Gel d’aloe vera: des précautions à prendre pour bien le choisir

Gel d’aloe vera: des précautions à prendre pour bien le choisir
Getty images

Le gel d’aloe vera possède de nombreuses vertus reconnues en phytothérapie et en naturopathie. Son utilisation présente toutefois des dangers. Voici nos conseils pour bien le choisir et l’utiliser. 

Suc, gel, pulpe, sève, latex, jus… Autant de noms différents pour désigner deux extraits de la plante. Il est très important de les distinguer, car l’un d’entre eux peut avoir des effets secondaires, et même être dangereux pour la santé.

Le suc de l’aloe vera, une substance dangereuse

Le latex, aussi appelé « sève » ou « suc », se trouve juste sous l’écorce de la feuille. Le liquide jaune à brunâtre est riche en aloïne, conférant au suc des propriétés hautement laxatives. Mais il est aussi très irritant pour la peau et les muqueuses. Et ce n’est pas tout! Les autorités de santé françaises ont alerté en 2018 sur les dangers de l’utilisation du latex d’aloe vera qui serait toxique et provoquerait des effets indésirables. L’OMS a aussi classé la plante comme cancérigène possible lorsqu’elle est consommée sous forme d’extrait de feuilles entières.

Le gel d’aloe vera, une substance émolliente

Le gel d’aloe vera se trouve au cœur de la feuille et se présente sous la forme d’une pulpe transparente et visqueuse. C’est lui qui confère à la plante toutes ses vertus miracles. Émolliente (elle amollit et adoucit les tissus), hydratante, cicatrisante, calmante, anti-inflammatoire… Elle s’utilise aussi bien sur la peau et les cheveux, que pour soigner les intestins. Quant au jus d’aloe vera, il s’agit d’une préparation vendue dans les magasins bios qui contient du gel dilué avec beaucoup d’eau, et généralement du sucre.

Du gel d’aloe vera DIY ?

La plante d’aloe vera est décorative et se plaît relativement bien dans nos intérieurs chauffés. De plus, cette plante grasse ne rejette pas de CO2 la nuit, ce qui lui donne sa place dans une chambre à coucher. Faut-il pour autant l’utiliser pour extraire soi-même le gel? Mauvaise idée. L’extraction du gel d’aloe vera est une opération délicate, car il faut veiller à ne pas trop gratter la feuille, ni à la presser, pour éviter que des extraits du fameux latex dangereux ne se retrouvent dans le gel. Aussi, le gel d’aloe vera s’oxyde très vite, il faut donc l’utiliser immédiatement. Vaut mieux donc opter pour un gel de bonne qualité acheté en magasin.

Du bon usage du gel d’aloe vera

Le gel d’aloe vera peut être utilisé en toute sécurité sur la peau pour l’hydrater, calmer les coups de soleil, prévenir les rides, accélérer la cicatrisation, calmer les piqûres d’insectes, ainsi que sur les cheveux. Vous pouvez aussi l’utiliser comme base en y ajoutant des huiles végétales et de l’hydrolat, pour réaliser des masques et des sérums. En revanche, dès qu’il est ingéré, soyez bien vigilante à la qualité du gel que vous achetez. En effet, si l’extraction n’est pas bien réalisée, le gel pourrait contenir des traces du latex et de sa substance toxique, l’aloïne.

Comment bien choisir son gel d’aloe vera ?

  1. Choisissez des produits bio qui garantissent aussi que la production est durable, éthique et respectueuse de l’environnement.
  2. Vérifiez que le produit contient plus de 90% de gel d’aloe vera, « Aloe barbadensis Leaf Juice ». En anglais on parle de « jus », à ne pas confondre avec le jus d’aloe vera, un mélange à base de gel qui contient surtout de l’eau et du sucre.
  3. Veillez à ce que le gel contienne uniquement du gel et pas des extraits de la feuille entière (Aloe barbadensis leaf extract) dans laquelle se retrouverait alors du latex et donc de l’aloïne toxique.
  4. Préférez les flacons pompe, qui gardent le gel bien à l’abri de l’oxydation.

 Ceci pourrait aussi vous intéresser

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, jardin, maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

 

 

 

 

 

 

 

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)