Témoignage: “J’ai fait un déni de grossesse”

Témoignage: "J'ai fait un déni de grossesse"
© Getty Images

Le déni de grossesse est un fait peu courant, puisqu’à peine une femme sur 1000 vit cette situation particulière chaque année. Et pourtant, cela n’arrive pas qu’aux autres! Pour preuve, le témoignage de Natacha, qui a su qu’elle était enceinte à près de 6 mois de grossesse. 

Si pour certaines femmes tomber enceinte est un vrai parcours du combattant, d’autres se voient catapultées dans une grossesse sans n’avoir rien demandé. Des bébés “surprises” qui parfois se cachent, comme s’ils se refusaient le droit d’exister. C’est ce que l’on appelle le déni de grossesse ou le fait d’être enceinte sans en avoir conscience. Un déni qui peut être partiel – lorsqu’on apprend tardivement la grossesse, mais avant le terme – ou total, la grossesse n’étant alors découverte qu’au moment de l’accouchement.

Natacha a 30 ans. Et si elle est aujourd’hui l’heureuse maman de trois filles, elle a mis le pied dans la maternité de manière compliquée, puisqu’elle a fait un déni partiel lors de sa première grossesse: elle a appris qu’elle portait la vie trois mois avant son accouchement, alors qu’elle avait à peine 20 ans. Une situation qui a rendue très difficile la construction du lien d’attachement entre elle et sa fille. Elle partage avec nous son parcours aussi complexe qu’émouvant.

Natacha nous raconte son déni de grossesse

La jeune femme venait d’emménager avec son amoureux, et s’ils souhaitaient tous les deux fonder une famille, ce n’était pas du tout au programme. “Cela faisait 4 ans qu’on était ensemble et on savait que l’on voulait des enfants un jour, mais certainement pas à ce moment-là. J’avais quitté mon boulot et j’étais donc à la recherche d’un emploi plus intéressant. Mais surtout, on voulait vraiment profiter de cette nouvelle vie à deux avant de devenir parents. On s’était dit que peut-être, on y penserait dans 4 ou 5 ans, certainement pas avant”.

“Vous êtes enceinte”

La vie en a décidé autrement. Un jour, Natacha ressent quelques douleurs au niveau du ventre. Comme des crampes. Elle se rend alors chez son médecin généraliste, qui ne remarque rien de particulier. La jeune femme prend patience, se disant que ça passerait. Mais plusieurs semaines après, les douleurs sont toujours bien présentes. Elle prend alors rendez-vous avec son gynécologue afin de faire un bilan. Lors de cette consultation, le médecin lui fait passer une échographie et remarque que la jeune femme est enceinte. Un choc incroyable pour Natacha, qui refuse d’ailleurs de regarder l’écran. “J’étais vraiment choquée. Le monde s’écroulait littéralement sous mes pieds et, surtout, je ne comprenais pas du tout ce qu’il se passait, puisqu’à part les crampes, je n’avais aucun symptôme: je n’avais pas de nausées et j’étais réglée régulièrement. J’avais juste remarqué que mes règles étaient moins abondantes depuis quelque temps”. Natacha rentre chez elle et annonce la nouvelle a son compagnon, qui le prend assez bien.

Je ne veux pas de ce bébé

Une deuxième échographie a lieu une semaine plus tard, en présence du compagnon de Natacha. Lors du premier rendez-vous, la jeune femme était si choquée que le gynécologue ne lui avait donné aucun renseignement concernant le terme ou même le sexe du bébé. Lors de cette deuxième échographie, il lui annonce qu’elle attend une petite fille, et qu’elle est enceinte de six mois. Une nouvelle que la future maman prend mal. “Les semaines qui ont suivi ont été très compliquées. Je ne voulais tout simplement pas de ce bébé et je faisais tout pour oublier cette grossesse. Je ne ressentais d’ailleurs rien: le bébé bougeait à peine et si j’avais le malheur de ressentir quoi que ce soit, c’était un drame pour moi. Je détestais la sentir en moi, je détestais être enceinte”.

Jusqu’à l’accouchement, le déni total

“Pendant ces trois mois qui me séparaient de l’accouchement, j’ai refusé de préparer quoi que ce soit pour la venue de ce bébé. Logique quelque part, puisque dans ma tête, je n’étais pas vraiment enceinte. Ma maman m’a malgré tout forcé à acheter quelques petites choses, mais pendant ces moments shopping, je me sentais totalement détachée, comme si j’achetais des habits et objets pour quelqu’un d’autre que moi et mon enfant”.

