La styliste de Devine Lingerie livre ses conseils pour bien choisir son soutien-gorge

La styliste de Devine Lingerie livre ses conseils pour bien choisir son soutien-gorge
Pexels © Nataliya Vaitkevich

Tour de poitrine, bonnet, marque… Il n’est pas facile de s’y retrouver au rayon lingerie lorsque vous devez acheter un soutien-gorge. De nombreuses femmes ne connaissent pas leur taille, et si c’est le cas, elles ne se dirigent pas toujours vers des modèles qui leur correspondent.

Les genres de soutiens sont nombreux: avec armatures? Avec coques? Bien serrant? Ou plutôt large? En coton? Le style brassière? Ou bustier? Pas facile de choisir et de définir ce qui est correct ou non en matière de soutien-gorge.

Pour vous aider à trouver la perle rare, on a rencontré Elsa Pinchart, la créatrice et styliste de Devine Lingerie. Une marque belge qui confectionne tous ses produits dans son atelier à Orp-Jauche dans le Brabant wallon. Le tout sur-mesure! La jeune brabançonne a étudié le stylisme à Bruxelles, mais elle a appris à manier la dentelle, le plissé et les beaux motifs en autodidacte, faute de spécialisation dans le domaine de la lingerie en Belgique. Malgré son masque, on aperçoit le plaisir qu’Elsa éprouve à créer des pépites pour ses clientes. “Je prévois une heure de rendez-vous lorsqu’une femme vient pour de la lingerie sur-mesure. Je cherche à cerner sa personnalité, à en apprendre davantage sur elle, pour lui réaliser une lingerie adaptée à son quotidien, le tout de la façon la plus naturelle possible”. Il n’y avait donc pas meilleure conseillère que cette passionnée de lingerie pour vous aiguiller dans le choix d’un soutien!

Elsa Pinchart de Devine Lingerie

Qu’est-ce qu’un soutien à la bonne taille?

“Pour qu’il corresponde à la taille d’une femme, un soutien ne doit pas se sentir et ne doit laisser aucune marque, précise d’emblée Elsa Pinchart. Le contour doit être droit. Si l’arrière remonte très haut dans le dos, mais sans serrer, c’est que le soutien-gorge est trop grand. Le plus important pour que la poitrine soit bien maintenue, c’est la structure dans le dos”. Pour cela, il faut jouer avec les matières. Les bretelles ont également un rôle important. Si elles sont trop fines, surtout pour les fortes poitrines, elles vont tirer au niveau des épaules et laisser des marques rouges. “L’idéal est de mettre une bretelle plus large ou pourquoi pas deux bretelles, cela peut être très joli”. Concernant les coutures ou les armatures, ils ne doivent pas “casser” le sein. “Ils viennent normalement jusqu’en dessous du bras, pour épouser l’ensemble des seins”.

La taille n’est donc pas un repère infaillible. Surtout qu’elle varie fortement d’une marque à l’autre. Le but est d’être confortable dans sa lingerie. Un soutien-gorge qui gêne, qui serre, qui bouge… n’est pas un modèle et/ou une taille qui vous correspond.

Quel soutien pour quelle morphologie?

Concernant la lingerie et la morphologie, “tout dépend de si on veut se mettre en valeur soi et les parties de son corps qu’on affectionne personnellement, ou si on souhaite mettre sa silhouette en valeur”, interroge la styliste. “Ce sont deux choses différentes. Lorsqu’on adapte une tenue à sa morphologie, l’idéal est de se rapprocher le plus de la morphologie dite en 8: épaules et hanches dans l’alignement avec une taille marquée”. C’est-à-dire que si la morphologie est en V (épaules plus larges que la taille), il est intéressant d’accentuer les hanches. Inversement, si la silhouette est en A (hanches plus larges que les épaules), ce sont les épaules qui sont accentuées. “Mais tous ces carcans de beauté sont imposés par notre société. Si on se fout du qu’en-dira-t-on, alors on prend ce qui nous plaît”. Vous aimez vos hanches et vos fesses rebondies, et vous souhaitez les mettre en valeur avec une petite culotte à lanière? Faites seulement! Oubliez le shorty généralement conseillé pour votre morphologie et portez ce qui vous fait du bien. “De plus, pour la lingerie, il y a beaucoup plus de liberté que dans le prêt-à-porter. Et puis, il ne faut pas oublier que le corps change au fil des années, donc une lingerie qui correspondait il y a 5 ans, ne va peut-être plus convenir à quelqu’un à l’heure actuelle”.

“Au niveau des armatures, il faut savoir que les seins, et notamment les petits bonnets, sont normalement maintenus grâce à la peau située sous la poitrine. Et plus on porte des armatures, surtout si elles sont serrées, plus on abîme cette peau”, nous apprend la styliste. Chacun a ses préférences évidemment, mais ce n’est pas parce qu’une femme fait un bonnet G, qu’elle doit absolument mettre des soutiens avec armatures. “Encore une fois, pour assurer un bon maintien, tout se joue au niveau des bretelles et du dos”. Souvent, les armatures et les coques sont vues comme des protections pour les femmes. C’est pour cette raison qu’elles sont fortement appréciées.

Comment se sentir bien dans sa lingerie?

Pour se sentir bien et sexy dans une lingerie, le mieux est d’opter pour celle qui nous correspond le mieux. “Par exemple, la jarretière, c’est très sexy, mais si elle n’est pas assumée, on aura l’effet inverse de ce qui est recherché”, déclare la fondatrice de Devine Lingerie. Quelqu’un qui dégage du sex-appeal, c’est quelqu’un qui se sent bien dans son corps. “Une femme avec un t-shirt large qui laisse entrevoir son épaule, si c’est assumé, ce sera bien plus sexy, que celle qui a du mal à porter sa jarretière par exemple. Tout est dans l’attitude et le respect de soi”.

L’idéal est de combiner confort et sexy. “Pour ça, une femme doit connaître ce qu’elle aime voir sur son corps. La partie la plus difficile, car le tout est de s’accepter et d’avoir un regard positif sur sa silhouette”, sourit la jeune femme.

Comment entretenir sa lingerie?

Pour faire perdurer votre lingerie dans le temps, Elsa Pinchart détaille quelques conseils: “En moyenne, un soutien se lave tous les deux ou trois jours. Mais si la personne a eu une grosse journée et qu’elle a transpiré, il peut se laver plus souvent évidemment. Ensuite, il est indispensable d’opter pour un filet de lavage. Pour ne pas que le sous-vêtement s’abîme, qu’il n’accroche d’autres vêtements, ou fasse des dégâts à la machine à laver. Une attache ou un bouton qui se coince dans la machine, ce n’est pas la meilleure idée. L’idéal est le lavage à froid ou même à la main si vous avez des pièces de qualité. Et surtout pas de séchoir. Hormis les essuies et les draps, les vêtements n’ont pas besoin d’être mis au séchoir”, conclut la styliste.

Pour découvrir le travail d’Elsa Pinchart: www.devine-lingerie.be

Découvrez encore plus d’articles mode

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)