Mon enfant souffre-t-il de dysoralité ?

Mon enfant souffre-t-il de dysoralité ?
Pexels © Helena Lopes

Votre enfant a des difficultés à manger? Il est souvent dégoûté par la nourriture? Il est peut-être atteint de dysoralité: un dégoût ou une aversion pour un ou plusieurs aliments.

Chaque enfant ou adulte atteint du syndrome de dysoralité sensorielle (SDS) l’est à son propre degré: cela peut aller d’un simple dégoût pour quelques aliments à une aversion profonde pour presque tout ce qu’on lui met dans l’assiette. Dans ce dernier cas, l’enfant accepte d’ingérer trois ou quatre aliments maximum pour se nourrir. Cette hypersensorialité est compliquée à vivre au quotidien et malheureusement peu connue.

Comment s’observe la dysoralité?

Le SDS est causé par une hypersensorialité de la bouche et plus précisément des gencives, du palais et de la langue. Un syndrome qui décuple certains goûts au point de les rendre insupportables. Résultat: toute personne touchée par cette sensibilité exacerbée va finir par rejeter complètement le ou les aliments concernés.

Les sens décuplés

La langue est composée d’une multitude de nerfs qui envoient des informations au cerveau lorsqu’elle est en contact avec des aliments. Ces récepteurs, nommés papilles gustatives, informent le cerveau pour déterminer la sensibilité de l’aliment (température, acidité, texture…) mais aussi le goût qu’il a (sucré, salé, amer…). Lorsqu’un aliment est ingéré, tous les stimulis se mettent en action et permettent au cerveau de sécréter différentes hormones comme la dopamine et la sérotonine (hormones du plaisir) pour donner de la valeur à l’aliment. Le problème avec les personnes atteintes de dysoralité, c’est que le cerveau reçoit trop d’informations et qu’il n’arrive pas à les traiter correctement. C’est cela qui provoque du dégoût chez l’enfant.

Au-delà de la bouche, la dysoralité touche souvent l’ensemble des sens: l’enfant est dégoûté par le toucher, l’odeur, les couleurs, les sensations et la texture de l’aliment. En effet, la bouche est composée de papilles spécifiques, dites filiformes, qui permettent de reconnaître les formes de l’aliment. Et puis, on “mange” également avec le nez et les yeux.

Vomissements, régurgitations: les signes avant-coureurs

On a longtemps qualifié les enfants atteints de ce syndrome de capricieux. Pourtant, certains signes peuvent mettre la puce à l’oreille:

  • L’enfant a souvent des nausées
  • Des haut-le-cœur
  • Des régurgitations
  • Un faible appétit
  • L’enfant peut prendre peur face à un aliment. Il tournera la tête, reculera…

Chez certains enfants, la dysoralité est déjà présente à la naissance. Même le lait maternel peut donc les dégoûter et provoquer des régurgitations régulières. En tant que parent, il est important d’être attentif aux moindres changements alimentaires chez l’enfant: quand il passe du sein au biberon, du lait à la diversification… Si ça coince à une étape, parlez-en à votre pédiatre.

Les conséquences de la dysoralité

L’enfant atteint de SDS a généralement une baisse de poids alors qu’il est en pleine croissance. Au niveau de sa santé, il peut avoir des carences importantes et devoir se soumettre à un suivi spécifique. Socialement, la situation est difficile à vivre car il aura tendance à se sentir différent.

Pour les parents aussi, la situation est compliquée. Ils sont souvent atteints d’un sentiment de culpabilité et ont l’impression d’avoir mal fait à un moment. Des thérapies familiales sont proposées pour retrouver une harmonie au sein du foyer.

Que faire face au SDS?

La dysoralité peut être traitée grâce à un suivi chez un orthophoniste. Ce professionnel de la santé proposera des massages de la langue pour désensibiliser la bouche. Ces manipulations doivent être réalisées plusieurs fois par jour. À côté, d’autres massages sont également administrés aux pieds et aux mains pour habituer l’enfant aux différentes textures et ainsi diminuer son dégoût face à celles-ci. L’orthophoniste parviendra ainsi à limiter les symptômes sans totalement faire disparaître le souci.

L’alimentation vous intéresse?

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)