5 conseils pour éviter d’être touchée par le blues d’après vacances

5 conseils pour éviter d'être touchée par le blues d'après vacances
Getty Images

D’après plusieurs études menées par la KU Louvain (KUL) et réalisées à l’international, 80% des travailleurs disent avoir le blues lorsqu’ils reprennent le travail. Un pourcentage important qui pourrait diminuer si l’on suivait ces cinq conseils du Professeur en médecine Lode Godderis.

Les vacances sont finies pour vous: bye-bye les grasses matinées, les activités culturelles, les longues soirées à débattre en famille; bonjour le retour au travail, la boîte mail inondée et les réunions qui s’enchaînent. Pour éviter le “holiday blues”, il existe au moins cinq pistes à explorer, nous explique Lode Godderis, Professeur en médecine du travail à la KUL et directeur de recherches chez IDEWE, organisme chargé de la prévention au travail. On ne revient en effet pas indemne d’une période de congé.

Nostalgie des vacances et angoisse de la reprise

Le “holiday blues” ou blues post-vacances désigne la fatigue liée au retour au boulot, la nostalgie et la difficulté de remettre le pied à l’étrier. “Les employés passent d’une période de vacances où ils peuvent faire ce qu’ils veulent quand ils le veulent, à un environnement de travail où il y a des règles et des échéances à respecter”, explique l’expert flamand. Quitter cette vie tranquille pour retrouver le train-train quotidien peut donc sembler difficile: “Pour beaucoup, ce qui est compliqué, c’est le changement de rythme”.

Pour faire face à ce changement, il faudrait suivre quelques conseils précieux, mais certainement pas se priver de congés! Se mettre “off”, que ce soit pour partir ou pour rester chez soi, est en effet indispensable. “Les vacances sont essentielles pour la santé mentale et physique, poursuit Lode Godderis. Des études américaines ont prouvé que si les travailleurs n’en prenaient pas, ils avaient davantage de problèmes de santé, tels que des soucis cardiaques”. Et de préciser, étude à l’appui: “Les femmes qui n’ont pas pris de vacances durant deux ans ont un risque plus élevé de développer une dépression”.

1. Se laisser quelques jours de battement

Pour une meilleure acclimatation, le mieux est de se laisser un ou deux jours entre la fin des vacances et la reprise. “Il arrive que des personnes reprennent la route du retour un dimanche soir et travaillent le lundi. Mais voyager, même près de chez vous, peut être un moment désagréable et fatigant. Il est de bon ton qu’après un trajet, la personne puisse récupérer”, conseille Lode Godderis. Le mieux est d’inclure dans ses congés, un ou deux jours d’adaptation, pour mieux préparer son retour au travail.

2. Se remémorer les bons souvenirs

Pour qu’une vague de farniente continue de planer au-dessus de vous, le mieux est d’y repenser. Pour vivre des vacances de qualité, on met au programme ce que l’on aime: passer du temps en famille, faire du sport, lire un livre ou très bien manger. Pour la période post-vacances, c’est pareil: “Je conseille d’inclure ces bons moments dans le travail”, explique le Professeur en médecine, “comme montrer ses photos de vacances aux collègues, préparer un lunch à base d’une spécialité ramenée de l’étranger”. “Ne pas hésiter à partager ses souvenirs avec les collègues pour qu’ils utilisent cette énergie positive eux aussi”, poursuit Lode Godderis.

3. S’acclimater petit à petit

Pour ne pas se sentir dépassé dès le début, le mieux est de s’y remettre doucement. “L’idéal est de ne pas prévoir trop de réunions durant les deux premiers jours. Il est en outre indispensable de faire un état des lieux des avancées avec ses collègues.” Pour ne pas crouler sous les mails, le mieux est de les traiter petit à petit.

4. Se fixer des priorités

“Le plus efficace est d’organiser sa semaine de rentrée en amont et de fixer dans son agenda quelques moments pour le traitement des mails”, recommande le professeur de la KUL. En fonction de ce qui a été fait ou pas durant votre absence, il faudra redéfinir les priorités.

5. S’organiser pour être efficace

“Ne pas avoir le contrôle induit du stress, explique le Professeur en médecine. Si le travailleur sait s’organiser, il prend le lead et évite donc la panique”. Évidemment, l’organisation doit être présente tout le temps, “mais après les vacances, où l’on a eu beaucoup de libertés, cette organisation est encore plus importante”, conclut-il.

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire: surtout ne pas vous empêcher de lever le pied, mais bien vous organiser à l’heure de la rentrée.

Voici 3 articles qui pourraient également vous plaire

Pour être au courant de toute nos astuces modebeautéjardinmaisonparentalité,cuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram etPinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)