Quand les compliments deviennent néfastes, la pression s’installe

Quand les compliments deviennent néfastes, la pression s'installe
Getty Images

« Comme tu es belle », « Tu as réussi cet examen, tu es la meilleure », « Tu es une championne, bravo pour cette course »… Si ces petites formulations sont des bons boosters de moral, elles peuvent, pour certains, faire l’effet inverse et devenir néfastes.

« Compliment: action de féliciter quelqu’un d’un mérite quelconque; paroles louangeuses, éloges, félicitations », peut-on lire dans le dictionnaire Larousse. Que ce soit à propos du physique d’autrui, son travail ou l’une de ses performances, le compliment peut devenir une dépendance pour la personne qui le reçoit. Et dans certains cas, nuire à la bonne santé mentale.

Dépendance aux compliments

Souvent, les compliments sont « une récompense à un comportement, un accomplissement ou un aspect », explique la psychiatre Claire Lewandowski dans un article paru sur le site Pourquoidocteur. « Si les résultats ne sont pas escomptés, la personne ressent une angoisse qui peut l’amener à tout faire pour être complimentée à nouveau, au point de mentir, dissimuler ou faire preuve de méchanceté ». Pire encore, la personne peut s’infliger une pression. Très vite, elle deviendra dépendante aux compliments: elle fera tout pour en obtenir, et c’est à ce moment-là que cela pose problème.

L’effet de dépendance s’installe petit à petit: au départ, la personne est contente de recevoir un compliment, mais tout doucement, elle voudra en avoir régulièrement. Elle ne va plus faire les choses par plaisir, ni pour elle, mais pour qu’on la complimente!

La meilleure solution: l’encouragement

Est-ce que cela voudrait dire qu’on doit arrêter de complimenter ses proches? Évidemment que non! Mais une bonne alternative aux compliments, ce sont les encouragements. « Pour cela, il s’agit de décrire et souligner les actes, les efforts, les sentiments et les intérêts, sans porter de jugement », poursuit la psychiatre. Après un travail rondement mené par un employé, un directeur peut par exemple dire: « Tes efforts ont payé » ou « Je te remercie pour ton implication dans ce projet ». Les encouragements permettent à quelqu’un de développer davantage sa confiance en lui, ainsi que sa motivation. Et surtout, ils protègent de la dépendance aux compliments. Ce conseil fonctionne chez tous les êtres humains, dès leur plus jeune âge, rappelle la Docteure Lewandowski.

Pourquoi avons-nous besoin d’être encouragé?

Comme expliqué ci-dessus, l’encouragement amène un regain de motivation chez l’humain. Dans le livre Nos enfants sont des merveilles: Les clés du bonheur d’éduquer, les auteurs, Denis Marquet et Hélène Mathieu, expliquent: « À partir de sept ans, un enfant a besoin d’être encouragé, de prendre ses responsabilités, par rapport à autrui et aussi dans sa propre vie ». En effet, peu importe l’âge, si l’humain est encouragé, il sentira qu’il est important, que sa démarche a un intérêt et aura envie de recommencer.

En résumé, quelques encouragements ne feront de mal à personne… Bien au contraire!

Ces articles psycho vous plairont

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardin, maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)