Netflix: à quoi aurait ressemblé la plateforme de streaming en 1995?

Netflix: à quoi aurait ressemblé la plateforme de streaming en 1995?
© Squirrel Monkey / YouTube

Squirrel Monkey a imaginé à quoi aurait ressemblé Netflix en 1995. Entre nostalgie et agacement inhérent à la lenteur des connexions Internet, c’est parti pour un voyage dans le temps.

En 1995, Internet rimait avec ordinateur de salon et modem 56K. À quoi aurait ressemblé Netflix à cette époque rythmée par les disputes familiales dues au partage chaotique de ligne téléphonique? C’est ce qu’a imaginé Squirrel Monkey, une chaîne YouTube qui replace les applications actuelles dans les années 80 et 90, dans un épisode de sa série « Wonders of the World Wide Web ».

Netflix en 1995 (selon Squirrel Monkey)

Pour visionner du contenu en 1995 via le service de films en flux continu le plus populaire de ces dernières années, il aurait fallu s’armer de patience. Après avoir complété en ligne un formulaire d’inscription divinement rétro, vous auriez reçu par voie postale votre identifiant de connexion et votre mot de passe, une disquette d’installation, un CD compilant le catalogue des films disponibles, un poster et des pop-corns à réchauffer au micro-ondes. Vous auriez ensuite pu télécharger un film de votre choix. Une opération qui aurait bien entendu pris plusieurs heures.

Netflix dans les années 90: la réalité

La réalité n’est pas si éloignée de la fiction imaginée par Squirrel Monkey. En 1998, Netflix lançait son service de réservation, de location et/ou d’achat en ligne de DVD livrés à domicile par courrier. En 1999, la société proposait un abonnement mensuel à ses services. Il a néanmoins fallu attendre 2007 pour voir apparaitre le service de films en flux continu.

Vous aimez Netflix? Ces articles pourraient vous intéresser

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, cuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)