La businessgirl de la semaine: à la poursuite de nos rêves avec les sacs signés Molka

La businessgirl de la semaine: à la poursuite de nos rêves avec les sacs signés Molka

Tout rêve est réalisable, à condition d’oser se lancer. Cela Molka Ben Amara, créatrice de la marque de sacs à main Molka, l’a bien compris. Après avoir travaillé plusieurs années dans des domaines qui ne lui correspondaient pas, la jeune Bruxelloise est retournée à son premier amour: la création. Retour sur son parcours.

Fraîchement sortie de l’Académie des Beaux-Arts à l’âge de 17 ans, Molka a rapidement laissé tomber l’idée de vivre du stylisme, démotivée par la dure réalité du marché. « Du coup, j’ai fait plein de choses différentes dont de la vente et du marketing. Mais un jour, j’ai eu un déclic: ce n’était pas ce que je souhaitais faire de ma vie. J’ai donc quitté mon job. »

La renaissance

Le véritable élément déclencheur est en fait une grave brûlure dont a souffert Molka alors qu’elle travaillait en tant que serveuse dans un bar. « J’ai mis du temps à faire le deuil, j’avais changé. Je n’étais plus cette fille pleine d’envie, de motivation. » Là a alors débuté un  travail de développement personnel important pour la Bruxelloise, aujourd’hui âgée de 32 ans. « Une renaissance. »

Partie se ressourcer en Tunisie, son pays d’origine, Molka revient avec un souvenir qui aura un impact important sur son avenir dans ses bagages: un sac réalisé à partir d’un tissu typique du sud de la Tunisie. « Je le trouvais super, mais je n’arrêtais pas de me dire qu’il y avait la possibilité d’en faire quelque chose d’encore plus sympa! » L’envie de revenir à la création la titille…

« Je me lance ou pas? Motivée par mes amies, je finis par partir seule à Fès à la recherche d’artisans pouvant m’aider à réaliser toutes les idées qui se battent dans ma tête! » Ce départ pour le Maroc, pays de la maroquinerie, a été décisif. Un an après celui-ci, naissait le premier sac signé Molka.

Bien sûr, le chemin n’a pas été sans embûche. « J’ai dû faire face à des imprévus, des personnes qui m’ont lâchée à la dernière minute, à mes propres doutes… Mais à chaque fois que cela arrivait, je me disait ‘si je suis arrivée jusqu’ici, ce n’est pas pour rien. Il est hors de question que j’abandonne ou que ce projet échoue. »

Molka nous a présenté son modèle « bucket ».

Molka, un projet personnel

Le choix du nom de sa marque fut une évidence. « Ce sont mes amies qui m’ont suggéré l’idée. Et c’est vrai que cela a du sens. J’évolue avec ma marque. » Aujourd’hui, Molka ne vit pas encore de la vente de ses sacs, mais elle ne se voit pas faire autre chose. « Heureusement, je ne suis pas animée par l’appât du gain! Ma passion est plus importante. Et c’est justement le message que j’aimerais transmettre à travers mes créations: vivons nos passions! »

Molka dirige toute sa production en choisissant les cuirs en Italie et en collaborant avec des artisans chevronnés et passionnés. Ses collections sont à son image, à savoir modernes et intemporels. Des modèles en bandoulière ou porté épaule, des pochettes ethniques ou encore des couleurs métalliques, les différentes collections offrent un large choix et osent l’originalité en toutes saisons et à toutes les occasions.

Des modèles que vous pourrez découvrir du 3 au 5 novembre lors de l’événement « Golden Fall Pop Up » au Corner41 à Bruxelles, organisé en collaboration avec la blogueuse TheWildGirl et la créatrice de bijoux Chouhuihui.

1 Les sacs Molka by Molka

Bucketbags – collection métallique (225 euros) et collection en daim (220 euros)

2 Les sacs Molka by Molka

Bucketbags – collection métallique (225 euros) et collection en daim (220 euros)

3 Les sacs Molka by Molka

Pochettes – collection métallique (120 euros) et collection daim (115 euros)

4 Les sacs Molka by Molka

Pochettes – collection métallique (120 euros) et collection daim (115 euros)

 

Retrouvez Molka et ses collections de sacs ici.

Ceci pourrait aussi vous intéresser

 

 

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)