Les cigarettes au menthol interdites: un arôme aussi séduisant que nocif

Les cigarettes au menthol interdites: un arôme aussi séduisant que nocif
Getty images

Après la disparition en 2014 des goûts vanille et chocolat, c’était le dernier arôme de tabac disponible. Depuis le jeudi 20 mai 2020, les cigarettes au menthol sont désormais interdites en Europe.

Selon l’Eurobaromètre 2017 en Belgique, parmi les fumeurs belges qui fument au moins une fois par mois, 14% consomment les cigarettes et le tabac mentholé. À l’échelle européenne, ces produits séduisent plutôt les jeunes femmes qui font des études supérieures et qui ont une consommation occasionnelle. Le produit attire aussi les jeunes par son côté soi-disant moins nocif.

Un arôme aussi séduisant que nocif

L’Union Européenne avait déjà décidé en 2014 d’interdire les tabacs « contenant un arôme caractérisant particulier », sauf ceux dont le volume des ventes en Europe représentait 3% ou plus dans une catégorie de produits. Dans ce cas, l’interdiction ne devait être effective qu’à partir du 20 mai 2020. Les cigarettes au menthol faisaient partie de cette catégorie. Mais pourquoi interdire le tabac aromatisé? D’une part pour protéger les jeunes consommateurs, cible privilégiée de ces produits. D’autre part, la Fondation contre le cancer souligne aussi que l’arôme de menthol, l’un des additifs du tabac les plus couramment utilisés dans le monde, agit « comme un anesthésique local, réduit l’intensité des sensations désagréables dans la bouche, la gorge et le nez. Les fumeurs, en particulier les jeunes adultes séduits par ces saveurs, perçoivent alors les cigarettes au menthol comme moins nocives ». Plusieurs études scientifiques ont en effet démontré que les arômes comme le menthol facilitent l’inhalation, augmentent le risque de dépendance à la nicotine chez les adolescents et les jeunes adultes et que l’arrêt tabagique peut être plus difficile.

Limiter les arômes des cigarettes électroniques

La Fondation contre le Cancer souhaiterait que cette législation, qui ne s’applique pour l’instant qu’aux cigarettes et au tabac à rouler, s’étende aussi à l’arôme de menthol utilisé dans les cigarettes électroniques et les cigarillos. Dans notre article « Que penser de la cigarette électronique », Eric Deconinck de Sciensano explique: « le e-liquide contient des additifs et des arômes utilisés dans l’industrie alimentaire et cosmétique qui ne sont pas faits pour être inhalés. Mais on ne connait pas encore les effets sur la santé de ce détournement d’usage ». Un risque qui est d’autant plus incertain que les cigarettes électroniques ne sont pas suffisamment contrôlées. « Le producteur doit engager une procédure de notification auprès du SPF Santé publique et indiquer ce qu’il y a dans les cigarettes électroniques, mais personne ne procède à des contrôles toxicologiques. Avec les 1000 arômes et variantes d’e-cigarettes existantes, c’est impossible », explique Suzanne Gabriels, experte en prévention du tabac à la Fondation contre le Cancer. Cette dernière encourage d’ailleurs tous les fumeurs de cigarettes mentholées à arrêter de fumer plutôt que de se tourner vers les alternatives proposées par l’industrie du tabac.

En 2012, pas moins de 700.000 décès prématurés étaient imputés au tabac dans l’Union Européenne, bien que la proportion des fumeurs en Europe soit passé de 40% en 2002 à 28% en 2012.

Plus d’infos: les tabacologues de Tabacstop répondent gratuitement à toutes les questions en lien avec le tabac au numéro gratuit 0800.111.00, par e-mail à conseil@tabacstop.be ou par Messenger.

Vous aimeriez arrêter de fumer? Ces articles devraient également vous intéresser

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardinmaisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)