Les hommes tombent plus vite malades que les femmes: vrai ou faux?

Les hommes tombent plus vite malades que les femmes: vrai ou faux?
Unsplash © Kelly Sikkema

Parmi les mythes courants, on retrouve celui des hommes qui tomberaient plus facilement malades que les femmes. Un postulat qui n’est pas faux en tous points. Le Dr Servaas Bingé déconstruit avec nous 7 mythes sur la santé.

“Enfile un manteau, sinon tu vas tomber malade”: voilà un conseil entendu des milliers de fois, qu’on n’hésite pas à répéter dès que les températures baissent. Mais est-ce vraiment juste? Le Dr Servaas Bingé, médecin généraliste à Nevele, énumère pour nous les mythes et les légendes qui perdurent autour de la notion de maladie.

1. Les hommes tombent plus vite malades

À nuancer.

“Le cycle hormonal des femmes, dans sa première partie, fournit une protection supplémentaire contre les infections, car les œstrogènes renforcent les cellules immunitaires”, explique le Dr Servaas Bingé. “Dans la deuxième partie du cycle, la progestérone prend le relais et les femmes sont alors légèrement plus sensibles aux infections (elles récupèrent plus lentement après un exercice intensif, aussi). Ces fluctuations sont plus fortes chez les femmes sexuellement actives. Chez les femmes ménopausées, il se peut d’ailleurs que l’immunité soit affaiblie en raison de la diminution des hormones”.

En revanche, si la testostérone qui est dominante chez les hommes n’influe en rien sur la résistance à l’infection, elle a une action au niveau de la suppression de l’inflammation. Par conséquent, les maladies auto-immunes (liées à un dysfonctionnement du système immunitaire qui agresse ses propres constituants) sont moins fréquentes chez les hommes”, poursuit le médecin.

Enfin, si on a tendance à croire que les hommes tombent malades plus facilement, c’est surtout parce qu’on les entend davantage se plaindre. “La recherche montre que la perception des hommes lorsqu’ils sont malades est différente de celle des femmes. En d’autres termes, ils se sentent plus vite mal. La psychologie explique cela par le fait qu’un homme ne doit pas exprimer ses faiblesses. Mais s’il a une raison valable de le faire, alors, il ne boude pas son plaisir”.

2. Les enfants qui sucent leur pouce tombent moins vite malades

C’est un fait.

Les enfants, surtout les plus jeunes, mettent tout dans leur bouche: terre, jouets, pouces, orteils… “Et c’est indispensable pour la diversité du microbiome. Plus il y a de germes différents dans nos intestins, dans la région du nez, de la gorge et des oreilles, moins nous tombons malades”. Concernant le pouce, “la recherche scientifique confirme également que les enfants qui sucent leur pouce souffrent moins d’allergies et c’est sans doute dû à un microbiome plus diversifié”.

3. Trop nettoyer rend moins résistant aux infections

À nuancer.

Le Dr Bingé explique comment la peur des infections est devenue une préoccupation majeure depuis les années 1980. “Le fait est que dans le passé, de nombreuses personnes sont mortes d’infections, mais au fil des années, l’hygiène s’est améliorée et a permis de baisser le taux de mortalité”.

Mais en améliorant l’hygiène “nous avons aussi appauvri notre microbiome, qui est devenu moins résistant et, par conséquent, nous voyons émerger beaucoup plus d’allergies. Le système immunitaire lutte alors moins contre les agents pathogènes extérieurs, mais plus contre les éléments contre lesquels il ne devrait pas vraiment lutter, comme le pollen des herbes et des arbres, les acariens…”, explique le médecin généraliste.

4. Les personnes en surpoids sont plus souvent malades

C’est un fait.

Les personnes en surpoids ont un excès de tissu adipeux qui produit des substances nocives pour le système immunitaire. “En réaction à une infection, ce dernier fabrique des cytokines (ensemble de protéines), qui recrutent des cellules immunitaires et provoquent de la fièvre, symptôme qui prouve que le système immunitaire réagit. Lorsque ces molécules sont fabriquées par le tissu adipeux, nous les appelons adipokines (adipo signifie ‘graisse’). Elles jouent un peu le même rôle, appelant les cellules immunitaires à se mettre en marche. Mais chez les personnes en surpoids, elles peuvent s’emballer, provoquant une inflammation qui affecte négativement le fonctionnement normal du système immunitaire”, détaille Dr Bingé.

5. Vous attrapez froid lorsque vous sortez avec les cheveux mouillés

C’est un mythe.

Il est faux de croire à cette légende, mais, il peut y avoir une explication. “Après une douche ou un bain ou un long moment passé dans une pièce chaude, la première ligne de défense de votre système immunitaire est affectée. En effet, les barrières de la peau et des voies respiratoires supérieures sont moins fortes. Pourquoi? Quand la peau est lavée, les voies respiratoires ont une couche de muqueuse un peu plus fine et il se peut qu’un virus pénètre plus facilement. Mais nous n’avons pas encore de preuves scientifiques réelles à ce sujet”. Il est néanmoins bon de rester au chaud et de bien se couvrir en hiver.

6. En mettant la main devant la bouche, vous protégez les autres de vos microbes

C’est un mythe.

Lorsque vous éternuez, mettre une main devant la bouche n’offre pas une protection efficace. “La force avec laquelle l’éternuement ou le nuage de toux sort de notre bouche et de notre nez est forte et poussée à travers les petites fentes des doigts et autour de la main”, précise le généraliste. Le saviez-vous? La toux crée en moyenne 3000 micro-gouttes pouvant atteindre 80 km/h. Les éternuements répandent pas moins de 100.000 gouttes, à 160 km/h. Si une main ne suffit pas à bloquer les gouttelettes, éternuer ou tousser dans le coude permet de réduire considérablement leur projection dans l’air.

7. Un virus circule plus vite dans un environnement froid

C’est un mythe.

En réalité, tout dépend du virus. “Chaque virus a sa température et son humidité préférées. Il est vrai que les pathogènes que nous connaissons en hiver bénéficient des conditions hivernales (froid et humidité élevée), mais d’autres facteurs jouent également un rôle”, avance le Dr Bingé. “Notre teneur en vitamine D est plus faible en hiver, par exemple, et c’est un élément-clé pour le système immunitaire. De plus, en hiver, nous restons souvent longtemps entassés dans des espaces fermés, de sorte que le virus se transmet plus vite. Une ventilation suffisante et régulière est donc indispensable!”.

Bon à savoir: certaines matières “conservent” davantage les microbes. “L’acier inoxydable et le plastique, entre autres, maintiennent les virus actifs plus longtemps, les rendant souvent contagieux pendant des heures, mais comme dit plus haut, la quantité de virus, l’humidité et la température de l’environnement jouent aussi leur rôle”, conclut le Dr Bingé.

Texte: Isabelle Ignoul, traduction et adaptation: Justine Leupe

On continue de vous parler d’immunité

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)