueillir un éventail plus large d’activités (hobbies, travail et sociabilisation).

Alors que le rapport Life at Home de 2018 montrait qu’un tiers des personnes dans le monde fréquentait des lieux extérieurs où il se sentait davantage à la maison que dans son propre logement, ces “nomades” vont, le temps de l’épidémie, être obligés de trouver leur nouvel abri. Mais sur le plus long terme, IKEA souligne que la tendance du “local” et des réseaux communautaires se renforcera. Pour les plus défavorisés, le développement d’infrastructures de proximité (jardins publics, potagers partagés, salles de sport, etc.) devrait combler les lacunes de logements de plus en plus petits.

Les jeunes, moins satisfaits de leur lieu de vie

Moins d’espace et moins d’argent: ce sont deux des trois facteurs qui entreraient en compte chez ceux qui ont le moins bien vécu le confinement à la maison. Pour ceux qui subissent des pressions financières, la maison en temps de pandémie a encore moins répondu aux besoins de réconfort que d’habitude, puisqu’elle semble même avoir influencé les relations qu’elle abrite: seuls 65% des personnes à faibles revenus s’accordent pour dire que les membres de leur ménage se soutiennent mutuellement dans un but commun, contre 83% avec des revenus moyens ou élevés.

Un autre enseignement-clé du rapport: les jeunes entre 16 et 24 ans étaient 25% contre 49% des 65 et 74 ans à considérer que leur intérieur était adapté à leur vie. Cette partie de la population vit avec les parents ou en colocation, et dépend en effet des espaces extérieurs pour trouver de l’intimité et s’épanouir pleinement.

Ventilo pour tous?

Si certains n’ont pas éprouvé de peine à se calfeutrer dans leur “sanctuaire”, et qu’ils ont même parfois eu du mal à le quitter, c’est qu’avec l’épidémie l’espace public tout entier s’est transformé en terrain miné pouvant cacher le virus. Un chez-soi apparaît alors comme le seul endroit où on peut tout maîtriser, y compris l’hygiène. Là aussi IKEA imagine les tendances du futur en matière d’aménagement: l’accent sera mis sur des matériaux faciles d’entretien et accessibles à tous. La ventilation deviendra une priorité pour assurer une bonne circulation de l’air et éviter la saturation des micro-organismes dans l’air. Enfin, des logements où on fera entrer un maximum de lumière et de nature au travers de grandes fenêtres, avec des accès extérieurs assurés par des balcons et des toits terrasses, pourraient bien devenir les nouveaux standards de logements.

*IKEA a mené une enquête quantitative dans 37 pays auprès de 38.210 personnes entre le 28 juillet 2020 et le 28 août 2020. Plus d’infos: https://lifeathome.ikea.com/.

Plus de pistes pour améliorer votre intérieur

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)