Visite au Musée Horta: carte blanche à Marie-Ange Guilleminot

Visite au Musée Horta: carte blanche à Marie-Ange Guilleminot
Musée Horta

Du 3 septembre 2019 au 15 décembre 2019, le Musée Horta invite l’artiste et performeuse française Marie-Ange Guilleminot à investir la maison-atelier le temps d’une exposition. 

Il est parfois des rencontres heureuses. Celle de Victor Horta et de Marie-Ange Guilleminot est de celles-là. Mais ni l’un ni l’autre n’est tout à fait seul. Une armée d’artisans les entoure et donne corps à leurs désirs. L’artisan engage avec l’architecte ou l’artiste un même échange placé sous le signe de l’amour du travail bien fait et de la recherche de la perfection.

Qu’est-ce qu’une maison lorsqu’elle devient musée?

Marie-Ange Guilleminot a tenté de répondre à la question difficile: qu’est-ce qu’une maison lorsqu’elle devient musée? Comment la rendre vivante sans être pesant? Les sens sont une réponse: l’odeur du pain, de la cire, des herbes de cuisine ou, pourquoi pas, le chant du grillon. Plus encore, l’artiste évolue dans la maison, portant et animant ses créations, tissant des correspondances entre la maison Horta et ses propres œuvres: évoquant de secrets accords, comme conversant avec l’architecte.

Sa stature, aussi, n’est pas sans rappeler certaines des femmes de Fernand Khnopff. Par sa présence la maison vit. À présent, les portes du dressing s’ouvrent et découvrent la Garde-robe Made in France. Une collection où chaque vêtement porte le nom d’un auteur. Ses vêtements semblent fait de la matière de nos rêves et l’ensemble joue comme un portrait de l’artiste. Portrait dans le portrait puisque, pour Horta, la maison était non seulement à l’image de la vie de l’occupant mais qu’elle devait en être le portrait.

La main donne vie à la matière

Grâce aux quelques séquences filmées, la robe, l’escarpin ou même le meuble se prolonge dans le corps même de l’artiste, en situation. Des images surgissent, des liens inédits se tissent. Ce n’est déjà plus la maison d’un architecte. Ce n’est plus non plus un musée. Comme un charmeur guide la danse du serpent, les arabesques de Horta semblent avoir trouvé un maître de passage. Leurs ondulations sont plus dociles. Leur rythme s’est accordé, le temps d’un automne, à celui de leur invitée.

Musée Horta : carte blanche à MARIE-ANGE GUILLEMINOT – vivre la maison Horta. 03 septembre – 15 décembre 2019

Vous aimez les sorties? Lisez aussi ces articles!

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardinmaisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)