L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu
Nos tips pour garder de l'intimité quand on a des ados. © Getty Images

Les ados squattent: comment préserver l’intimité de mon couple?

Par Tatiana Czerepaniak

Votre ado squatte votre maison avec ses amis et vous avez le sentiment que votre intimité de couple est mise à mal? Une coach en parentalité explique comment trouver le bon équilibre.

Depuis son entrée dans la puberté, votre ado n’a de cesse d’inviter ses amis, tant et si bien que votre maison semble s’être transformée en auberge de jeunesse. Et si vous comprenez fort bien son besoin de sociabilisation, vous et votre partenaire avez parfois le sentiment de ne plus avoir d’intimité… Une situation qui crée une certaine frustration, voire même des tensions intra-familiales. Comment cohabiter ensemble, quand les besoins des parents et des enfants semblent s’entrechoquer? Le tout est d’y réfléchir tous ensemble et de poser des règles de vie qui respectent le bien-être de chacun. Maëliss Layeux, accompagnante en parentalité, nous explique comment procéder.

Les conseils de la pro pour trouver le bon équilibre

L’experte nous propose quelques tips pour déconstruire la situation, se poser les bonnes questions mais aussi trouver avec son ado le moyen de vivre en harmonie, loin des conflits.

1. On s’interroge sur notre besoin d’intimité

“Avant d’entamer la discussion avec son ado, il est important de savoir ce qui nous frustre dans le fait qu’il invite des amis à la maison, mais aussi de quel niveau d’intimité a-t-on besoin”, exprime la spécialiste en parentalité. Voici quelques questions à se poser pour bien définir ses besoins:

  • “Quand est-ce que la situation entrave mon besoin d’intimité?”: quand je rentre à la maison le soir et que, alors que j’éprouve le besoin de décompresser, je me retrouve face à trois ados en train de jouer? Est-ce parce qu’ils entrent dans des pièces que je définis comme intimes? Est-ce parce qu’ils sont là trop souvent à mon goût?
  • “En quoi cela entrave l’intimité de mon couple?”: parce qu’ils restent trop tard le soir? Ou parce que mon ou ma partenaire et moi ne nous sentons pas libres en présence des invités de l’ado?
  • Qu’est-ce qu’on peut mettre en place pour que notre intimité soit préservée?: profiter de l’occasion pour sortir un peu plus en couple, proposer à l’ado de lui aménager une pièce rien qu’à lui ou sa chambre de telle manière à ce qu’il puisse avoir son espace sans empiéter sur le nôtre, etc.

2. On se pose avec son ado pour comprendre son besoin de sociabilisation

Une fois le travail sur soi effectué, il est temps de discuter avec son ado afin d’en savoir un peu plus sur ses propres besoins. L’experte conseille d’aborder le sujet de manière descriptive. Exemple: “J’ai remarqué que cette semaine, tes amis sont venus tous les jours. Qu’est-ce qui explique ces visites? Comment te sens-tu? Pourquoi est-ce important pour toi?”. L’idée est de savoir comment ça se passe pour lui, qu’il vous explique le besoin qui se cache derrière ces invitations:

  • Est-ce parce que lui et ses amis ont un grand besoin de se voir pour décompresser?
  • Est-ce parce qu’ils ont des travaux en commun à rendre?
  • Est-ce parce que les autres parents n’autorisent pas les visites?
  • Est-ce parce que ses amis lui demandent toujours que leurs petites réunions se fassent chez vous?

Lors de cette discussion, il est important de valider le besoin social de son ado: “Dire qu’on le comprend est essentiel: cela va montrer à l’ado qu’on est à l’écoute, et qu’on valide son besoin de voir ses amis”.

3. On met en place des règles qui respectent le bien-être des parents et de l’ado

Après avoir sondé vos propres besoins et les besoins de votre ado, l’experte propose de mettre des mots sur vos difficultés rencontrées – à savoir le sentiment de manquer d’intimité – et de co-construire avec l’ado des règles de vie qui conviendront aux deux parties. Par exemple:

  • Définir des tranches horaires durant lesquelles votre ado peut inviter (ou pas) les copains
  • Prévenir à l’avance quand il invite des amis
  • Faire un agenda commun
  • Limiter le nombre maximum d’invités
  • Définir les pièces accessibles aux amis et celles qui doivent être réservées à la famille
  • Réfléchir à des alternatives possibles: ils peuvent notamment squatter une maison de jeunes, une association où ils peuvent faire des activités ensemble, la salle de sport, la maison d’un autre ami…

Des règles qu’il faudra rappeler très régulièrement, selon l’accompagnatrice en parentalité: “Le cerveau des ados est en pleine construction. De ce fait, les règles de vie sont à répéter très souvent… Ce qui peut être agaçant pour un parent. Mais sachez que c’est tout à fait normal. Un conseil donc: faites preuve de patience et acceptez de devoir rappeler l’accord et débriefer souvent avec votre ado”. L’autre point important, selon Maëliss Layeux, est de valoriser votre ado lorsqu’il respecte ces règles. “Si vous avez convenu avec votre enfant qu’il doit vous appeler avant d’inviter des potes pour s’assurer que c’est ok et qu’il le fait, n’hésitez pas à appuyer son initiative”.

Il ne respecte pas les règles?

Vous avez co-construit avec votre ado des règles, et après les avoir répétées de nombreuses fois, il ne les respecte pas? Même si vous avez envie d’exploser, l’experte nous le déconseille: “Engueuler votre ado est inutile: il va se braquer et ça ne fera pas avancer l’affaire. Je propose plutôt de le faire réfléchir en lui posant des questions sur son comportement”.

Que faire si la situation est synonyme de mal-être?

Vous vivez mal le fait que votre enfant invite des copains à la maison ou qu’il prenne son indépendance, et n’acceptez donc jamais ses demandes de sorties? L’experte conseille alors de creuser ce qui se cache derrière ces difficultés: “La transition d’enfant à ado est parfois bouleversante pour des parents. Si la situation nous agace vraiment, il est important de réfléchir à ce qui est difficile pour nous: est-ce la présence de ses amis, ou plutôt qu’il commence à avoir une vie sociale? Vous sentez-vous frustrée qu’il grandisse et ait moins besoin de vous? Avez-vous le sentiment que votre vie perd de son sens en voyant que votre ado devient de plus en plus autonome?” Autant de questions qui peuvent – et doivent dans certains cas – être travaillées avec un thérapeute.

Parents d’ado? Ces articles vont vous intéresser

Recettes, mode, déco, sexo, astro: suivez nos actus sur Facebook et Instagram. En exclu: nos derniers articles via Messenger.

Contenu des partenaires