Le jour de l’accouchement, Natacha a la même sensation, comme l’impression d’être extérieure à ce qu’il se passe: “C’est comme si mon corps était en mode automatique. J’étais tellement dans le déni que je ne ressentais même pas les contractions”. Lorsqu’on lui met pour la première fois son bébé sur le ventre, Natacha répète à plusieurs reprises qu’il n’est pas le sien.

Les premiers mois de sa nouvelle vie de maman se passeront dans le même état d’esprit. “Ma fille était un bébé extrêmement discret. Comme si elle ne voulait pas déranger, surtout quand j’étais seule avec elle. Lorsque son papa rentrait du travail, c’est comme si elle se réveillait et s’autorisait à vivre: elle souriait, s’éveillait et riait lorsque Maxime la prenait dans ses bras, alors qu’elle pleurait dans les miens”. Et si la jeune femme fait tout pour bien s’occuper de sa fille, elle ne ressent pas le bonheur de materner. Elle ne se sent tout simplement pas maman et n’arrive pas à être très affectueuse avec ce nourrisson.

Une deuxième grossesse

Lorsque la fillette a environ 18 mois, Natacha retombe enceinte – un bébé désiré, cette fois – mais la grossesse doit s’interrompre: le bébé a un gros souci de santé et Natacha doit se contraindre à faire une interruption médicale de grossesse. Elle met alors sa première petite fille de côté. Heureusement, celle-ci est très entourée par le reste de la famille. Son compagnon, ses parents et ses beaux-parents couvent l’enfant d’amour et la petite vit plutôt bien la situation. C’est une enfant souriante et heureuse.

Rapidement après, Natacha tombe enceinte de nouveau. Une petite fille (encore une) qui naîtra en pleine santé. Mais cette naissance et, surtout, le lien que la jeune femme tisse avec ce bébé est comme un électrochoc pour Natacha, qui se rend compte que la relation qu’elle a avec son ainée n’est pas normale. Natacha se sent de plus en plus coupable à mesure qu’elle apprend à être maman avec ce deuxième enfant, et veut changer les choses. Elle tente d’être plus maternelle envers son aînée… mais elle n’y arrive pas. Elle prend alors conscience qu’il est urgent de se faire aider. “Je voulais rattraper les choses. J’en ai beaucoup parlé autour de moi. Un jour, quelqu’un m’a dit: ‘En fait, tu voudrais revivre ton accouchement pour prendre consciente que tu es sa maman’. Et là, c’est la révélation. Parce que oui, c’est exactement ce que je souhaite!”.

Accoucher de sa fille

Ce proche lui donne les coordonnées d’une kinésiologue spécialisée dans la réparation de certains liens. Natacha est assez sceptique, mais elle prend rendez-vous en se disant que “cela ne peut pas leur faire de mal”. Son aînée a alors 5 ans lorsque la première séance a lieu. La kinésiologue demande à Natacha d’expliquer, à haute voix et en présence de sa fille, l’histoire de cette grossesse et de cette maternité, pour que la petite comprenne ce qu’il s’est passé. La spécialiste propose ensuite à Natacha de continuer les explications en se mettant sur sa table de consultation et de tenir sa fille entre ses jambes. Lorsque la jeune femme explique le moment de la délivrance, la fillette se met à pleurer comme un bébé qui vient de naître.

Natacha fond aussi en larmes, elle a le sentiment d’accueillir pour la première fois sa fille, son bébé. Ce sera d’ailleurs le premier vrai câlin que la mère et la fille partageront. Après cette séance aussi constructrice qu’éprouvante, une relation plus vraie s’installe entre la maman et son aînée.

Une nouvelle petite sœur qui va sceller cette relation

En 2017, Natacha retombe enceinte. Une grossesse surprise qui, contrairement à sa première, sera très bien accueillie. Pendant cette grossesse “cadeau”, son aînée s’implique énormément. “C’est un peu comme si elle vivait sa propre grossesse à travers celle de sa sœur. Elle voulait absolument venir aux échographies, préparer avec moi l’arrivée de ce bébé, posait énormément de questions et faisait constamment des câlins à mon ventre, parlait au bébé, etc. Comme si elle s’appropriait cette grossesse pour se réparer, passer le cap du déni. Je peux dire ça a scellé davantage encore notre lien”.

Réparer le passé?

Aujourd’hui, mère et fille vivent en harmonie. Natacha est une maman comblée de trois filles, et elle a même tendance à être très protectrice envers son aînée. “Contrairement aux deux cadettes, mon aînée est une enfant assez timide et très sensible. Comme je sais que je ne peux pas revenir en arrière, je tente chaque jour de me pardonner et de réparer le passé en la protégeant peut-être un peu plus que ses deux sœurs, qui sont quant à elles assez fonceuses et surtout moins timides”.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Natacha B ~ Lovinglymom (@natacha.bdv) on

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Plus de témoignages de femmes

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)