Asos expose désormais ses vêtements sur trois mannequins de tailles différentes

Asos expose désormais ses vêtements sur trois mannequins de tailles différentes
Asos

C’est une petite révolution pour le monde de la vente en ligne. L’entreprise Asos présente désormais ses articles sur trois mannequins de tailles et morphologies différentes! 

Un vêtement, trois mannequins. Si certains y avaient déjà pensé, l’entreprise Asos l’a fait. L’e-shop le plus visité expose désormais ses vêtements sur trois mannequins de tailles et morphologies différentes.

Commander une jolie robe et se rendre compte une fois enfilée qu’elle ne rend pas du tout comme sur le mannequin Asos. Retour à l’expéditeur. A qui cela n’est-il jamais arrivé? L’objectif pour l’e-shop est de permettre aux acheteuses d’imaginer le rendu d’un vêtement sur leur corps.

Comment cela fonctionne?

Vous cliquez sur l’article qui vous plait. En faisant défiler la galerie photos, vous pouvez voir le vêtement porté non pas par un mannequin mais par trois de tailles différentes. La première porte un 36, la deuxième fait une taille 40 et la troisième un 42.

Pour le moment, seule une partie du catalogue proposé par Asos est concernée par ce changement. « Nous ne sommes pas en mesure de dire si cela sera disponible pour la mode masculine pour le moment car cette nouvelle initiative est toujours en test » indique Asos sur Twitter.

Bien que conscientes de l’intérêt marketing d’Asos, on salue l’initiative de la marque. Par ce type d’actions – Asos avait déjà pris la décision de ne plus retoucher ses mannequins –, elle contribue au « body positive » en rappelant qu’il n’existe pas un seul type de femmes, mais bien des femmes aux tailles et morphologies différentes.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, cuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, nos comptes Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)