L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu
© Getty Images

Confessions intimes: ce que la rédac’ pense vraiment du télétravail!

Par Tatiana Czerepaniak

Le coronavirus nous oblige à troquer les joies, mais aussi les galères du travail en équipe pour le travail à domicile. Et nous, on en pense quoi à la rédac’ de ce nouveau mode de fonctionnement?

Depuis le début de l’épidémie, nos habitudes ont été chamboulées et les journées de travail se vivent désormais depuis la maison. Fini les réunions d’équipe, les temps de midi à bavarder, les discussions animées – et parfois, conflictuelles – avec les collègues… Tout se fait en vidéo, via mail ou par messagerie instantanée. Comme vous, notre rédaction est à nouveau confinée, et si le télétravail est vu par certaines comme la meilleure chose qui soit, d’autres perdent des plumes en bossant à la maison. Morceaux choisis.

Télétravail: paradis ou enfer?

Liza, notre journaliste “Beauté” et community manager, aimait ça au début, mais en a sacrément marre de cette situation qui s’éternise: “Un peu de télétravail, c’était bien. Mais trop, c’est trop. ‘Métro-boulot-dodo’, ce n’était déjà pas ce qu’il y avait de plus fun (du moins, c’est ce que je pensais), mais maintenant qu’il ne nous reste plus que ‘boulot et dodo’, je réalise à quel point me rendre au bureau, changer d’environnement, structurer mes journées et voir des collègues était précieux. Heureusement, j’y trouve des côtés positifs qui m’aident à relativiser: premièrement, mon café est meilleur que celui de la rédaction, deuxièmement, je ne dois plus supporter le froid qui règne dans l’open-space à cause de la climatisation, et troisièmement, tout ceci me fera apprécier davantage les petits plaisirs de la vie quotidienne quand les choses reviendront – espoir – à la normale”.

Pour Tatiana, journaliste “Bien-Être”, le télétravail est un merveilleux moyen de concilier vie professionnelle et vie de famille, même si elle regrette les interviews en direct: “Avec une famille recomposée, c’est souvent la course. Mes enfants et le fils de mon mari vont dans des écoles différentes et chacune d’elles sont à 30 minutes de voiture de notre domicile. Du coup, habituellement j’accumule près de 4 heures de trajet par jour! Alors je dois bien avouer que si mes collègues me manquent beaucoup – surtout nos discussions autour des sujets que l’on pourrait traiter dans nos prochains articles, et nos temps de midi en mode papotage – m’épargner le trajet jusqu’au bureau m’a enlevé une bonne dose de stress au quotidien: peur d’arriver en retard, avoir à gérer les bouchons, etc.

Par contre, ne plus pouvoir réaliser mes interviews en face à face me manque beaucoup. J’aime voir le visage des personnes que je questionne, leurs réactions non verbales, les émotions qui les traversent. Cela m’aide à mettre de la vie dans mes témoignages et mes interviews d’experts”.

Lauranne, notre coordinatrice Web, aime le rythme slow que lui insuffle son chéri, lui aussi à la maison: “Ce que j’aime le plus, c’est quand mon amoureux – qui est indépendant et parfois à cours de boulot! – se transforme en chef cuistot. Des œufs le matin, un ‘bon gros sandwich’ le midi, une tarte de la boulangerie du coin à 16h. Je prends du poids, mais il se sent utile et j’aime ça. Par contre, il y a une chose que je n’aime pas (mais alors pas du tout), c’est la manière dont je suis installée chez moi: j’ai déjà changé de chaise de bureau six fois. Impossible d’en trouver une qui m’aille”.

Emilie, journaliste “Loisirs”, voit les côtés positifs du télétravail: “Même si je souffre de bouger moins et de voir moins de monde, il y a un tas de choses que j’apprécie dans mon job depuis que je télétravaille. Je ne suis plus obligée de faire deux heures de transports en commun par jour, chargée comme un mulet avec mon ordinateur, ma gourde et mon lunch par exemple. Et c’est quand même plus agréable de travailler dans un environnement calme et cosy que dans les open-spaces gris, bruyants et éclairés aux néons. Sans oublier que je n’ai plus besoin de me prendre la tête le matin pour m’habiller: legging et sweat-shirt consituent l’uniforme le plus confortable du monde… Pratique aussi: je peux travailler et enchaîner avec une séance de vélo ou de yoga”.

Stéphanie, coordinatrice pour le magazine, trouve son équilibre dans le télétravail: “Fini les embouteillages, les retours à la maison à pas d’heure… J’organise ma journée comme bon me semble. Je conduis les enfants à l’école, je prépare le déjeuner à une heure normale, je peux regarder le Journal Télévisé et l’émission de Faustine Bollaert, confortablement installée dans mon divan, l’ordi sur les genoux. Et, détail d’une importance capitale pour une maman: je peux passer plus de temps avec mes enfants mais aussi dormir plus longtemps le matin, puisqu’entre le réveil et l’ordi, j’ai besoin de cinq minutes, le temps de préparer mon café”.

Plus d’articles sur le télétravail

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.

Contenu des partenaires