La Casa de Papel: que vaut la saison 4?

La Casa de Papel: que vaut la saison 4?
© TAMARA ARRANZ

Le vendredi 3 avril, à 9h01, les utilisateurs de Netflix ont enfin pu découvrir la quatrième partie de La Casa de Papel, série événement de l’année 2018. Comme beaucoup d’internautes, on l’a binge-watchée et voici ce qu’on en a pensé (sans spoilers!).

Créée par Álex Pina, La Casa de Papel est l’un des incontournables de Netflix. En deux saisons, cette série a mis tout le monde d’accord avec son intrigue passionnante: huit malfrats braquent la Fabrique nationale de la monnaie et du timbre de Madrid, selon un plan minutieusement conçu par El Profesor.

Après un succès fulgurant, la plateforme de streaming a décidé de prolonger les aventures de Tokyo, Nairobi, Denver, Rio et Helsinki, avec – minimum – trois autres saisons. Ainsi, Netflix a dévoilé la troisième partie en juillet 2019 (on vous donnait notre avis ici), et la quatrième il y a quelques jours.

La Casa de Papel est de retour

La saison 4 était très attendue par les fans puisque, pour rappel, la troisième partie s’achevait avec un suspens insoutenable: Raquel, alias Lisbonne, est arrêtée par la police qui simule son exécution afin que Le Professeur croie en sa mort. Ce dernier décide alors de venger sa bien-aimée. Tandis que Nairobi, touchée par un sniper de la police, se bat pour sa vie…

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Une saison mitigée

Nous retrouvons donc El Profesor (Alvaro Morte), Tokyo (Ursula Corbero), Nairobi (Alba Flores), Rio (Miguel Herrán), Stockholm (Esther Acebo), Denver (Jaime Lorente), Helsinki (Darko Peric), Lisbonne (Itziar Ituño), Palerme (Rodrigo de la Serna), Marseille (Luka Peros) et Bogota (Hovik Keuchkerian).

Côté narration, les scénaristes Álex Pina et Esther Martinez Lobato n’ont pas changé leur fusil d’épaule: un choix peu étonnant puisque cela aurait été bizarre au milieu d’une histoire. Tokyo plante donc toujours le décor en voix-off, le braquage se déroule en direct et on découvre ses prémisses en flash-back. Une technique qui fonctionnait jusqu’ici, mais dans cette quatrième partie, on a comme une impression de déjà-vu…

Sûrement parce que l’on pouvait s’attendre à un début de saison fracassant, alors la quatrième partie prend beaucoup de temps à démarrer. En effet, la tension plantée dans la troisième saison s’estompe – très – rapidement et le rythme ralentit. L’inspectrice Alicia Sierra (Najwa Nimri), qui donnait de la cadence, est moins surprenante et donc moins percutante. Gandia, nouveau personnage en action, apporte quant à lui un peu de piquant (et de tristesse…), mais pas assez pour relever l’intrigue.

À quand l’ultime saison?

À l’instar de la saison 3, la quatrième partie plante donc encore un décor avant d’exploser dans les derniers épisodes… pour préparer la suite! N’aurions-nous pas pu avoir une saison beaucoup plus frappante et achever la série en beauté? Apparemment, Netflix a décidé de tirer en longueur l’une de ses meilleures productions et, malheureusement, la qualité du show en pâtit.

Les fans seront cependant toujours au rendez-vous lorsque la cinquième (et dernière?) saison sortira… en espérant qu’elle soit plus mémorable!

La Casa de Papel, à découvrir dès maintenant sur Netflix.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Plus de critiques Netflix:

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardin, maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)