#1in10: un hashtag pour sensibiliser à l’endométriose

#1in10: un hashtag pour sensibiliser à l'endométriose
© Shutterstock

Mars est le mois de la sensibilisation à l’endométriose. Partout en Europe, les initiatives se multiplient afin de faire connaître cette maladie dont souffre une femme sur dix.

Qu’est-ce que l’endométriose?

L’endométriose est une maladie gynécologique incurable. Une femme sur dix en âge de procréer en souffre. Des cellules semblables à celles qui constituent l’endomètre (le tissu qui tapisse l’utérus et se désagrège au moment des règles) migrent vers d’autres organes génitaux via les trompes, mais aussi vers le système urinaire ou digestif, et provoquent des lésions dans les organes touchés. L’endométriose est une maladie complexe qui peut se manifester par:

  • des douleurs continues ou ponctuelles: pendant les règles (dysménorrhée), lors de la défécation, pendant les rapports sexuels (dyspareunie), pelviennes, lombaire pouvant irradier jusqu’à la jambe (cruralgie), etc. ;
  • des difficultés à uriner (dysurie) ;
  • une fatigue chronique ;
  • des troubles digestifs ;
  • des saignements (spotting) ;
  • l’infertilité. (source: endobelgique.be)

Ces informations ne peuvent se substituer à une consultation médicale avec un spécialiste. Elles ne servent pas à poser un diagnostic, elles sont utiles pour comprendre et sensibiliser le plus grand nombre à ce qu’est l’endométriose.

#1in10: le hashtag qui rassemble les #endogirls

Les femmes atteintes d’endométriose, rassemblées derrière le hashtag #endogirls, ont pris la pose pour faire parler de cette maladie dont elles souffrent. Tenant une feuille sur laquelle il est noté #1in10, elles racontent ce que c’est, vivre avec l’endométriose, pour éveiller les consciences à ce sujet. Leurs publications sont souvent accompagnées d’un coeur ou d’un ruban jaune, symbole de solidarité avec les personnes touchées par l’endométriose.

Je suis atteinte d'Endométriose. Et parce que chaque jour c'est compliqué, et qu'il n'y a pas un jour sans que j'en souffre. Parce que, pour exemple, depuis hier 16h j'ai des douleurs atroces dans le dos et à mon ovaire droit, je suis clouée au lit. Parce que je dors tout le temps, en moyenne 11h par nuit et que je passe souvent pour une feignasse qui se plaint. Parce que c'est des douleurs qui irradient du ventre vers le dos et le haut des cuisses. Des fois j'en tremble. Des fois j'arrive pas à marcher correctement. Des fois j'ai l'impression que je vais tomber dans les pommes ou vomir. Parce que j'ai mal. Tout le temps. Parce que pour "calmer" les douleurs il faut reprendre un traitement hormonal (alors que j'avais décidé ya 3 ans d'arrêter…). Et quand j'ai des grosses crises je prends des médicaments à l'opium qui me shoot. Parce que cette maladie est incomprise. Et qu'elle ne dort jamais. Parce que moi, comparée a d'autres, mes symptômes semblent presque gentils… Parce que comme beaucoup de femmes atteintes, j'interiorise et je me tais. Et parce que j'en ai marre… Aujourd'hui je rejoins le mouvement #1in10 (comprendre 1 femme sur 10) pour faire parler de cette maladie trop peu connue, et je me permets de vous demander humblement de vous renseigner un peu, pour comprendre et pour en parler autour de vous. Pour celleux que ca intéressent : Le mois de mars est le mois de sensibilisation a l'endomètriose. Du 5 au 11 mars c'est la semaine européenne de prévention et d'information sur l'endo. Et enfin, le samedi 24 mars il y a l'Endomarch, la marche internationale pour l'endometriose. Plus on en parle, plus on avance ! Du fond du coeur, merci 🎗💛 #endometriose #endogirl @theendo.co

A post shared by Emma | Parisienne (@jum.ie) on

My wife is #1in10 . #endometriosisawareness month @theendo.co

A post shared by Christian (@braindrain365) on

Ces articles pourraient également vous intéresser

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, cuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, nos comptes Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)